1

Newsletter n°59 - 19 mai 2023

⭕️ Éditorial

Grand causou, petit faisou

Quand nous sommes enfants, certaines des paroles de nos ainés deviennent au fil des années comme des mantras. En psychologie, on parle d’introjections, processus par lequel des choses qui sont en dehors vont peu à peu être à l’intérieur de soi. Ces introjections sont l’héritage familial immatériel, celui qui forge notre rapport au monde, en adéquation avec les pensées entendues, ou en opposition. Un de mes anciens mentors m’avait ainsi dit un jour que s’il était toujours en retard, c’était pour satisfaire sa mère. Quand il était enfant, elle lui demandait sans cesse de se dépêcher, et petit à petit, il s’était forgé l’idée qu’il ne la satisfaisait jamais autant que s’il faisait les choses au dernier moment, ce qui le forçait à se dépêcher.

Si je le soupçonne de s’être moqué de moi, il n’en reste pas moins que, comme tous, ce que j’ai entendu dans mon enfance a participé à ma construction. Et s’il est bien une chose que j’entendais souvent dans ma famille, depuis mes grand-parents maternels jusqu’à mes parents, tous bretons, c’est le leitmotiv « Grand causou, petit faisou« . Ces quatre mots-là ont assurément façonné mon rapport au monde comme « Il faut savoir se retrousser ses manches » est à la base même de ma détestation des chemises à manches courtes. À l’heure où les choses vont si vite, il est bon d’observer que la transmission intergénérationnelle continue à faire son œuvre. On ne grandit jamais aussi bien qu’en apprenant de nos ainés, c’est l’essence même de l’humanité, un continuum qui fait honneur à l’expérience et à la connaissance.

Or, depuis quelques années, comme tant d’autres, je suis consterné par l’incroyable place donnée aux causous dans les médias et sur les réseaux sociaux. Ceux-là n’ont pourtant pas (encore) fait grand-chose de leur vie. Ce sentiment est renforcé par une expérience de plus d’un quart de siècle auprès de très nombreux faisous (professionnels ou experts), qu’on entend trop peu causer. Conséquemment, parce que les convictions et les certitudes se fondent sur l’inexpérience, l’influence des premiers dans des décisions structurantes de notre pays conduit à de graves difficultés. Pourtant les seconds sont ceux, hommes et femmes, qui, sans le moindre doute possible, peuvent aider à guider, à condition qu’on leur accorde enfin la place qu’il est la leur.

Sébastien Tertrais



Aujourd’hui nous avons l’honneur de partager avec vous un échange passionnant avec Arnaud Montebourg, avocat, ancien ministre et désormais chef d’entreprise, qui nous présente son Podcast « Les Vrais Souverains« 

Un entretien conduit par Sébastien Tertrais

Arnaud Montebourg, avocat, ancien ministre et depuis 2018 entrepreneur, vient de produire un podcast nommé « Les Vrais Souverains », dont deux premiers épisodes sont déjà disponibles.

Dans le premier il retourne à la rencontre des anciens salariés d’Alstom à Belfort, entreprise rachetée par Général Electric en 2015 pour un montant de 13 milliards de dollars, dans le cadre de tractations révélatrices de la capacité de prédation de l’économie américaine et de l’importance de la loyauté des dirigeants des grandes entreprises françaises, dans le second il va à la rencontre de Horizom, un producteur de bambous, une plante magique qui pourrait contribuer à la séquestration du carbone et aux objectifs d’augmentation de la biomasse. Plus tôt en mars nous avions suivi avec beaucoup d’intérêt la commission d’enquête parlementaire liée à la perte d’indépendance énergétique de la France et l’audition de l’ancien ministre, dont nous avions d’ailleurs diffusé deux extraits percutants sur la notion de souveraineté. Nous avons naturellement pris attache auprès de ses collaborateurs afin de nous entretenir avec lui autour des enjeux de souveraineté. Nous avons le plaisir de vous partager ci-après l’entièreté de notre conversation, réjouissante et des plus motivantes.

ST : Après votre premier métier d’avocat, vous vous êtes engagé dans une carrière politique de haut rang, puis vous avez quitté votre mandat en 2015. Vous êtes désormais entrepreneur. C’était important pour vous d’entreprendre ?

AM : Oui, parce qu’il y a l’indépendance et la liberté qui sont liées à mon tempérament et à mon histoire. C’était un vieux rêve, que je voulais réaliser depuis que j’étais étudiant, que je n’ai pas pu réaliser avant parce qu’il fallait aller travailler. J’étais juriste, et finalement la meilleure profession qui correspondait à mon tempérament et à ma carte d’identité intellectuelle c’était avocat, pour exercer en artisan solitaire. J’ai exercé ce métier pendant 7 ans, puis l’action politique m’a rattrapé. J’ai été élu à 34 ans et après je suis parti pour 20 ans, avec un parcours qui devait aller au bout, donc je suis allé au bout du parcours. Après, à 53 ans, je me suis dit que je devais pouvoir réaliser mes rêves.

ST : Vous avez quitté le projet de gouvernement avec Manuel Valls à la suite de désaccords sur plusieurs sujets, sont-ce eux qui vous ont motivé à « y aller » ?

AM : J’ai toujours été en désaccord avec les socialistes, mais dans l’exercice du pouvoir les désaccords ne sont  plus théoriques, ils concernent la vie des gens, donc on a envie d’infléchir le cours de la force des choses,  en se battant de l’intérieur, ce que j’ai fait. Mais j’ai compris au bout de nombreux combats perdus que c’est vain. À un moment j’ai su dans ma tête que j’avais déjà fait mes cartons. Pour un ministre de l’économie demander une inflexion majeure de la politique économique c’est quand même assez original. Tout cela a été maquillé derrière la fameuse cuvée du redressement, mais franchement la cuvée du redressement n’était rien à côté du réquisitoire que j’ai prononcé ce jour-là contre la politique économique que j’étais obligé d’appliquer, contre laquelle j’étais en désaccord. Lorsque je suis parti j’ai ressenti un grand soulagement.

ST : Cela vous a permis de sortir d’une situation de tension et de vous engager dans un combat pour lequel vous étiez prêt. Il est de notoriété publique que vous avez un certain attachement à la notion de vérité et qu’elle n’a pas été sans impact sur vos différents engagements.
AM : La politique a un rapport avec la vérité, vous ne pouvez pas traiter les problèmes si vous les déguisez, si vous mentez vous vous mentez à vous-même, vous ne traiterez pas le mal. C’est comme si un médecin faisait un mauvais diagnostic ou le dissimulait, et appliquait des placebos. Ça ne marche pas. Il faut vraiment regarder la vérité et les problèmes en face pour pouvoir les traiter.

Cette relation à la vérité, qui existe chez Pierre Mendes France, et qui m’avait été bien transmise par mon père, jeune militant radical qui s’était engagé derrière cet homme d’Etat, m’a beaucoup marqué. Dans la « République Moderne », qui est un livre qui a mon âge, Mendes France consacre un passage entier à la question de la vérité comme outil  de résolution des problèmes communs. Il est évident que ne pas faire trop de concessions sur la vérité est un point central pour qui veut agir pour son pays. On peut faire de la politique pour d’autres motifs que celui de soutenir son pays, mais moi c’était ce que je cherchais. Le reste ne m’intéressait finalement qu’assez peu, l’essentiel était là.

ST : Un des cadres de la DREETS[1] me disait récemment qu’un homme politique ne parlait jamais aussi bien que lorsqu’il n’avait plus de mandat.

AM : Il est vrai que lorsque nous relisions certains interviews mes attachés de presse me disaient parfois qu’il fallait revoir certains passages, en affirmant que ça ne passerait pas. Je refusais, je ne pouvais pas faire trop de concessions. La manière de les dire pouvait être un peu corrigée, sur la forme il pouvait être fait des choses, mais quand il s’agissait des contenus je ne préférai ne pas trop transiger. J’ai par exemple défendu la filière nucléaire, après Fukushima, dans un gouvernement de coalition avec les écologistes, j’ai lutté contre la bêtise des critères maastrichtiens de Bruxelles, j’ai dit aux dirigeants du CAC 40 qui trahissaient la France qu’ils se comportaient comme des flibustiers, j’ai soutenu le Made in France contre les ricanements de la classe dirigeante, mais ça n’est pas grave, il en reste quelque chose aujourd’hui.

ST : Vous venez de publier deux premiers épisode de votre Podcast « Les Vrais Souverains [2]», et après leur écoute je constate quelque chose de très marquant. Dans le premier, par exemple, vous êtes retourné voir les anciens de Belfort sur le site de General Electric, qui a racheté Alstom en 2015. Il s’agit de syndicalistes qui se sont mis à agir. Ils sont passés d’une logique de contestation et d’une grande déception à celui de l’action. Pensez-vous qu’il y a ici quelque chose à jouer ?

AM : C’est le sens à donner à nos vies. Bien sûr qu’on peut être contre quelque chose dans un monde qu’on n’aime pas, le mieux pour résoudre cette conflictualité dans le monde actuel, c’est de construire l’alternative, montrer qu’elle est viable, pour nous-mêmes, pour ceux qui nous regardent, nos enfants et même tous ceux qui se demandent si un autre monde est possible. Oui, on peut le construire. À chaque fois qu’on montre une alternative, on fait la démonstration que c’est possible. C’est la résolution de la tension. Ces syndicalistes sont devenus entrepreneurs, ils ont eu raison de protester, ils ont raison de construire. Dans toute vie on a des périodes de refus, on peut être à la fois Antigone et ces princes, ces rois de micro-royaumes dans lesquels nous pouvons imposer notre forme de gouvernement, le gouvernement de nos vies. Et des millions de gouvernement de nos vies, tous différents, peuvent ensemble constituer le gouvernement d’un pays.

ST : À condition sans doute d’aider, de soutenir, de fédérer et de tisser des liens entre tous.

AM : C’est l’idée de ce podcast, qui promeut des gens ordinaires qui font des choses extraordinaires. Les honorer et les remercier me paraît indispensable.

ST : Lors de la très remarquée et utile commission d’enquête visant à établir les raisons de la perte de souveraineté et d’indépendance énergétique de la France vous avez parlé de souveraineté et de loyauté, en montrant votre attachement à ces valeurs. En quoi ont-elles à ce point du sens ?

AM : La France, c’est un pays qui a ce désir éperdu de vivre libre et indépendant. C’est d’ailleurs son histoire, c’est pour cette raison qu’elle s’est affranchie des monarques. La souveraineté est une conquête de la Révolution Française, c’est la liberté de choisir. Dans l’histoire et la géographie de la France, la liberté est une base dont nous sommes les inventeurs. C’est un mot qui n’existe pas dans certaines civilisations, comme en Chine par exemple. Ce mot a été inventé par l’Occident, et au cœur de l’Occident il y a la France, qui joue un grand rôle dans le monde. Cela fait partie de notre histoire. Donc évidemment la perte de souveraineté conduit à ce que vous soyez dans la main des autres, d’abord sur le plan économique.

Comme l’ecrivait Adam Smith « On tient un pays soit par l’épée soit par la dette ». Face à l’épée nous avons fait face, il reste à traiter la dette. Qui sont nos créanciers et comment nous tiennent-ils ? Cette question, c’est la question fondamentale pour notre pays. Est-ce que nous avons le droit, dans la mondialisation, d’avoir un modèle social tel que nous l’avons imaginé, généreux ? Est-ce que nous avons le droit d’avoir un modèle environnemental différent, avant-gardiste ? Peut-être pas ? Peut-être qu’on ne le peut pas ? En tous cas cette souveraineté-là, elle se défend, elle se construit, c’est un ouvrage d’art, qui mute avec le temps et les siècles.

Alors évidemment, dans ce cadre-là, pour construite cette liberté, on a besoin d’unité. On a besoin de concilier les contraires. Et donc pour ça la loyauté est nécessaire. Vous ne pouvez pas mettre d’accord des gens qui ne sont pas d’accord sans loyauté, c’est à dire d’accord sur l’intérêt national. Vous ne pouvez pas faire cohabiter des gens qui sont structurellement dans des situations de s’affronter, les faire coopérer, sans cette loyauté. C’est le même sujet en fait, la liberté s’accompagne de loyauté.

ST : On assiste depuis quelques années aux soubresauts d’un pays qui se construit beaucoup contre. Le premier épisode de votre podcast montre l’écart important entre l’impression que les français seraient beaucoup contre, contre les réformes, contre les projets, contre le fait d’agir, et le fait que beaucoup de gens sont actifs et au service de projets utiles, avec des objectifs précis, riche de sens. Pensez-vous qu’il y a une prise de conscience suffisante pour aujourd’hui inverser la tendance et aller collectivement un plus de l’avant ?

AM : Il y a beaucoup de gens, parmi les protestataires, qui sont eux-mêmes des entreprenants. Ils entreprennent beaucoup dans leur vie, dans les associations, dans leur métier. Il n’y a pas d’un côté ceux qui protestent et de l’autre ceux qui font, parce qu’en fait on est contre quelque chose et on est obligé d’être pour autre chose. C’est invivable d’être toujours contre, parce qu’on se détruit. Et de la même manière c’est impossible d’être toujours pour, parce que là il y a un mensonge. C’est une répartition que chacun a en soi, différente bien sûr les uns des autres. Parfois c’est 50/50, parfois c’est 5/95, 70/30, on ne sait pas. Dans chaque être humain il existe une âme bâtisseuse, comme finalement dans l’abeille, il y a l’instinct de construction. Et puisque l’être humain est un individu social, il aime coopérer avec autrui. Et que fait-on de mieux, à plusieurs, que d’essayer de faire ciller, ou de donner un coup d’épaule à l’histoire ? Le rôle des masses, autrefois théorisé par le léninisme, c’est aussi la construction par des communautés de projets qui dépassent l’individu, qui lui permettent de se réaliser. En France il existe de nombreux entreprenants, et dans la grande catégorie des entreprenants vous avez des entrepreneurs, ceux qui montent des entreprises, et ceux qui participent à la vie de ces entreprises, c’est-à-dire des millions et des millions de gens qui tous les jours construisent un outil commun. Donc je ne ferai pas la partition entre ceux qui disent non et ceux qui disent oui.

ST : Nous sommes dans une pleine phase de réindustrialisation, et aujourd’hui se tient le sommet « Chose France[3] ». Que pensez-vous de l’arrivée de capitaux étrangers en France pour notre réindustrialisation ?

AM : D’abord qui pourrait déplorer qu’il y ait des milliards qui viennent s’investir en France ? On ne peut que s’en réjouir. Mais je voudrais dire qu’il s’agit ici d’un symptôme de notre faiblesse. D’abord parce que nous avons 156 milliards de déficit annuel de commerce extérieur, c’est-à-dire que 156 milliards sortent chaque année du pays. Comme on ne produit plus ce qu’on consomme, qu’on produit beaucoup moins que ce qu’on consomme, on achète à l’extérieur, donc on a besoin qu’il y a des flux dans le sens contraire, c’est-à-dire qu’il y ait de l’argent qui rentre pour équilibrer nos impérities économiques.

Nous sommes un pays de plus en plus détenu par nos créanciers, c’est-à-dire nos investisseurs, lesquels viennent faire leur shopping dans nos entreprises, comme nous l’observons depuis maintenant quinze ans, et qui choisissent la France pour y investir. C’est un peu le côté reluisant de notre faiblesse. Et vous avez le côté beaucoup plus sombre, qui fait qu’aujourd’hui le monde entier vient acheter la France en pièces détachées parce qu’ils savent qu’on a besoin d’argent. Au fond tout ces éléments marquent une perte de contrôle de notre économie. Et un état d’urgence absolu face à notre affaissement économique.

ST : Que faudrait-il faire, ou engager, pour que la situation change ?

AM : Il faut se remettre rudement au travail, c’est le sens de la réindustrialisation. Ce n’est pas un slogan, ça ne peut même pas être un politique d’Etat, encore moins une politique d’attraction d’investissements étrangers, il faudrait qu’on soit capable de relocaliser sur le sol national entre 50 et 70 milliards de chiffre d’affaires. Voilà, vous connaissez le tarif. C’est un travail de Titan que même Jupiter ne peut réaliser seul. C’est une mobilisation nationale, une appropriation par tous les secteurs de la société, c’est-à-dire qu’il faut réformer le système bancaire, qui ne finance pas l’économie réelle. Il faut remobiliser l’épargne qui est gaspillée et qui part à l’étranger. Ça veut dire qu’il faut débureaucratiser les règles et les contraintes qui pèsent sur les entreprises, ça veut dire qu’il faut remobiliser la nation autour d’une seule cause, une grande cause nationale, qui s’appelle se remettre à produire en France. Parce que sinon on n’y arrivera pas, et nous nous appauvrirons cruellement.

ST : On a besoin d’acteurs industriels, mais nombre des décisions importantes à ce « produire en France »  dépendent des acteurs politiques. Vous en avez été un de premier rang, vous êtes aujourd’hui un acteur économique, à titre privé. Avez-vous l’intention de jouer encore un rôle politique pour aider à accompagner ces changements ?

AM : Non, j’ai déjà beaucoup donné. Je considère que j’ai fait ce que je pouvais, dans le sens que j’espérais, avec des résultats qui sont contrastés. Je ne peux maintenant m’intéresser au pays qu’au travers de mes entreprises et des combats économiques qui sont les miens. C’est déjà pas si mal.

ST : Vous le savez maintenant de l’intérieur, toutes les entreprises se trouvent confrontées à des contraintes ou des lourdeurs administratives qui ne cessent de se complexifier. Que faudrait-il faire pour ne pas les fragiliser plus encore ?

AM : Je pense qu’il faut d’abord atrophier le système normatif qui vient de l’administration, qui est dépolitisée puisqu’il n’y a pas de contrôle politique sur l’administration en France, elle est en roue libre. C’est le grand problème de notre pays. Si je résume, dans un pays qui a inventé la liberté, quand même, on se retrouve dans une situation entre Kafka et Sacha Guitry, ou Alphonse Allais, qui consiste à découvrir que tout ce qui n’est pas autorisé deviendrait interdit, alors que normalement tout ce qui n’est pas interdit est de droit libre, et donc maintenant plus personne ne fait rien car se croit obligé de demander l’autorisation. Cette grave perversion du système juridique fait qu’il va falloir très rapidement imaginer une manière de se débarrasser d’une quantité considérable de règlementations qui ne sont pas seulement inutiles, mais aussi liberticides. Elle empêchent la société de prendre confiance en elle. Pour moi il faut faire confiance aux acteurs, sinon une société qui organise la défiance, qui imagine le délit derrière n’importe quelle pratique, c’est une société qui se meurt et se dévitalise. Pour ce travail de débureaucratisation il faudrait qu’il y ait au vice-premier ministre qui ne fasse que ça, pendant cinq ans. Il conviendrait de le rendre numéro deux du gouvernement, avec autorité sur tous les autres. Je pense qu’on pourrait y arriver franchement ainsi.

ST : Pouvez-vous nous en dire plus sur la maladie qu’avaient plusieurs de vos anciens collaborateurs, la bruxellose ?

AM : (Rires) Ma grand-mère dans le Morvan se plaignait du fait que ses lapins avait la myxomatose. Lorsque mes collaborateurs revenaient de Bruxelles et qu’ils me disaient qu’on ne pouvait pas faire telle ou telle chose, que la Commission Européenne n’autorisait pas telle ou telle autre chose, je leur ai répondu un jour « Vous, il faut vous soigner d’urgence, vous avez la bruxellose. Vous êtes contaminés par une maladie qui est celle de la croyance que Bruxelles va décider à notre place. »

ST : Aujourd’hui vous êtes associé dans dix entreprises, dans l’industrie et l’agriculture, deux piliers de notre pays. Que pensez-vous du fait qu’ils soient attaqués par des activistes et des militants qui, ne connaissent pas grand-chose, sont pourtant très sûrs d’eux et n’hésitent pas à conduire des actions qui fragilisent ces activités ?

AM : Les écologistes de la punition -et non de la construction- sont les conservateurs de la mondialisation actuelle, parce que le principal obstacle à l’écologie est que le lieu de production est très éloigné du lieu de consommation, il n’y a pas de lien entre le producteur et le consommateur. La première des écologies est celle qui produit sur place ce dont on a besoin. C’est la politique souverainiste. Il s’agit de réconcilier les circuits courts, par seulement dans l’alimentation mais dans tous les domaines. Faire coïncider les besoins des producteurs avec celui des consommateurs. Les écologistes qui empêchent la production sur place sont des révolutionnaires du statu quo, et les pires conservateurs de la mondialisation libérale. Finalement ils ne veulent pas qu’on extrait des mines des matériaux de la transition écologique, donc ils préfèrent faire de l’écologie sans en voir les conséquences. Ils ne veulent pas que l’agriculture, telle qu’elle est, fonctionne à un prix accessible, alors ils la rendent impraticable sur le sol national et leurs actions conduisent à l’importation. Ils empêchent tout investissement dont ils croient qu’ils porteraient atteinte à leurs principes alors qu’en vérité il sont des moyens de recréer des capacités de production sur place. On voit bien que cette écologie-là est l’écologie du statu quo, celle qui fait reculer le monde, alors qu’on a besoin de faire grandement progresser l’écologie.

Par ailleurs je regrette une chose, qu’il n’y ait pas de débat sur tous les sujets techniques et scientifiques, parce que la science est totalement instrumentalisée et manipulée. J’ai cherché des médias qui traitent les problèmes et les dossiers sur le fond, mais il n’y en a pas dans les grands médias. Nous avons un soucis de débat public. Je ne suis pas contre qu’on débatte des bassines, et on va découvrir que 70% des bassines sont indispensables, et que peut-être 30% d’entre elles sont indésirables.

ST : Dans les deux premiers épisodes de votre podcast chacun partage son expertise, tous les aspects d’un sujet sont abordés, politiques, techniques, scientifiques, emploi, … Il répond donc à ce que vous attendiez.

AM : J’ai voulu donner la parole à des gens extraordinaires qui n’ont aucune chance d’être entendus dans le système médiatique actuel. C’est une espèce de contre-société de faiseurs, ou plutôt de faiseux, des gens qui travaillent, qui construisent, selon des principes et des valeurs qui sont parfaitement identifiables, et qui concrétisent des projets. Évidemment cela suppose de croiser tous les domaines, écologie, sciences économiques, sociétal, les besoins de la société, les choix politiques, ce sont des démonstrateurs qu’il est possible de faire des tas de choses dans notre pays qui est peuplé de gens formidables, c’est tout ce que j’aime.

ST : Vous dites faiseux plus que faiseurs ?

AM : Oui, parce que faiseur c’est négatif. Le faiseux c’est celui qui fait, car dans mon pays natal on disait : « il y a les faiseux et les diseux ».

ST : Et alors, Monsieur Montebourg, qui sont donc les Vrais Souverains ?

AM : Les Vrais Souverains, ce sont ceux qu’on n’entend pas, mais qui font beaucoup pour reconstruire la France. C’est une société qui est liée par des liens invisibles, des liens de solidarité et d’entraide, composée de gens qui ne se connaissent pas. J’ai décidé qu’ils se donnent la main dans un lieu où ils pourront se découvrir les uns les autres. C’est ma contribution au débat public, une mise en valeur de nos efforts extraordinaires.

[1] Direction régionale de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités

[2] Arnaud Montebourg part à la rencontre des Vrais Souverains, ceux qui se lèvent pour construire une France libre et souveraine, indépendante car elle prend son destin entre ses mains.

[3] Sommet instauré par le président Emmanuel Macron qui vise à présenter et expliquer aux grandes entreprises internationales les réformes menées pour favoriser l’activité économique de notre territoire. https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/choose-france





⭕️ Mezze de tweets

 



⭕️ Hors spectre

 

Studio Les Canailles

 

“Être bon représente une aventure autrement violente et osée que de faire le tour du monde à la voile.”
G.K. Chesterton

 




Les femmes de pouvoir sont des hommes comme les autres

Yasmine Douadi est fondatrice et CEO de RISKINTEL et Risk Summit.

1/ Quelle étymologie du mot risque a-t-elle votre faveur ? L’italien « risco » issu du latin « resecum » (« ce qui coupe », puis « rocher escarpé, écueil ») ou l’arabe رزق, « rizq » (« don fortuit ») ? Un mezze des deux peut-être ?

J’en reviendrais plutôt aux cindyniques du grec κίνδυνος / kíndunos, danger, pour « sciences du danger », qui sont consacrées à l’étude et à la prévention des risques. Au risque d’être terre à terre, le risque est avant tout un danger que l’on tente de prévoir, d’éviter, ou dont on veut limiter l’impact quand il se réalise. Derrière cette approche, il y a d’une part le facteur technique, par exemple en cybersécurité l’ensemble des moyens techniques (EDR, antivirus etc.) qui permettent de contrer la menace. Mais il y a d’autre part l’approche humaine, qui peut comporter une approche psychologique, sociologique, géopolitique, en intelligence économique par exemple. En ce sens, la cyber threat intelligence a une grande composante humaine et requiert des analystes pluridisciplinaires.

2/ L’hostilité est une dimension propre à l’Humanité. Mais nous vivons peut-être une sophistication de la menace, avec l’avènement du « tout cyber ». Les mécanismes de protection ou de repli sur de petites communautés plus sûres vous apparaît-il comme un réflexe assez sain ou comme l’expression d’une peur contre laquelle nous devons lutter sans cesse ?

Pour faire une analogie avec le Léviathan de Hobbes, qui a été écrit dans un contexte de guerre civile, lorsque le danger frappe à la porte de chacun, les humains ont plutôt tendance à s’en remettre à une autorité forte et englobante pour résoudre la situation. Le repli sur de petits groupes est en réalité une solution en désespoir de cause, en d’autres termes un pis-aller. Pour ceux qui connaissent la série américaine The Walking Dead, qui est une allégorie de l’état de nature, c’est le débat entre le petit groupe de Rick et Negan, nouveau Léviathan, être collectif extrêmement coercitif, dans un monde en délitement. Derrière ces constructions, la peur peut être un moteur, contre lequel il ne faut pas lutter mais plutôt remettre à sa place. Celui qui n’écoute pas ses peurs est un fou. L’homme courageux est au contraire à l’écoute de ses peurs et tente de les dépasser. La science du risque demande dès lors du courage et une action collective. Le changement majeur de notre époque est l’évolution rapide et la nature protéiforme de la menace, qui requiert une coopération entre les acteurs privés, mais aussi entre États, plutôt que la constitution d’un nouveau Léviathan planétaire selon moi. L’avenir est dans la coopération entre les différentes intelligences plutôt que dans une uniformisation des techniques de défense.

3) Que vous inspire l’idée selon laquelle il y a fort à parier que, demain, la moitié de l’économie mondiale sera dévolue à la « cyber-protection » de l’autre ?

La part de la « cyber-protection » de l’autre est amenée à suivre la digitalisation du monde. Plus là digitalisation progresse, plus la nécessité de sécuriser les SI se répand. En clair c’est un phénomène naturel dont le moteur est primordialement la digitalisation.

Dès lors, j’observe trois tendances possibles fortes. 

Premièrement, la digitalisation croissante des économies et modes de vies dans les pays en développement, notamment l’Afrique. Ce phénomène, qui arrive à son paroxysme en occident, créera des opportunités et défis majeurs en termes de cybersécurité. Les acteurs de la « cyber-protection » pourront utiliser les acquis de ce qui se fait en occident pour pénétrer les marchés émergents. Ils le font déjà d’ailleurs.

Deuxièmement, le métaverse, qui est perçu comme un nouveau continent par certains géants de la Tech. J’évoque cette tendance pour l’écarter car ce concept me parait ontologiquement dépassé. Pour faire une analogie, le métaverse est un terrain vague non constructible. Or les êtres humains se rassemblent autour d’intérêts ou de passions communes. Ce peut être un jeu sportif, un jeu vidéo, une fête, une projection cinématographique etc. Le vide n’attire personne, or le métaverse n’est que la promesse d’un vide digital dont les humains ne pourraient même pas s’approprier la matrice (le code) pour le modifier à loisir, mais où ils devraient tout acheter. C’est donc un projet bassement commercial représentant une régression anthropologique majeure. L’évolution ne nous y pas préparé, et je ne crois pas qu’elle nous y mènera. Les méta-verses existent aujourd’hui déjà, par exemple sous la forme de forums, de Discords, ou de jeux-vidéos comme MineCraft, Fortnite, League of Legend, Destiny etc. D’ailleurs, comme dans le vrai monde, les humains s’y rassemblent par communautés et sous communautés.

En dernier lieu, il y a la digitalisation du corps humain. C’est à la fois inquiétant et plein de possibilités. On pense tous au projet d’Elon Musk de connexion neuronale entre l’homme et la machine. Lorsque l’humain sera devenu une machine comme une autre, alors la question de la cyber-protection de l’autre se posera sous un angle totalement prométhéen. La culture cyberpunk a anticipé ce monde depuis longtemps, mais peut-être aurons nous la chance (ou malchance) de le voir advenir pour nous ou nos enfants.

4/ Diriez-vous que l’on a enterré un peu vite les veilles nations, et le cas échéant, pour quelles raisons ?

L’expression « vieilles nations » est selon moi un pléonasme. Pour reprendre l’analyse braudélienne, une nation se construit sur des générations par strates successives. Il n’est pas de jeune nation. On pourrait m’opposer le « contre-exemple » américain, mais en réalité, c’est le substrat et l’héritage européen qui a permis aux pères fondateurs de recréer un ensemble national sur une terre nouvelle. A cela s’ajoute une théorie raciale de la nation héritée des approches allemande et anglaise (l’Amérique WASP), qui a d’abord défini l’américain comme blanc, en opposition aux esclaves noirs et aux indigènes amérindiens. L’Amérique multiculturelle tente d’amender cet héritage mais on voit qu’elle a du mal et que cette société reste traversée par des fractures raciales et non culturelles. En clair, cette « jeune » nation porte en elle l’héritage millénaire de peuples européens.

Les nations existent et quand on veut enterrer le vieux modèle de l’État Nation, on parle avant tout de l’Etat Nation occidental. C’est un discours politique et performatif et non une analyse politique sérieuse. Le but pourrait être de dépasser ce modèle pour créer de nouveaux ensembles régionaux, comme l’Union Européenne ou une fusion-absorption Amérique-Europe. Derrière ce discours du dépassement des nations, il y a donc un projet politique qui a ses justifications théoriques, et dont il faut avoir conscience. Cela dit, le Brexit et la montée des « populismes » sont des illustrations de ce que les nations peuvent être tenaces.

5/ Sur une échelle de 1 à 10, comment évaluez-vous le risque d’une avarie numérique planétaire ? Et comment imaginez-vous les moyens d’y faire face ?

On peut repenser au bug de Fastly, une entreprise au rôle stratégique, dont la panne avait emporté des milliers de sites. Cette expérience souligne à quel point une petite erreur peut entraîner des conséquences à grande échelle. Cela dit, je ne crois pas à une avarie numérique planétaire qui viendrait d’une panne. Le net n’est pas décorrélé de la réalité. Il s’agit d’une infrastructure, comme une autre. Dès lors, le risque principal est plutôt celui d’une conflagration planétaire entre grandes puissances qui viendrait mettre à mal l’unité numérique planétaire en détruisant partiellement cette infrastructure ou en la partitionnant.

D’ailleurs, les nets russes, chinois et américains ne sont pas les mêmes. Le monde est certes interconnecté, mais une volonté politique guerrière pourrait très rapidement mettre fin à ce paradigme.

Le risque majeur est donc lié à un risque de guerre tout simplement. Par exemple, dans le contexte de la guerre en Ukraine, North Stream 2 a été détruit, coupant ainsi un peu plus la Russie de l’Europe. De même, le pont de Crimée a été atteint par les services Ukrainiens. En clair, une guerre détruit les infrastructures et réveille des fractures que l’on n’imaginait pas forcément. Du jour au lendemain, les Allemands de l’Est et de l’Ouest ont été divisés arbitrairement. Le même phénomène pourrait arriver dans le numérique.

6/ Quand on entend le terme « numérique », on pense nécessairement à la Gouvernance par les Nombres du Professeur Alain Supiot. La résilience, dans un monde régi par le calcul, est-ce que cela consiste à fonder, enfin, sur l’Homme et sa capacité à discerner ?

L’homme est fainéant par nature. Mais il est obligé de travailler pour survivre. C’est toute la métaphore du Jardin d’Eden, l’homme fainéant, chassé du jardin doit désormais travailler pour survivre. L’intelligence humaine est le corollaire de cette fainéantise. Comment en faire le plus possible avec le moins de moyen possible ? Tel est le pari des ingénieux, des ambitieux et de la société scientifique. Dès lors, la gouvernance par les nombres que critique Supiot me parait être un phénomène inévitable. La pénétration du calcul dans toutes les sphères de la vie nous la rend en réalité plus facile. L’enjeu sera pour l’homme d’être capable de discerner, avant qu’une IA toute puissante ne soit capable de le faire pour lui et mieux que lui.

7/ Que dit selon vous la montée en puissance des femmes dans les sphères du pouvoir, particulièrement s’agissant de leur rapport à la notion de risque ?

Les femmes de pouvoir sont des hommes comme les autres.

D’ailleurs, l’Angleterre de Thatcher et l’Allemagne de Merkel montrent que rien ne change vraiment quand des femmes arrivent à des postes de pouvoir. Pour autant, j’apporterai un bémol à votre question. En effet, cette montée en puissance n’existe pas selon moi. La plupart des lieux de décision et de pouvoir demeurent encore masculins. Christine Lagarde avait déclaré que si les traders étaient des femmes, la crise des subprimes n’aurait pas eu lieu. Elle faisait référence à la prétendue aversion au risque plus prégnante chez les femmes. Ce point de vue a peu de sens et met de côté une approche structuraliste qui me semble plus juste : ce sont les structures qui décident des hommes (ou femmes) qui vont les occuper. En clair, une femme ne pourra être trader que si justement elle possède la faible aversion au risque que demande cette profession. Une femme ne pourra obtenir un poste de pouvoir que si elle se coule dans le moule de la structure de pouvoir en question. Je vous renvoie à l’exemple de Blythe Masters, qui, bien que femme, a marqué le monde de la finance par l’invention de produits financiers aux conséquences financières et planétaires catastrophiques.

En clair, il ne faut rien attendre de la parité dans les structures de pouvoir en termes de changements sociaux. Car ce sont les structures qui décident et non les individus.

A titre personnel, je souhaite que chacun puisse réaliser son potentiel et je crois en la nécessité de la méritocratie. Il est donc essentiel pour moi que les femmes ne soient pas freinées uniquement parce qu’elles seraient des femmes. C’est un discours libéral assez basique de type « égalité des chances », mais c’est la condition d’une société harmonieuse. Il faut donc se concentrer sur les solutions concrètes qui permettront cette égalité des chances. Les simples discours de dénonciation ont en réalité un impact plus que limité sur le réel.

8/ A quelle avancée technologique renonceriez-vous par souci d’intégrité corporelle ? Seriez-vous prête par exemple à incorporer un moyen de paiement sous-cutané ?

Elon Musk veut nous rendre plus intelligents en nous implantant des puces dans le cerveau. D’autres aimeraient tracer nos moindres faits et gestes via une monnaie numérique. A moins que ce soit l’inverse. En réalité, je ne crois qu’en la technologie que l’individu maîtrise. Si votre outil est contrôlé par un tiers, alors ce tiers vous contrôle vous. C’est bien simple. Je pose la question autrement : seriez-vous d’accord pour déléguer le contrôle de vos fonctions corporelles à un autre être humain ? Imaginons que vous deviez entrer un login pour avoir accès au sommeil et au monde des rêves sur un Cloud. Est-ce ok ?

Cette question en apparence ubuesque se posera très bientôt de manière concrète au vu des dernières avancées technologiques.

9/ Comment comprenez-vous la notion de vérité dans un pays qui l’a décrétée « relative » il y a deux siècles et qui part aujourd’hui à la chasse aux « fausses » informations ?

Malheureusement, la vérité n’existe que dans les Evangiles, en tous les cas selon Jésus Christ.

Dans une société donnée, il y a des discours parfois alternatifs, parfois concurrents qui s’affrontent pour avoir le monopole de LA vérité. D’ailleurs, dans le concret, la vérité est le corollaire de la pureté. Or la recherche de la pureté conduit rarement à des rapports apaisés entre êtres humains. Derrière le spectre des Fake News, il y a en fait la crainte des pouvoirs publics de voir se propager des discours qui nuisent à la paix sociale et à un certain consensus démocratique. Cela dit, si le consensus existe, je me questionne sur la nécessité de la démocratie, qui est justement censée permettre l’expression des dissensus.

Le risque d’ingérences étrangères est quant à lui bien réel.

En clair, rien de nouveau sous le soleil, Fake News, est le nouveau nom d’un terme désormais désuet : « Propagande ».

Il faudra donc trouver un équilibre entre la chasse aux Fake News et la censure. Seul un système véritablement démocratique pourra y arriver mais ce n’est pas une mince affaire, notamment lorsqu’on constate qu’1/6 des jeunes Français est convaincu que la Terre est plate.

10/ Pouvez-vous nommer une musique, un tableau, une sculpture, un endroit sur terre, une personne, un mot ou une phrase qui ne cessent de vous bouleverser ?

La « Nuit étoilée » de Van Gogh, ou comment le chaos artistique représente un univers cosmique pourtant réglé comme une horloge.

 

 

 




Claude Revel, esprit critique et décence commune

Claude Revel est présidente du GIE FRANCE SPORT EXPERTISE, Directrice du think tank SKEMA PUBLIKA, Administratrice CLASQUIN, Présidente Information & Strategies. Ce portrait a été publié le 25 mars 2022.

Pour connaître la remarquable trajectoire de Claude Revel, il suffit de consulter le Who’s Who. Mais comme l’écrit un jour Simone Weil, « ce que je sais de vous m’empêche de vous connaître ». Il nous fallait donc rencontrer Claude Revel en ne sachant d’elle rien ou presque.

C’est dans les salons feutrés du Cercle de l’Union interalliée que nous reçoit, comme chez elle, Claude Revel, veste en velours moiré chic et col roulé, afin de se dévoiler un peu, même si la pudeur et l’humilité semblent assez vite l’en distraire.

Claude Revel est née d’un creuset de cultures. Sur ses quatre grands-parents, trois avaient quitté leur patrie maternelle. Deux grands-parents italiens, et un grand-père Algérien, berbère pour être exact. C’est à Nice qu’ils se sont tous rencontrés. Mais c’est à Conakry qu’est née Claude et c’est à Dakar qu’elle a passé ses dix premières années, comme une marque de prédestination pour l’horizon international. Nous l’écoutons attentivement évoquer ses origines modestes, dans l’atmosphère cossue du Cercle. Son papa a commencé dans la vie comme mécanicien, sa maman, secrétaire de direction. Tous deux nourrissaient beaucoup d’intérêt pour l’actualité internationale et lisaient abondamment. Très tôt, ils lui communiquèrent cette soif précieuse de culture et de connaissance. Mais le plus beau cadeau que Claude Revel reçut sans doute de ses parents fut une grande indépendance intellectuelle, solidement fondée sur un esprit critique. Ce à quoi il convient d’ajouter,  à la place de notre invitée, un certain goût de l’effort qui a structuré son ascension sociale. « Je suis un pur produit de la méritocratie » confirme t-elle, avec, dans le regard et dans la voix, quelque chose du devoir accompli.

Les études qu’elle entreprit la firent rapidement entrer de plain pied dans un milieu bourgeois, dont elle adopta vite les codes sans jamais rien abandonner de sa liberté de pensée.

Science Po d’abord, des études de droit des affaires à Nice et Assas, puis elle intègre l’ENA en 1980, sans trop savoir à quoi cela la destine. Tous ses homologues ou presque entendaient depuis l’âge de 4 ans « tu seras inspecteur des finances ». Claude Revel ne savait pas du tout ce que c’était en entrant dans l’école.  Sans doute était-elle cependant déjà animée de ce mélange assez romantique de souci du bien commun, de disposition à la prise d’initiative et d’attachement à la nation.

Le haut fonctionnaire insiste sur ce dernier point. « Je suis particulièrement sensible à l’idée de nation et aux principes républicains. Et cela tient sans doute au fait qu’à mes yeux, liberté et souveraineté vont de pair. » En fallait-il beaucoup plus pour faire un haut fonctionnaire digne de sa mission ?

C’est que le champ lexical de Claude Revel, comme disent les analystes politiques, regorge de termes oblatifs, tels que « loyauté, exemplarité ou encore courage », dont elle déplore que ce soit sans doute aujourd’hui « la qualité la moins bien partagée ».

Claude apprécie particulièrement les cours de sciences politiques. A l’ENA, elle développe le goût du service de l’intérêt général que matérialise l’Etat, et que nourrit un patriotisme assumé, qu’elle relie sur le moment à son histoire familiale. « Mon grand-père algérien s’est engagé et battu dans les Dardanelles, un grand oncle niçois a perdu la vie à 19 ans en août 14 dans un champ de blé en Alsace ».

Dès la sortie de l’ENA, la carrière de Claude Revel part en trombe pour ne plus s’arrêter. De 1980 à 1989, elle sert trois ministères différents comme administrateur civil : l’Equipement (Direction de la Construction, contrôle des activités financières des entreprises disposant de crédits publics ), le Commerce extérieur (DGA de l’ACTIM ancêtre d’Ubifrance), puis les Affaires étrangères (Information scientifique et technique). C’est au Quai d’Orsay qu’elle attire vainement l’attention des pouvoirs publics sur la nécessité de valoriser l’information scientifique et technique pour les entreprises. Mais elle est en avance sur l’état d’esprit de cette époque et ne parvient pas totalement à faire émerger cette prise de conscience. Voilà bien un coup de pinceau assez évident dans ce portrait, le côté pionnier ou visionnaire de Claude Revel.

De 1989 à 2003, Claude Revel crée et dirige l’OBSIC (Observatoire du marché international de la construction) structure d’intelligence économique internationale mutualisée entre majors du BTP français. Peu après,  elle prend concomitamment la direction générale du SEFI (Syndicat des Entrepreneurs Français Internationaux), centre d’advocacy des mêmes avec les organisations internationales mondiales. Puis en même temps en 2000, elle assure également la direction générale de la CICA (Confederation of International Contractors’​ Associations), association mondiale des entrepreneurs de construction et infrastructures.

Dès 1991, Claude Revel produit pour ses entreprises un rapport de 35 pages sur la concurrence chinoise en Afrique. Elle tente aussi d’alerter l’opinion publique sur l’effort d’influence économique américain à l’international, en diffusant un rapport qui deviendra une base de son livre (en coauteur) « L’autre guerre des Etats-Unis » en 2005. De même le fait-elle sur les enjeux pour notre pays de la gouvernance mondiale en cours avec un autre ouvrage en 2006. . . Elle prend alors conscience du rapport analogique qui existe entre ce que l’on appelle aujourd’hui l’intelligence économique et le Renseignement. Collecte, analyse, recoupement, tri, validation, etc. C’est là peut-être l’un des axes majeurs de la carrière de Claude Revel : l’intuition que rien ne dispose mieux au succès de l’action que la récolte et le raffinement de l’information.

C’est bien la raison pour laquelle, de début 2004 à fin mai 2013, Claude Revel crée et développe IrisAction, une structure d’intelligence et influence professionnelles internationales (que Claude Revel dissout de manière anticipée début juin 2013, lors de sa prise de fonctions dans l’administration). Elle assure alors également des fonctions de professeure affiliée en intelligence économique et stratégique et de directrice du Centre Global Intelligence & Influence de SKEMA Business School (elle met fin à ces dernières fonctions au 30 mai 2013, pour les mêmes raisons).

Du 30 mai 2013 au 26 juin 2015, Claude Revel est appelée comme déléguée interministérielle à l’intelligence économique auprès du Premier ministre français. Une consécration en quelque sorte !

Elle est ensuite Conseillère maître en service extraordinaire à la Cour des comptes de 2015 à 2019.

En décembre 2019, elle recrée une structure propre baptisée Information & Stratégies. Depuis le 2 janvier 2020, elle est présidente du GIE France Sport Expertise, directrice du développement du think tank SKEMA PUBLIKA et administratrice indépendante de la société de logistique internationale Clasquin. C’est la portée internationale et la préoccupation opérationnelle de PUBLIKA qui l’ont séduite. Le Think Tank vient de publier un rapport d’envergure, EYES (Emergy Youth Early Signs) qui recense et décrypte des préoccupations d’ordre politique des jeunesses du monde. « C’est une étude dont l’objectif est de doter les pouvoirs publics et privés dans le monde d’un certain nombre de clefs de réflexion, que nous allons développer en moyens d’actions concrets, d’outils opérationnels, par exemple pour aider à la formation de l’esprit critique, bien délaissée aujourd’hui » explique Claude Revel.

Voilà pour la matière des grandes dates. Mais s’agissant de l’esprit ? « Je crois bien dans une forme d’intelligence supérieure, à laquelle je ne donne pas de nom ». Nous n’en saurons pas plus. Qu’est-ce qui vous tire du lit le matin, qu’est-ce qui irrigue votre vie, poursuit-on. « J’aime l’idée d’Orwell, de ‘common decency’. Il est donné de cette notion une définition bien claire dans un ouvrage. (Références ici) : « La décence ordinaire repose sur les vertus de base toujours reconnues et valorisées par lhumanité. Elle revêt un statut transversal par rapport à toute construction idéologique et détermine un ensemble de dispositions à la bienveillance et à la droiture et constitue lindispensable infrastructure morale de toute société. »

Plus que tout, Claude Revel a souhaité par ses multiples engagements protéger les libertés, « à tout prix, et même de manière collatérale ». « Nous devons préparer le monde de demain pour nos enfants, tous les enfants, poursuit-elle. Il nous faut pour cela lutter contre les rapports de force animale, protéger toutes les formes de faiblesse et la dignité humaine. » L’entretien se clôt sur cette question : Y a-t-il une menace qui vous inquiète en particulier ? « Oui bien sûr. Je suis vent debout contre la prise de pouvoir sur nos vies par des géants multinationaux du numérique, non élus, sans notre consentement éclairé, à l’aide de technologies qui séduisent et sont peu à peu rendues obligatoires. Je vais me battre plus que jamais, par les idées car je crois qu’elles mènent le monde, contre une société proposant un pseudo bonheur formaté et sécurisé contre un contrôle individuel total y compris sur la pensée.  Je crains que certains de leurs dirigeants n’aient un agenda. Et je crois bien, hélas, que ça n’est pas le nôtre. Seul le développement de l’esprit critique et citoyen dès l’enfance peut nous éviter le pire » 




Newsletter n°72 - 10 novembre 2023

⭕️ Éditorial

Souveraineté incarnée

Notre espace médiatique est saturé de discussions d’ordre technique. Les experts ne s’en rendent sans doute pas compte, mais ils parlent de moins en moins au peuple. Les experts ne parlent plus du peuple. Ils se parlent entre eux, avec leurs mots à eux, leurs références, leurs codes, leurs acronymes. Ils croisent le fer, sur les plateaux, sur les réseaux, sur des questions byzantines, inintelligibles du nombre. Or, pour la même raison qu’un logiciel doit être centré sur l’utilisateur, la question de la souveraineté, et particulièrement celle de la souveraineté technologique, doit quant à elle partir du peuple, être centrée sur lui. La perception des besoins fonctionnels, la compréhension des enjeux sociaux, économiques, politiques, écologiques, l’adoption massive des usages doivent relever de lui, partir de lui et retourner à lui. L’avancée, l’utilité ou le profit, doivent d’abord être attendus puis concrètement éprouvés par lui. Faute de cet ancrage social, de cet enracinement populaire, de cette incarnation radicale des enjeux de la souveraineté technologique, un risque majeur se dresse devant cette industrie : la déconnexion pure et simple.

Bertrand Leblanc-Barbedienne




Nous recevons aujourd’hui, vendredi 10 novembre 2023, Anne-Cécile Gaillard,
qui est CEO et fondatrice de Medicis.

Comment conciliera-t-on souveraineté et rentabilité ?



⭕️ Conciliabule

Avertissement : Souveraine Tech revendique par vocation une approche transpartisane. Seule nous oblige la défense des intérêts supérieurs de notre pays. Nous proposons ainsi un lieu de « disputatio » ouvert aux grandes figures actives de tous horizons. La parole y est naturellement libre et n’engage que ceux qui la prennent ici. Cependant, nous sommes bien conscients des enjeux en présence, et peu dupes des habiles moyens d’influence plus ou moins visibles parfois mis en œuvre, et dont tout un chacun peut faire l’objet, ici comme ailleurs. Nous tenons la capacité de discernement de notre lectorat en une telle estime que nous le laissons seul juge de l’adéquation entre le dire et l’agir de nos invités.


 
1/ Tous actionnaires, un jour, d’un fonds technologique souverain, est-ce concevable selon vous ?

C’est non seulement concevable, mais surtout souhaitable ! Pourquoi ? Un constat s’impose : notre perte de souveraineté en matière technologique est largement alimentée par une carence en capitaux français. Ou, dit autrement, nos capacités de financement ne sont pas suffisantes pour faire croître les pépites que nous développons au-delà d’un certain stade. Quelque part, c’est une bonne nouvelle : nous sommes capables de créer des champions nationaux. Encore faut-il trouver comment les retenir !
Soumise aux mêmes enjeux, l’Union Européenne a amorcé un début de solution avec la création d’un fonds de fonds destiné à soutenir les scale-up pour en faire les fleurons technologiques de demain. Cette initiative vise à répondre au fait que les start-up européennes les plus prometteuses finissent par se tourner vers des investisseurs américains, asiatiques ou des pays du Golfe pour soutenir leur développement, faute de capitaux européens. Baptisé European Tech Champions Initiative (ETCI), le fonds est pour l’instant doté de 3,75 milliards EUR, avec un objectif à 10 milliards. C’est un premier pas, mais il faut garder à l’esprit que c’est encore modeste pour un fonds.

Ce qui vaut à l’échelle européenne pourrait (et devrait) également s’appliquer à la France, d’autant que nous disposons d’un atout clé avec l’appétence des Français pour l’épargne (rappelons que les encours totaux des livrets réglementés atteignaient 547,4 milliards EUR en juillet 2023 !). Un fonds technologique souverain pourrait ainsi permettre de réorienter une partie de cette épargne vers l’économie réelle, en faisant travailler l’argent des Français à un taux plus intéressant que celui du livret A, tout en finançant des projets ambitieux pour notre souveraineté technologique.Cela étant, s’il s’agit d’une idée excellente en théorie, le diable se niche dans les détails, et la réussite d’un tel projet dépendrait avant tout d’arbitrages concrets, afin de garantir l’attractivité du dispositif (régime fiscal ? durée de blocage du placement ? rentabilité ?), et partant, l’adhésion massive des Français.

Sur le plan stratégique se posera l’épineuse question du choix des cibles d’investissement : comment conciliera-t-on souveraineté et rentabilité ? La question doit être posée, plusieurs entreprises françaises passées sous pavillon étranger au cours des dernières années ayant été en grande difficulté financière, avec peu ou pas de repreneurs / investisseurs français s’étant portés volontaires pour les redresser.

2/ Puisque l’on parle de plus en plus de gouvernance en matière politique, parlons gouvernement de l’entreprise.
Pourriez-vous décrire en termes politiques la meilleure organisation possible de l’entreprise selon vous (verticalité, démocratie, subsidiarité etc) ?

D’après mon expérience, les problèmes de gouvernance peuvent toucher tous les types d’entreprises, de la start-up au groupe du CAC40, en passant par la coopérative agricole ou la société familiale détenue depuis plusieurs générations. Aucune société n’est immunisée, quelle que soit son organisation ! Pour autant, il existe des bonnes pratiques en matière de gouvernance, qui ont pour objectif de limiter les dysfonctionnements et de permettre à la société de créer de la valeur dans le respect de ses parties prenantes. Elles englobent d’ailleurs également les préoccupations environnementales et sociétales. Selon moi, la meilleure organisation possible pour une entreprise, c’est donc celle qui permet l’alignement entre sa vision, sa stratégie, ses opérations, et l’intérêt de ses parties prenantes.

3/ De quelle façon évoqueriez-vous l’actionnariat d’Etat à un chef d’entreprise, et l’actionnariat d’entreprise à un haut fonctionnaire ?

Je commencerais par leur demander : que signifie, pour vous, être actionnaire d’une entreprise ? La réponse est double :

En effet, qu’est-ce qu’un actionnaire ? C’est un acteur économique qui investit dans une entreprise afin de profiter financièrement de la création de valeur générée par son activité. Il s’agit donc de critères purement financiers. Jusqu’à récemment, c’était la logique qui prévalait dans les stratégies d’investissement mises en œuvres par la plupart des actionnaires privés.

Corollaire immédiat : y a-t-il d’autres critères − extra-financiers − présidant à l’investissement de l’actionnaire dans une société donnée ? L’Etat actionnaire pointera certainement des considérations politiques, comme la souveraineté ou la protection de l’emploi. La nouveauté, c’est que l’actionnaire privé est désormais lui aussi tributaire de critères extra-financiers dans ses choix d’investissement, avec le poids croissant pris par l’ESG dans les décisions d’investissement, et ce de façon décorrélée de leur rentabilité financière. Nous sommes au cœur d’un véritable changement de paradigme. Certains fonds refusent désormais d’investir dans des industries ayant un impact négatif sur la santé ou l’environnement (tabac, énergies fossiles), ainsi que sur des critères éthiques (industrie de défense). Je pense ainsi que la différence entre Etat actionnaire et investisseur privé n’est plus si hermétique (à ce niveau-là tout du moins), les deux catégories devant prendre en compte des critères extra-financiers plus ou moins arbitraires dans leur stratégie d’investissement.

4/ Quels conseils préventifs prodigueriez-vous à une entreprise qui voudrait se mettre à l’abri de toute déstabilisation étrangère à des fins de prédation ?

Je leur recommanderais de se faire accompagner le plus en amont possible : par leurs prestataires traditionnels (avocats, conseillers en communication, banquiers d’affaires, etc.) mais également par un cabinet de conseil en intelligence économique spécialisé sur ce type d’opérations. L’idéal, c’est que l’entreprise cherche à évaluer ses vulnérabilités à une opération de déstabilisation potentielle, et ce même si elle ne fait pas elle-même l’objet de velléités connues a priori. L’objectif est de lui permettre d’identifier d’éventuels signaux faibles préalables au déclenchement d’hostilités, et partant, de disposer d’un coup d’avance sur ses adversaires. Je précise que cette analyse est utile même lorsqu’elle ne fait pas remonter de signaux faibles : en effet, elle donne l’opportunité à l’entreprise de mieux cerner les attentes et perceptions de ses parties prenantes, ainsi que d’identifier des vecteurs de risques – ce qui permettra au management de disposer d’informations sur des domaines qui sont souvent des angles morts ‘en temps de paix’. En effet, dans la défense aux opérations de déstabilisation, l’anticipation est déterminante. L’entreprise doit être en mesure de cerner le positionnement des acteurs hostiles, leurs relais, leur agenda, leur calendrier suffisamment tôt afin de se protéger, de prendre des mesures préventives, et d’élaborer une stratégie de défense adaptée le cas échéant. Dans ce type de situation, le nerf de la guerre, c’est l’asymétrie d’information, qui est en défaveur des sociétés visées, et obère leur capacité à développer une réponse opérationnelle adéquate. Lors du déclenchement des hostilités, elles ont en général une vision parcellaire, et souvent faussée, des acteurs qui cherchent à les déstabiliser, tandis que ces derniers sont en position de force, dans la mesure où ils ont déjà collecté des renseignements sur la cible et son environnement, identifié des leviers d’influence et établi un calendrier d’action pour leur campagne.

5/ Qu’est-ce qui vous inspire chez les Médicis au point d’avoir donné à votre entreprise ce nom de baptême ?


Aujourd’hui encore, Médicis est un nom qui est synonyme de « pouvoir ». Un pouvoir qui se décline dans plusieurs univers (la finance, la politique, l’industrie), et sur plusieurs territoires (expansion depuis la République de Florence vers toute l’Europe occidentale). C’est une famille qui est à la fois très exposée (plusieurs papes, deux reines de France), tout en jouant un rôle central en coulisses pour faire avancer ses intérêts, avec un réseau d’hommes de l’ombre, de diplomates et d’agents de renseignement (qu’on pense à la relation entre Jérôme Gondi et Catherine de Médicis par exemple !).

Il m’est apparu que c’était une belle filiation dans laquelle inscrire ma société, Medicis, dont l’objet est de décrypter les sous-jacents aux approches hostiles de tous types, ce qui présuppose d’analyser des dynamiques tant financières qu’industrielles, politiques et humaines, et ce à l’échelle internationale. Tout comme chez les Médicis, les missions sur lesquelles j’interviens nécessitent de comprendre les enjeux qui se trament en coulisses, de déceler les agendas cachés, et de pénétrer les arcanes des décisions stratégiques.

6/ Vous employez souvent l’expression d’activisme actionnarial. Qu’est-ce exactement ? Et au service de quels intérêts s’exerce-t-il ? Enfin, en quoi diffère-t-il de l’action ?

L’activisme actionnarial désigne un phénomène par lequel certains actionnaires cherchent à influer sur la stratégie des sociétés dans lesquelles ils investissent. Cela peut être par exemple de demander le départ du dirigeant de la société ciblée (l’ancien PDG de Danone, Emmanuel Faber, en a fait les frais en 2021), de proposer une stratégie alternative (campagne de Xavier Niel et Léon Bressler chez Unibail-Rodamco en 2020), d’inscrire une résolution climat à l’ordre du jour d’une Assemblée Générale (coalition Follow This chez TotalEnergies lors de l’AG 2023), ou encore de revoir les conditions financières d’une OPA (TCI dans le cadre de l’OPA de Safran sur Zodiac en 2017). C’est un terme qui porte malheureusement une connotation un peu négative en France, où l’on a longtemps fait l’amalgame entre les actionnaires activistes et les fonds vautours. Pour cette raison, certains préfèrent qu’on les présentent comme des « fonds actifs » ou des « actionnaires engagés ». En réalité, il y a beaucoup de profils différents d’activistes (hedge funds américains d’envergure, fonds d’investissement européens, associations d’actionnaires minoritaires, coalitions actionnariales, ou encore actionnaires individuels), avec des modi operandi très divers. Certains vont se montrer très confrontationnels, afin de contraindre le management à leur céder lors de négociations, par peur du déclenchement d’une campagne publique à leur encontre ; d’autres vont chercher à se présenter de façon plus constructive, afin de rassurer les autres actionnaires et les rallier à leur cause – c’est une stratégie qui fonctionne bien sur le marché européen, où l’on est plus réfractaire aux postures frontalement hostiles.

Vous posez une bonne question concernant leurs intérêts ! En premier lieu, comme tous les actionnaires, c’est de faire monter le cours de l’action pour enregistrer une plus-value. Cela étant, les activistes ont souvent un second agenda (M&A, obtention d’un siège au Conseil d’Administration, départ du dirigeant, ESG, rapprochement avec un concurrent, etc.), et cherchent à faire en sorte que la société suive leurs recommandations. C’est une question de légitimité vis-à-vis du marché, puisque la capacité d’un fonds activiste à mener campagne dépend de sa capacité à rallier les autres actionnaires derrière son projet, et donc à défendre une stratégie perçue par le marché comme crédible et créatrice de valeur.

Quoi qu’il en soit, ce n’est jamais une bonne nouvelle pour un chef d’entreprise quand un fonds activiste débarque à son capital, car le management se retrouve acculé dans un rapport de force permanent avec l’activiste (voire également avec les actionnaires qui le soutiennent), et voit les vulnérabilités de la société exposées publiquement. On constate d’ailleurs que les campagnes activistes s’accompagnent souvent de manœuvres de déstabilisation périphériques, qui ne sont pas orchestrées par les actionnaires insatisfaits, mais proviennent d’acteurs qui cherchent à tirer profit de la situation de vulnérabilité suscitées par la campagne.

7/ Le téléphone sonne : Vous êtes appelée à la rescousse pour proposer une stratégie qui permette de garantir l’avenir français d’Atos. Que préconisez-vous ?

Il y a tellement de rebondissements chez Atos que la réponse que je vous fais aujourd’hui risque d’être déjà caduque demain ! Cela étant, nous évoquions précédemment l’importance des questions d’alignement et de bonne gouvernance, il me semble qu’Atos en constitue un cas d’école.

En effet, le cours de l’action Atos a perdu plus de 90% de sa capitalisation boursière sous le mandat de Bertrand Meunier (Président du Conseil d’Administration d’Atos entre novembre 2019 et octobre 2023). Et lors de l’annonce du plan de scission en août dernier (qui inclut le rachat de Tech Foundations par Daniel Křetínský, ainsi que sa montée au capital d’Eviden), le cours perd encore 45%. Voilà un exemple parlant de désalignement entre les intérêts des actionnaires et du management, aggravé qui plus est par des conditions de cession pour le moins peu transparentes. Le contrat de confiance est rompu, et c’est ce qui explique la multiplication des contestations actionnariales (Sycomore hier, CIAM, l’UDAAC et Alix AM aujourd’hui).

En ce qui concerne la mise en œuvre d’une stratégie pour garantir l’avenir français d’Atos, plusieurs projets intéressants ont été sur la table, lesquels étaient susceptibles de garantir l’avenir français des activités stratégiques d’Atos tout en permettant de recréer de la valeur pour ses actionnaires. Je pense notamment à Onepoint, qui vient de monter au capital pour devenir actionnaire de référence du groupe avec 9,9% (et qui vient incidemment de lever 500 millions EUR auprès de Carlyle), ainsi qu’au consortium Astek/Chapsvision, lequel avait fait part de sa volonté de « sanctuariser les activités particulièrement sensibles » d’Atos « au sein d’une structure à l’actionnariat verrouillé », dans un courrier adressé au Secrétaire Général de l’Elysée Alexis Kohler. Mais difficile de se prononcer davantage sans avoir un minimum de transparence sur les raisons ayant présidé à l’éviction de ces projets en faveur du plan de transformation défendu par le management…

8/ Comment pourrait-on utilement dépasser ou tirer parti de la dichotomie public / privé, tellement ancrée dans l’esprit français ?

On observe au sein de la sphère publique une défiance généralisée pour ce qui vient du privé. Ce scepticisme trouve en partie sa source dans une certaine perception culturelle répandue en France, où la génération de valeur est souvent perçue comme suspecte.
On a notamment tendance à opposer création de valeur et sauvegarde des intérêts collectifs. Dans le domaine de l’entreprise par exemple, il n’est pas rare que l’Etat soit jugé plus fiable pour gérer des entreprises en difficulté, ce qui serait la garantie de la préservation de l’intérêt général et d’une meilleure gestion. Or l’expérience montre que c’est souvent faux, comme l’a montré le Crédit Lyonnais en son temps. J’ajoute enfin qu’il y a en France un déficit de culture économique et financière, qui n’aide pas à dépasser l’antagonisme entre les deux sphères ! Je pense néanmoins que la réconciliation public / privé est possible ; elle pourrait passer par le fait d’articuler efficacement création de valeur et défense de l’intérêt commun. Le fonds souverain technologique que nous évoquions pourrait en être une des pistes !

9/ Suffit-il à vos yeux d’être doté des moyens financiers considérables pour devenir actionnaire d’une entreprise française stratégique ? Autrement dit : l’entreprise est-elle à vendre ?

Tout dépend de la forme juridique de la société. Si elle est cotée, son actionnariat est public. Quiconque le souhaite peut donc en devenir actionnaire, à condition d’en acheter au moins une action. Ce type d’entreprise est donc, par essence, ouvert à tous. Dans le cas d’une entreprise privée, le processus d’investissement ou de vente des parts est plus formel et compliqué. Pour autant, un certain nombre de fleurons, dont l’actionnariat est privé, passent sous pavillon étranger. Pourquoi ? L’une des raisons clés est le manque de capitaux français. Lorsque le fonds américain Searchlight lance une OPA sur l’équipementier aéronautique Latécoère, lourdement endetté, il s’agit d’une offre amicale, approuvée par le management, et non d’une approche hostile. L’entreprise avait bien manifesté son intérêt pour l’arrivée d’un actionnaire de référence, mais aucun fonds français n’a souhaité monter au capital du groupe, laissant la place libre pour Searchlight. Idem pour l’ex-pépite française Exxelia, dont la récente vente au groupe américain Heico a suscité un certain émoi dans la sphère politique française, en raison de ses activités stratégiques (composants et sous-systèmes de précision pour l’industrie militaire). Pourtant, aucun groupe français n’a formulé d’offre ferme pour reprendre la société, là où les Américains se sont, eux, positionnés. On en revient donc au nerf de la guerre, le financement de nos pépites par des capitaux tricolores, et la possibilité de créer un fonds souverain technologique visant à asseoir une politique de souveraineté économique et industrielle ambitieuse.

10/ Rien ne se créé, tout se transforme. Avant de créer de la richesse, de qui ou de quoi l’entreprise la reçoit-elle ?La base de tout, c’est le capital humain.

Au commencement, c’est le capital humain (expertise, créativité, engagement) qui constitue la source primaire de l’innovation et de la productivité au sein de l’entreprise. C’est le véhicule premier de la création de richesse lors de la création d’une société. Dans un second temps arrive le capital financier (provenant des investisseurs, des actionnaires et des institutions de financement), qui permet de concrétiser les projets et les idées impulsées par le capital humain. Vient ensuite le capital social et relationnel, à savoir les réseaux de partenaires, de clients et de fournisseurs, qui crée un écosystème favorable à la croissance. Et enfin le capital intellectuel, soit les brevets, les connaissances et l’expérience accumulés, qui constitue la base sur laquelle l’entreprise innove et se développe. C’est la conjugaison (et l’alignement !) de tous ces éléments qui permet à l’entreprise de construire de la valeur.

 



⭕️ Mezze de tweets

 




⭕️ Hors spectre

Née en Italie et devenue reine de France à 30 ans,
Catherine de Médicis est une figure emblématique de la royauté française. 

 

“Il y a toujours un moment dans leur vie où les gens s’aperçoivent qu’ils m’adorent.” Salvador Dali




Comment conciliera-t-on souveraineté et rentabilité ?

Avertissement : Souveraine Tech revendique par vocation une approche transpartisane. Seule nous oblige la défense des intérêts supérieurs de notre pays. Nous proposons ainsi un lieu de « disputatio » ouvert aux grandes figures actives de tous horizons. La parole y est naturellement libre et n’engage que ceux qui la prennent ici. Cependant, nous sommes bien conscients des enjeux en présence, et peu dupes des habiles moyens d’influence plus ou moins visibles parfois mis en œuvre, et dont tout un chacun peut faire l’objet, ici comme ailleurs. Nous tenons la capacité de discernement de notre lectorat en une telle estime que nous le laissons seul juge de l’adéquation entre le dire et l’agir de nos invités.


vendredi 10 novembre 2023
Anne-Cécile Gaillard est CEO et fondatrice de Medicis
 
1/ Tous actionnaires, un jour, d’un fonds technologique souverain, est-ce concevable selon vous ?

C’est non seulement concevable, mais surtout souhaitable ! Pourquoi ? Un constat s’impose : notre perte de souveraineté en matière technologique est largement alimentée par une carence en capitaux français. Ou, dit autrement, nos capacités de financement ne sont pas suffisantes pour faire croître les pépites que nous développons au-delà d’un certain stade. Quelque part, c’est une bonne nouvelle : nous sommes capables de créer des champions nationaux. Encore faut-il trouver comment les retenir !
Soumise aux mêmes enjeux, l’Union Européenne a amorcé un début de solution avec la création d’un fonds de fonds destiné à soutenir les scale-up pour en faire les fleurons technologiques de demain. Cette initiative vise à répondre au fait que les start-up européennes les plus prometteuses finissent par se tourner vers des investisseurs américains, asiatiques ou des pays du Golfe pour soutenir leur développement, faute de capitaux européens. Baptisé European Tech Champions Initiative (ETCI), le fonds est pour l’instant doté de 3,75 milliards EUR, avec un objectif à 10 milliards. C’est un premier pas, mais il faut garder à l’esprit que c’est encore modeste pour un fonds.

Ce qui vaut à l’échelle européenne pourrait (et devrait) également s’appliquer à la France, d’autant que nous disposons d’un atout clé avec l’appétence des Français pour l’épargne (rappelons que les encours totaux des livrets réglementés atteignaient 547,4 milliards EUR en juillet 2023 !). Un fonds technologique souverain pourrait ainsi permettre de réorienter une partie de cette épargne vers l’économie réelle, en faisant travailler l’argent des Français à un taux plus intéressant que celui du livret A, tout en finançant des projets ambitieux pour notre souveraineté technologique.Cela étant, s’il s’agit d’une idée excellente en théorie, le diable se niche dans les détails, et la réussite d’un tel projet dépendrait avant tout d’arbitrages concrets, afin de garantir l’attractivité du dispositif (régime fiscal ? durée de blocage du placement ? rentabilité ?), et partant, l’adhésion massive des Français.

Sur le plan stratégique se posera l’épineuse question du choix des cibles d’investissement : comment conciliera-t-on souveraineté et rentabilité ? La question doit être posée, plusieurs entreprises françaises passées sous pavillon étranger au cours des dernières années ayant été en grande difficulté financière, avec peu ou pas de repreneurs / investisseurs français s’étant portés volontaires pour les redresser.

2/ Puisque l’on parle de plus en plus de gouvernance en matière politique, parlons gouvernement de l’entreprise.
Pourriez-vous décrire en termes politiques la meilleure organisation possible de l’entreprise selon vous (verticalité, démocratie, subsidiarité etc) ?

D’après mon expérience, les problèmes de gouvernance peuvent toucher tous les types d’entreprises, de la start-up au groupe du CAC40, en passant par la coopérative agricole ou la société familiale détenue depuis plusieurs générations. Aucune société n’est immunisée, quelle que soit son organisation ! Pour autant, il existe des bonnes pratiques en matière de gouvernance, qui ont pour objectif de limiter les dysfonctionnements et de permettre à la société de créer de la valeur dans le respect de ses parties prenantes. Elles englobent d’ailleurs également les préoccupations environnementales et sociétales. Selon moi, la meilleure organisation possible pour une entreprise, c’est donc celle qui permet l’alignement entre sa vision, sa stratégie, ses opérations, et l’intérêt de ses parties prenantes.

3/ De quelle façon évoqueriez-vous l’actionnariat d’Etat à un chef d’entreprise, et l’actionnariat d’entreprise à un haut fonctionnaire ?

Je commencerais par leur demander : que signifie, pour vous, être actionnaire d’une entreprise ? La réponse est double :

En effet, qu’est-ce qu’un actionnaire ? C’est un acteur économique qui investit dans une entreprise afin de profiter financièrement de la création de valeur générée par son activité. Il s’agit donc de critères purement financiers. Jusqu’à récemment, c’était la logique qui prévalait dans les stratégies d’investissement mises en œuvres par la plupart des actionnaires privés.

Corollaire immédiat : y a-t-il d’autres critères − extra-financiers − présidant à l’investissement de l’actionnaire dans une société donnée ? L’Etat actionnaire pointera certainement des considérations politiques, comme la souveraineté ou la protection de l’emploi. La nouveauté, c’est que l’actionnaire privé est désormais lui aussi tributaire de critères extra-financiers dans ses choix d’investissement, avec le poids croissant pris par l’ESG dans les décisions d’investissement, et ce de façon décorrélée de leur rentabilité financière. Nous sommes au cœur d’un véritable changement de paradigme. Certains fonds refusent désormais d’investir dans des industries ayant un impact négatif sur la santé ou l’environnement (tabac, énergies fossiles), ainsi que sur des critères éthiques (industrie de défense). Je pense ainsi que la différence entre Etat actionnaire et investisseur privé n’est plus si hermétique (à ce niveau-là tout du moins), les deux catégories devant prendre en compte des critères extra-financiers plus ou moins arbitraires dans leur stratégie d’investissement.

4/ Quels conseils préventifs prodigueriez-vous à une entreprise qui voudrait se mettre à l’abri de toute déstabilisation étrangère à des fins de prédation ?

Je leur recommanderais de se faire accompagner le plus en amont possible : par leurs prestataires traditionnels (avocats, conseillers en communication, banquiers d’affaires, etc.) mais également par un cabinet de conseil en intelligence économique spécialisé sur ce type d’opérations. L’idéal, c’est que l’entreprise cherche à évaluer ses vulnérabilités à une opération de déstabilisation potentielle, et ce même si elle ne fait pas elle-même l’objet de velléités connues a priori. L’objectif est de lui permettre d’identifier d’éventuels signaux faibles préalables au déclenchement d’hostilités, et partant, de disposer d’un coup d’avance sur ses adversaires. Je précise que cette analyse est utile même lorsqu’elle ne fait pas remonter de signaux faibles : en effet, elle donne l’opportunité à l’entreprise de mieux cerner les attentes et perceptions de ses parties prenantes, ainsi que d’identifier des vecteurs de risques – ce qui permettra au management de disposer d’informations sur des domaines qui sont souvent des angles morts ‘en temps de paix’. En effet, dans la défense aux opérations de déstabilisation, l’anticipation est déterminante. L’entreprise doit être en mesure de cerner le positionnement des acteurs hostiles, leurs relais, leur agenda, leur calendrier suffisamment tôt afin de se protéger, de prendre des mesures préventives, et d’élaborer une stratégie de défense adaptée le cas échéant. Dans ce type de situation, le nerf de la guerre, c’est l’asymétrie d’information, qui est en défaveur des sociétés visées, et obère leur capacité à développer une réponse opérationnelle adéquate. Lors du déclenchement des hostilités, elles ont en général une vision parcellaire, et souvent faussée, des acteurs qui cherchent à les déstabiliser, tandis que ces derniers sont en position de force, dans la mesure où ils ont déjà collecté des renseignements sur la cible et son environnement, identifié des leviers d’influence et établi un calendrier d’action pour leur campagne.

5/ Qu’est-ce qui vous inspire chez les Médicis au point d’avoir donné à votre entreprise ce nom de baptême ?


Aujourd’hui encore, Médicis est un nom qui est synonyme de « pouvoir ». Un pouvoir qui se décline dans plusieurs univers (la finance, la politique, l’industrie), et sur plusieurs territoires (expansion depuis la République de Florence vers toute l’Europe occidentale). C’est une famille qui est à la fois très exposée (plusieurs papes, deux reines de France), tout en jouant un rôle central en coulisses pour faire avancer ses intérêts, avec un réseau d’hommes de l’ombre, de diplomates et d’agents de renseignement (qu’on pense à la relation entre Jérôme Gondi et Catherine de Médicis par exemple !).

Il m’est apparu que c’était une belle filiation dans laquelle inscrire ma société, Medicis, dont l’objet est de décrypter les sous-jacents aux approches hostiles de tous types, ce qui présuppose d’analyser des dynamiques tant financières qu’industrielles, politiques et humaines, et ce à l’échelle internationale. Tout comme chez les Médicis, les missions sur lesquelles j’interviens nécessitent de comprendre les enjeux qui se trament en coulisses, de déceler les agendas cachés, et de pénétrer les arcanes des décisions stratégiques.

6/ Vous employez souvent l’expression d’activisme actionnarial. Qu’est-ce exactement ? Et au service de quels intérêts s’exerce-t-il ? Enfin, en quoi diffère-t-il de l’action ?

L’activisme actionnarial désigne un phénomène par lequel certains actionnaires cherchent à influer sur la stratégie des sociétés dans lesquelles ils investissent. Cela peut être par exemple de demander le départ du dirigeant de la société ciblée (l’ancien PDG de Danone, Emmanuel Faber, en a fait les frais en 2021), de proposer une stratégie alternative (campagne de Xavier Niel et Léon Bressler chez Unibail-Rodamco en 2020), d’inscrire une résolution climat à l’ordre du jour d’une Assemblée Générale (coalition Follow This chez TotalEnergies lors de l’AG 2023), ou encore de revoir les conditions financières d’une OPA (TCI dans le cadre de l’OPA de Safran sur Zodiac en 2017). C’est un terme qui porte malheureusement une connotation un peu négative en France, où l’on a longtemps fait l’amalgame entre les actionnaires activistes et les fonds vautours. Pour cette raison, certains préfèrent qu’on les présentent comme des « fonds actifs » ou des « actionnaires engagés ». En réalité, il y a beaucoup de profils différents d’activistes (hedge funds américains d’envergure, fonds d’investissement européens, associations d’actionnaires minoritaires, coalitions actionnariales, ou encore actionnaires individuels), avec des modi operandi très divers. Certains vont se montrer très confrontationnels, afin de contraindre le management à leur céder lors de négociations, par peur du déclenchement d’une campagne publique à leur encontre ; d’autres vont chercher à se présenter de façon plus constructive, afin de rassurer les autres actionnaires et les rallier à leur cause – c’est une stratégie qui fonctionne bien sur le marché européen, où l’on est plus réfractaire aux postures frontalement hostiles.

Vous posez une bonne question concernant leurs intérêts ! En premier lieu, comme tous les actionnaires, c’est de faire monter le cours de l’action pour enregistrer une plus-value. Cela étant, les activistes ont souvent un second agenda (M&A, obtention d’un siège au Conseil d’Administration, départ du dirigeant, ESG, rapprochement avec un concurrent, etc.), et cherchent à faire en sorte que la société suive leurs recommandations. C’est une question de légitimité vis-à-vis du marché, puisque la capacité d’un fonds activiste à mener campagne dépend de sa capacité à rallier les autres actionnaires derrière son projet, et donc à défendre une stratégie perçue par le marché comme crédible et créatrice de valeur.

Quoi qu’il en soit, ce n’est jamais une bonne nouvelle pour un chef d’entreprise quand un fonds activiste débarque à son capital, car le management se retrouve acculé dans un rapport de force permanent avec l’activiste (voire également avec les actionnaires qui le soutiennent), et voit les vulnérabilités de la société exposées publiquement. On constate d’ailleurs que les campagnes activistes s’accompagnent souvent de manœuvres de déstabilisation périphériques, qui ne sont pas orchestrées par les actionnaires insatisfaits, mais proviennent d’acteurs qui cherchent à tirer profit de la situation de vulnérabilité suscitées par la campagne.

7/ Le téléphone sonne : Vous êtes appelée à la rescousse pour proposer une stratégie qui permette de garantir l’avenir français d’Atos. Que préconisez-vous ?

Il y a tellement de rebondissements chez Atos que la réponse que je vous fais aujourd’hui risque d’être déjà caduque demain ! Cela étant, nous évoquions précédemment l’importance des questions d’alignement et de bonne gouvernance, il me semble qu’Atos en constitue un cas d’école.

En effet, le cours de l’action Atos a perdu plus de 90% de sa capitalisation boursière sous le mandat de Bertrand Meunier (Président du Conseil d’Administration d’Atos entre novembre 2019 et octobre 2023). Et lors de l’annonce du plan de scission en août dernier (qui inclut le rachat de Tech Foundations par Daniel Křetínský, ainsi que sa montée au capital d’Eviden), le cours perd encore 45%. Voilà un exemple parlant de désalignement entre les intérêts des actionnaires et du management, aggravé qui plus est par des conditions de cession pour le moins peu transparentes. Le contrat de confiance est rompu, et c’est ce qui explique la multiplication des contestations actionnariales (Sycomore hier, CIAM, l’UDAAC et Alix AM aujourd’hui).

En ce qui concerne la mise en œuvre d’une stratégie pour garantir l’avenir français d’Atos, plusieurs projets intéressants ont été sur la table, lesquels étaient susceptibles de garantir l’avenir français des activités stratégiques d’Atos tout en permettant de recréer de la valeur pour ses actionnaires. Je pense notamment à Onepoint, qui vient de monter au capital pour devenir actionnaire de référence du groupe avec 9,9% (et qui vient incidemment de lever 500 millions EUR auprès de Carlyle), ainsi qu’au consortium Astek/Chapsvision, lequel avait fait part de sa volonté de « sanctuariser les activités particulièrement sensibles » d’Atos « au sein d’une structure à l’actionnariat verrouillé », dans un courrier adressé au Secrétaire Général de l’Elysée Alexis Kohler. Mais difficile de se prononcer davantage sans avoir un minimum de transparence sur les raisons ayant présidé à l’éviction de ces projets en faveur du plan de transformation défendu par le management…

8/ Comment pourrait-on utilement dépasser ou tirer parti de la dichotomie public / privé, tellement ancrée dans l’esprit français ?

On observe au sein de la sphère publique une défiance généralisée pour ce qui vient du privé. Ce scepticisme trouve en partie sa source dans une certaine perception culturelle répandue en France, où la génération de valeur est souvent perçue comme suspecte.
On a notamment tendance à opposer création de valeur et sauvegarde des intérêts collectifs. Dans le domaine de l’entreprise par exemple, il n’est pas rare que l’Etat soit jugé plus fiable pour gérer des entreprises en difficulté, ce qui serait la garantie de la préservation de l’intérêt général et d’une meilleure gestion. Or l’expérience montre que c’est souvent faux, comme l’a montré le Crédit Lyonnais en son temps. J’ajoute enfin qu’il y a en France un déficit de culture économique et financière, qui n’aide pas à dépasser l’antagonisme entre les deux sphères ! Je pense néanmoins que la réconciliation public / privé est possible ; elle pourrait passer par le fait d’articuler efficacement création de valeur et défense de l’intérêt commun. Le fonds souverain technologique que nous évoquions pourrait en être une des pistes !

9/ Suffit-il à vos yeux d’être doté des moyens financiers considérables pour devenir actionnaire d’une entreprise française stratégique ? Autrement dit : l’entreprise est-elle à vendre ?

Tout dépend de la forme juridique de la société. Si elle est cotée, son actionnariat est public. Quiconque le souhaite peut donc en devenir actionnaire, à condition d’en acheter au moins une action. Ce type d’entreprise est donc, par essence, ouvert à tous. Dans le cas d’une entreprise privée, le processus d’investissement ou de vente des parts est plus formel et compliqué. Pour autant, un certain nombre de fleurons, dont l’actionnariat est privé, passent sous pavillon étranger. Pourquoi ? L’une des raisons clés est le manque de capitaux français. Lorsque le fonds américain Searchlight lance une OPA sur l’équipementier aéronautique Latécoère, lourdement endetté, il s’agit d’une offre amicale, approuvée par le management, et non d’une approche hostile. L’entreprise avait bien manifesté son intérêt pour l’arrivée d’un actionnaire de référence, mais aucun fonds français n’a souhaité monter au capital du groupe, laissant la place libre pour Searchlight. Idem pour l’ex-pépite française Exxelia, dont la récente vente au groupe américain Heico a suscité un certain émoi dans la sphère politique française, en raison de ses activités stratégiques (composants et sous-systèmes de précision pour l’industrie militaire). Pourtant, aucun groupe français n’a formulé d’offre ferme pour reprendre la société, là où les Américains se sont, eux, positionnés. On en revient donc au nerf de la guerre, le financement de nos pépites par des capitaux tricolores, et la possibilité de créer un fonds souverain technologique visant à asseoir une politique de souveraineté économique et industrielle ambitieuse.

10/ Rien ne se créé, tout se transforme. Avant de créer de la richesse, de qui ou de quoi l’entreprise la reçoit-elle ?La base de tout, c’est le capital humain.

Au commencement, c’est le capital humain (expertise, créativité, engagement) qui constitue la source primaire de l’innovation et de la productivité au sein de l’entreprise. C’est le véhicule premier de la création de richesse lors de la création d’une société. Dans un second temps arrive le capital financier (provenant des investisseurs, des actionnaires et des institutions de financement), qui permet de concrétiser les projets et les idées impulsées par le capital humain. Vient ensuite le capital social et relationnel, à savoir les réseaux de partenaires, de clients et de fournisseurs, qui crée un écosystème favorable à la croissance. Et enfin le capital intellectuel, soit les brevets, les connaissances et l’expérience accumulés, qui constitue la base sur laquelle l’entreprise innove et se développe. C’est la conjugaison (et l’alignement !) de tous ces éléments qui permet à l’entreprise de construire de la valeur.




Newsletter n°71 - 3 novembre 2023

⭕️ Éditorial

« Souveraine concurrence » : jusques à quand ?

C’est par la loi du sacro-saint marché qu’AWS s’est arrogé une place aussi considérable en France et en « Europe ». Et l’UE mesure aujourd’hui les conséquences désastreuses de sa fascination béate pour la concurrence idéale et le prix de son complexe d’infériorité technologique, au détriment des intérêts dont elle est théoriquement garante. Qu’elle se rappelle donc aujourd’hui qu’avant même d’être un marché, elle est d’abord une compétitrice sur la scène économique internationale, et qu’une bonne manière d’agir à ce titre est de rappeler à ceux qui ne joueraient pas « by the rules », non pas sur mais contre le Vieux continent, qu’ils dépendent d’un droit de la concurrence, lequel dispose que l’abus de position dominante est répréhensible. L’obsessionnelle passion communautaire pour la réglementation pourrait trouver un sens ultime si elle se décidait enfin à la faire respecter coûte que coûte, y compris par ces « hyperscalers » qui semblent subjuguer en haut lieu. Qu’à son tour, la Commission nous montre donc un peu sa « scalabilité » juridictionnelle sur le sujet. Chacun son « lawfare », voyez-vous… Une telle action sur un éventuel comportement anticoncurrentiel d’Amazon est déjà à l’étude, semble-t-il, s’agissant d’un autre pan d’activité de l’entreprise américaine. Comment, dans de telles conditions, une surenchère commerciale telle que ce fallacieux « cloud souverain européen » du goût de nos « partenaires » allemands, mais surtout de nature à accentuer davantage cette domination, est-elle seulement possible ?

Bertrand Leblanc-Barbedienne




Nous recevons aujourd’hui, vendredi 3 novembre 2023, Marc Oehler
, qui est CEO d’Infomaniak🇨🇭

L’Europe se positionne au bout de la chaîne, en consommateur final.



⭕️ Conciliabule

Avertissement : Souveraine Tech revendique par vocation une approche transpartisane. Seule nous oblige la défense des intérêts supérieurs de notre pays. Nous proposons ainsi un lieu de « disputatio » ouvert aux grandes figures actives de tous horizons. La parole y est naturellement libre et n’engage que ceux qui la prennent ici. Cependant, nous sommes bien conscients des enjeux en présence, et peu dupes des habiles moyens d’influence plus ou moins visibles parfois mis en œuvre, et dont tout un chacun peut faire l’objet, ici comme ailleurs. Nous tenons la capacité de discernement de notre lectorat en une telle estime que nous le laissons seul juge de l’adéquation entre le dire et l’agir de nos invités.



1/ Quelle est l’ambition et / ou la vocation d’Infomaniak, pour la Suisse, pour l’Europe, pour le monde ?

Infomaniak aspire à être une alternative éthique et souveraine aux géants du Web en Europe, sans faire de compromis sur l’environnement, la protection de la vie privée et notre responsabilité sociale.

La maîtrise technologique et des données sont des enjeux majeurs de notre siècle. Si l’Europe souhaite maîtriser ses données et ne pas dépendre d’entreprises privées basées à l’étranger qui ne produisent pas durablement de la valeur ajoutée au niveau local, il est primordial de développer des technologies réellement souveraines.

L’Europe a une conception diamétralement opposée de la nature des données par rapport aux Etats-Unis ou la Chine. Alors que la sécurité de ces États passe par la consultation des données, le RGPD fixe des limites claires sur le traitement et l’accès aux données. Rien que le Cloud Act permet par exemple de fouiller les données personnelles de n’importe qui, quelle que soit sa nationalité, même si elles sont stockées dans un centre de données en France et traitées par un logiciel américain. Il est donc primordial de comprendre que la souveraineté numérique passe par la maîtrise complète du lieu de stockage physique et des logiciels qui accèdent et traitent les données.

Avec le numérique, l’Europe se positionne au bout de la chaîne, en consommateur final, et se rend totalement dépendante dans un secteur hautement stratégique pour l’économie et la sécurité de ses Etats.

2/ Quelle perception vos compatriotes se forment-ils de la souveraineté numérique ? Existe-t-il des différences liées aux cantons, et plus précisément en fonction de la langue qu’on y parle ?

Comme en Europe, la souveraineté numérique est un sujet qui n’est pas suffisamment traité et qui passe au second plan en Suisse. Ce qu’on constate, c’est que les décideurs ne sont pas conscients que le cloud suisse existe et qu’au moins 80% des besoins publics et privés peuvent aujourd’hui être fournis par des entreprises suisses qui maîtrisent leurs centres de données, déploient des infrastructures cloud de manière industrielle et développent leurs logiciels sans délocaliser ou faire appel à des solutions étrangères.

De manière plus spécifique, les cantons romands et le Tessin sont plus impliqués que les cantons alémaniques, avec des personnalités engagées comme Nuria Gorrite ou Jean Christophe Schwaab qui vient de publier un livre sur la souveraineté numérique.

De l’autre côté de la Sarine, il y a plus de fatalisme et de lobbying en faveur des géants du Web. La fondation et l’association DigitalSwitzerland, qui se présente comme le chef d’orchestre de la transformation digitale en Suisse, compte les directeurs généraux nationaux d’IBM, de Microsoft, de Google, de Facebook ainsi que la Vice-présidente exécutive de Palantir, le conseiller informatique de Zoom, la cheffe des affaires publiques de Huawei suisse dans son comité exécutif et son comité de pilotage. Elle organise notamment les journées suisses du digital avec de nombreuses conférences dont Huawei est l’un des principaux partenaires.

Décrite par le média ICTjournal comme un puissant appareil de communication avec des capacités financières importantes, DigitalSwitzerland est consultée par les commissions parlementaires et a des liens étroits avec les collectivités publiques. Cela joue un rôle important avec un parlement de milice : en Suisse, les élus ne sont pas forcément des experts en matière de cloud ou de gestion des données, et il n’y a pas de ministre dédié au numérique ou à la souveraineté des données publiques.

3/ Le modèle confédéral vous semble-t-il avoir une incidence sur l’innovation et la performance des entreprises ?

Une prise de conscience de la Confédération aiderait fortement à stimuler les acteurs numériques locaux et à accélérer le développement de technologies souveraines.

Quand les services publics cherchent des solutions cloud, ils se tournent systématiquement vers des solutions américaines. Ils ne montrent donc pas l’exemple et c’est un très mauvais signal pour les entreprises locales qui recherchent des services cloud. Il n’y a pas non plus de synergies et de volonté politique pour mettre ensemble des ressources. En dehors de l’organisation de conférences qui cherchent encore à définir ce qu’est la souveraineté des données en 2023, il n’y a pas d’actions concrètes alors que les solutions existent.

4/ Des alliances entre Infomaniak et d’autres entreprises issues de pays européens partageant les mêmes valeurs « éthiques » sont-elles envisageable à vos yeux ?

Absolument, à condition qu’elles partagent nos valeurs et qu’elles développent aussi leurs propres services. Nous encourageons d’ailleurs même les grosses organisations qui ont besoin d’infrastructures très haute disponibilité à redonder leurs services avec des solutions IaaS européennes en plus d’Infomaniak par exemple. Cela augmente la résilience des services et c’est la puissance des technologies libres : elles n’enferment pas les clients chez un seul prestataire.

Il n’est souhaitable pour personne que 3 à 4 entreprises monopolisent toutes les technologies et les données. Comme pour l’écologie, il est important de veiller à conserver et développer la biodiversité sur le plan technologique.

5/ Il y a environ 1,8 milliards de comptes Gmail dans le monde. Qu’est-ce qui vous manque pour en revendiquer autant ? (NDLR : La dernière version de l’app mail d’Infomaniak nous semble à tous égards en capacité théorique d’y parvenir un jour)

Gmail offre des adresses mail depuis 20 ans dans le but de profiler les utilisateurs et faire de la publicité alors que notre offre etik.com est disponible que depuis 2 ans, sans aucune publicité ou analyse des données. En dehors de ce facteur temps qu’il est difficile de rattraper, c’est la visibilité qui nous manque encore. (NDLR : En voici un peu !) Les écoles créent massivement des comptes Google ou Microsoft pour nos enfants et les évènements tech sont lourdement sponsorisés par ces mêmes entreprises qui sont systématiquement représentées dans les commissions consultées par les milieux politiques.

Malgré cela, notre croissance est linéaire et soutenue. Pour l’accélérer, nous recrutons activement et nous soutenons de plus en plus des créateurs de contenu engagés pour les logiciels libres, la protection du climat, la biodiversité ou qui utilisent et apprécient sincèrement nos services. Nous préparons aussi des offres dédiées aux écoles, aux professeurs qui souhaitent former leurs étudiants sur des technologies libres, aux startups et aux particuliers qui souhaitent profiter d’avantages exclusifs en soutenant le développement de technologies indépendantes et vertueuses pour l’économie locale.

6/ L’expert français en cryptologie et virologie informatique. Eric Filliol écrit ici qu’en matière de RGPD , « la Suisse va suivre la même voie que l’UE et se faire berner de la même manière ». Qu’en pensez-vous ?

Le problème des lois en matière de gestion des données, c’est qu’elles ne vont pas aussi vite que les technologies et qu’il est relativement facile de les contourner, par exemple en s’associant à des acteurs locaux historiques. Contractuellement et légalement, tout semble alors parfait, mais en réalité, les données sont toujours traitées par des logiciels américains et des technologies propriétaires qui ne peuvent pas être librement auditées. Il n’y a donc pas de transparence.

Il y a donc bien des améliorations sur le plan juridique, mais techniquement, il ne faut pas se voiler la face, les géants du Web ont accès aux données. Le seul moyen de réellement contrôler les données, c’est de maîtriser toutes les couches techniques et logicielles. Sans contrepoids politique et sans alternatives technologiques réellement souveraines, il sera à terme très compliqué d’imposer nos exigences juridiques pour défendre les intérêts des citoyens européens.

7/ Beaucoup de solutions faites en Europe pêchent par leur vilaine UX. On a l’impression que votre complexe de services avance sur deux jambes : la technique et l’expérience (esthétique et intuition). Est-ce juste une impression ?

Ce n’est pas une impression, c’est notre priorité. L’efficacité et la simplicité d’utilisation d’un service en ligne est ce qui fait que les gens l’utilisent ou non.

En matière de gestion des utilisateurs, il est par exemple bien plus facile de gérer son organisation chez Infomaniak qu’avec Google Workspace ou Microsoft 365. Les entreprises qui migrent sur notre kSuite sont toujours agréablement surprises, et nous améliorons nos solutions en permanence en fonction des retours de nos clients.

Cette efficacité se retrouve aussi en interne à tous les niveaux, car nous faisons beaucoup avec moins de ressources que les géants du Web. C’est finalement une énorme force, car nos processus de travail restent simples, on sait immédiatement à qui s’adresser et quand une entreprise a besoin d’une information très spécifique, elle l’obtient dans l’heure.

8/ Est-ce que votre attachement à la « privacy » est lié à l’intérêt que la Suisse porte à l’idée de confidentialité en matière bancaire ?

La confiance numérique implique d’avoir un cadre juridique transparent et de maîtriser toutes les couches techniques et logicielles des services qui hébergent et traitent les données. Chez Infomaniak, nous traitons simplement les données comme nous aimerions que les nôtres soient traitées. À la base, Internet est une technologie décentralisée et notre modèle d’affaires n’a jamais été d’exploiter les données de nos clients ou de les revendre.

Si vous stockez vos données dans notre service de stockage kDrive ou que vous archivez vos e-mails dans nos infrastructures, toutes les couches logicielles et techniques qui traitent vos données sont développées en interne ou basées sur des technologies libres comme Openstack. Tout est hébergé en Suisse dans des data centers exclusivement gérés par Infomaniak. Le cadre légal est clair et transparent (LPD et RGPD) et sans clauses d’exception. Vous avez le contrôle totale de vos données.

9/ Vous avez peut-être entendu qu’en France, certains défendent l’idée qu’aucune « entreprise » puissante ne peut-être de nature à rivaliser avec les GAFAM sans d’abord « passer à l’échelle communautaire » (i.e celle de l’UE). Qu’est-ce que cela vous inspire et vous inscrivez-vous en faux en ce qui concerne la Suisse ?

Quand un Etat investit localement pour développer les technologies dont il a besoin, c’est un accélérateur indéniable pour les entreprises et c’est d’ailleurs en partie ce qui explique pourquoi les fournisseurs cloud américains et chinois ont aujourd’hui une telle avance. Force est de constater qu’en Europe, nos élus ne se posent pas les bonnes questions : nous préférons payer des licences et contribuer au développement d’entreprises qui ont une conception diamétralement opposée en matière de vie privée, qui optimisent leur fiscalité au maximum et qui ne créent pas d’emplois localement que de développer la maîtrise technologique et l’économie européenne.

En revanche, il est tout à fait possible d’y arriver sans ce soutien. Des entreprises comme OVH et Infomaniak en sont la preuve. Nous fournissons à ce jour 80% des services cloud dont les entreprises ont besoin à des tarifs jusqu’à 40x plus avantageux à performances égales, avec des garanties réelles en matière de souveraineté des données et une assistance locale.

10/ Vous avez commencé chez Informaniak au support. Vous en êtes maintenant PDG. Quelle est la morale de cette belle histoire comme dirait La Fontaine ?

J’ai toujours été centré sur la satisfaction des clients et j’aime quand les choses avancent dans une atmosphère agréable pour tout le monde. Je pense que c’est ce qui a plu à Boris Siegenthaler, le fondateur d’Infomaniak, et fait qu’on collabore jusqu’à ce qu’il me délègue progressivement l’opérationnel pour se focaliser sur la stratégie et le développement d’Infomaniak.




⭕️ Mezze de tweets

 




⭕️ Hors spectre

Château-d’Œx et Rougemont, capitales mondiales de la montgolfière

 

Presque tous les hommes portent un masque qu’ils ont pris instinctivement pour défendre le secret de leur âme.
Ils en ont tellement l’habitude qu’ils oublient de l’ôter, et ils finissent par ne plus connaître le visage de leur nativité. Maurice Zundel




L’Europe se positionne au bout de la chaîne, en consommateur final.

Avertissement : Souveraine Tech revendique par vocation une approche transpartisane. Seule nous oblige la défense des intérêts supérieurs de notre pays. Nous proposons ainsi un lieu de « disputatio » ouvert aux grandes figures actives de tous horizons. La parole y est naturellement libre et n’engage que ceux qui la prennent ici. Cependant, nous sommes bien conscients des enjeux en présence, et peu dupes des habiles moyens d’influence plus ou moins visibles parfois mis en œuvre, et dont tout un chacun peut faire l’objet, ici comme ailleurs. Nous tenons la capacité de discernement de notre lectorat en une telle estime que nous le laissons seul juge de l’adéquation entre le dire et l’agir de nos invités.


Vendredi 3 novembre 2023.
Marc Oehler, qui est CEO d’Infomaniak🇨🇭
1/ Quelle est l’ambition et / ou la vocation d’Infomaniak, pour la Suisse, pour l’Europe, pour le monde ?

Infomaniak aspire à être une alternative éthique et souveraine aux géants du Web en Europe, sans faire de compromis sur l’environnement, la protection de la vie privée et notre responsabilité sociale.

La maîtrise technologique et des données sont des enjeux majeurs de notre siècle. Si l’Europe souhaite maîtriser ses données et ne pas dépendre d’entreprises privées basées à l’étranger qui ne produisent pas durablement de la valeur ajoutée au niveau local, il est primordial de développer des technologies réellement souveraines.

L’Europe a une conception diamétralement opposée de la nature des données par rapport aux Etats-Unis ou la Chine. Alors que la sécurité de ces États passe par la consultation des données, le RGPD fixe des limites claires sur le traitement et l’accès aux données. Rien que le Cloud Act permet par exemple de fouiller les données personnelles de n’importe qui, quelle que soit sa nationalité, même si elles sont stockées dans un centre de données en France et traitées par un logiciel américain. Il est donc primordial de comprendre que la souveraineté numérique passe par la maîtrise complète du lieu de stockage physique et des logiciels qui accèdent et traitent les données.

Avec le numérique, l’Europe se positionne au bout de la chaîne, en consommateur final, et se rend totalement dépendante dans un secteur hautement stratégique pour l’économie et la sécurité de ses Etats.

2/ Quelle perception vos compatriotes se forment-ils de la souveraineté numérique ? Existe-t-il des différences liées aux cantons, et plus précisément en fonction de la langue qu’on y parle ?

Comme en Europe, la souveraineté numérique est un sujet qui n’est pas suffisamment traité et qui passe au second plan en Suisse. Ce qu’on constate, c’est que les décideurs ne sont pas conscients que le cloud suisse existe et qu’au moins 80% des besoins publics et privés peuvent aujourd’hui être fournis par des entreprises suisses qui maîtrisent leurs centres de données, déploient des infrastructures cloud de manière industrielle et développent leurs logiciels sans délocaliser ou faire appel à des solutions étrangères.

De manière plus spécifique, les cantons romands et le Tessin sont plus impliqués que les cantons alémaniques, avec des personnalités engagées comme Nuria Gorrite ou Jean Christophe Schwaab qui vient de publier un livre sur la souveraineté numérique.

De l’autre côté de la Sarine, il y a plus de fatalisme et de lobbying en faveur des géants du Web. La fondation et l’association DigitalSwitzerland, qui se présente comme le chef d’orchestre de la transformation digitale en Suisse, compte les directeurs généraux nationaux d’IBM, de Microsoft, de Google, de Facebook ainsi que la Vice-présidente exécutive de Palantir, le conseiller informatique de Zoom, la cheffe des affaires publiques de Huawei suisse dans son comité exécutif et son comité de pilotage. Elle organise notamment les journées suisses du digital avec de nombreuses conférences dont Huawei est l’un des principaux partenaires.

Décrite par le média ICTjournal comme un puissant appareil de communication avec des capacités financières importantes, DigitalSwitzerland est consultée par les commissions parlementaires et a des liens étroits avec les collectivités publiques. Cela joue un rôle important avec un parlement de milice : en Suisse, les élus ne sont pas forcément des experts en matière de cloud ou de gestion des données, et il n’y a pas de ministre dédié au numérique ou à la souveraineté des données publiques.

3/ Le modèle confédéral vous semble-t-il avoir une incidence sur l’innovation et la performance des entreprises ?

Une prise de conscience de la Confédération aiderait fortement à stimuler les acteurs numériques locaux et à accélérer le développement de technologies souveraines.

Quand les services publics cherchent des solutions cloud, ils se tournent systématiquement vers des solutions américaines. Ils ne montrent donc pas l’exemple et c’est un très mauvais signal pour les entreprises locales qui recherchent des services cloud. Il n’y a pas non plus de synergies et de volonté politique pour mettre ensemble des ressources. En dehors de l’organisation de conférences qui cherchent encore à définir ce qu’est la souveraineté des données en 2023, il n’y a pas d’actions concrètes alors que les solutions existent.

4/ Des alliances entre Infomaniak et d’autres entreprises issues de pays européens partageant les mêmes valeurs « éthiques » sont-elles envisageable à vos yeux ?

Absolument, à condition qu’elles partagent nos valeurs et qu’elles développent aussi leurs propres services. Nous encourageons d’ailleurs même les grosses organisations qui ont besoin d’infrastructures très haute disponibilité à redonder leurs services avec des solutions IaaS européennes en plus d’Infomaniak par exemple. Cela augmente la résilience des services et c’est la puissance des technologies libres : elles n’enferment pas les clients chez un seul prestataire.

Il n’est souhaitable pour personne que 3 à 4 entreprises monopolisent toutes les technologies et les données. Comme pour l’écologie, il est important de veiller à conserver et développer la biodiversité sur le plan technologique.

5/ Il y a environ 1,8 milliards de comptes Gmail dans le monde. Qu’est-ce qui vous manque pour en revendiquer autant ? (NDLR : La dernière version de l’app mail d’Infomaniak nous semble à tous égards en capacité théorique d’y parvenir un jour)

Gmail offre des adresses mail depuis 20 ans dans le but de profiler les utilisateurs et faire de la publicité alors que notre offre etik.com est disponible que depuis 2 ans, sans aucune publicité ou analyse des données. En dehors de ce facteur temps qu’il est difficile de rattraper, c’est la visibilité qui nous manque encore. (NDLR : En voici un peu !) Les écoles créent massivement des comptes Google ou Microsoft pour nos enfants et les évènements tech sont lourdement sponsorisés par ces mêmes entreprises qui sont systématiquement représentées dans les commissions consultées par les milieux politiques.

Malgré cela, notre croissance est linéaire et soutenue. Pour l’accélérer, nous recrutons activement et nous soutenons de plus en plus des créateurs de contenu engagés pour les logiciels libres, la protection du climat, la biodiversité ou qui utilisent et apprécient sincèrement nos services. Nous préparons aussi des offres dédiées aux écoles, aux professeurs qui souhaitent former leurs étudiants sur des technologies libres, aux startups et aux particuliers qui souhaitent profiter d’avantages exclusifs en soutenant le développement de technologies indépendantes et vertueuses pour l’économie locale.

6/ L’expert français en cryptologie et virologie informatique. Eric Filliol écrit ici qu’en matière de RGPD , « la Suisse va suivre la même voie que l’UE et se faire berner de la même manière ». Qu’en pensez-vous ?

Le problème des lois en matière de gestion des données, c’est qu’elles ne vont pas aussi vite que les technologies et qu’il est relativement facile de les contourner, par exemple en s’associant à des acteurs locaux historiques. Contractuellement et légalement, tout semble alors parfait, mais en réalité, les données sont toujours traitées par des logiciels américains et des technologies propriétaires qui ne peuvent pas être librement auditées. Il n’y a donc pas de transparence.

Il y a donc bien des améliorations sur le plan juridique, mais techniquement, il ne faut pas se voiler la face, les géants du Web ont accès aux données. Le seul moyen de réellement contrôler les données, c’est de maîtriser toutes les couches techniques et logicielles. Sans contrepoids politique et sans alternatives technologiques réellement souveraines, il sera à terme très compliqué d’imposer nos exigences juridiques pour défendre les intérêts des citoyens européens.

7/ Beaucoup de solutions faites en Europe pêchent par leur vilaine UX. On a l’impression que votre complexe de services avance sur deux jambes : la technique et l’expérience (esthétique et intuition). Est-ce juste une impression ?

Ce n’est pas une impression, c’est notre priorité. L’efficacité et la simplicité d’utilisation d’un service en ligne est ce qui fait que les gens l’utilisent ou non.

En matière de gestion des utilisateurs, il est par exemple bien plus facile de gérer son organisation chez Infomaniak qu’avec Google Workspace ou Microsoft 365. Les entreprises qui migrent sur notre kSuite sont toujours agréablement surprises, et nous améliorons nos solutions en permanence en fonction des retours de nos clients.

Cette efficacité se retrouve aussi en interne à tous les niveaux, car nous faisons beaucoup avec moins de ressources que les géants du Web. C’est finalement une énorme force, car nos processus de travail restent simples, on sait immédiatement à qui s’adresser et quand une entreprise a besoin d’une information très spécifique, elle l’obtient dans l’heure.

8/ Est-ce que votre attachement à la « privacy » est lié à l’intérêt que la Suisse porte à l’idée de confidentialité en matière bancaire ?

La confiance numérique implique d’avoir un cadre juridique transparent et de maîtriser toutes les couches techniques et logicielles des services qui hébergent et traitent les données. Chez Infomaniak, nous traitons simplement les données comme nous aimerions que les nôtres soient traitées. À la base, Internet est une technologie décentralisée et notre modèle d’affaires n’a jamais été d’exploiter les données de nos clients ou de les revendre.

Si vous stockez vos données dans notre service de stockage kDrive ou que vous archivez vos e-mails dans nos infrastructures, toutes les couches logicielles et techniques qui traitent vos données sont développées en interne ou basées sur des technologies libres comme Openstack. Tout est hébergé en Suisse dans des data centers exclusivement gérés par Infomaniak. Le cadre légal est clair et transparent (LPD et RGPD) et sans clauses d’exception. Vous avez le contrôle totale de vos données.

9/ Vous avez peut-être entendu qu’en France, certains défendent l’idée qu’aucune « entreprise » puissante ne peut-être de nature à rivaliser avec les GAFAM sans d’abord « passer à l’échelle communautaire » (i.e celle de l’UE). Qu’est-ce que cela vous inspire et vous inscrivez-vous en faux en ce qui concerne la Suisse ?

Quand un Etat investit localement pour développer les technologies dont il a besoin, c’est un accélérateur indéniable pour les entreprises et c’est d’ailleurs en partie ce qui explique pourquoi les fournisseurs cloud américains et chinois ont aujourd’hui une telle avance. Force est de constater qu’en Europe, nos élus ne se posent pas les bonnes questions : nous préférons payer des licences et contribuer au développement d’entreprises qui ont une conception diamétralement opposée en matière de vie privée, qui optimisent leur fiscalité au maximum et qui ne créent pas d’emplois localement que de développer la maîtrise technologique et l’économie européenne.

En revanche, il est tout à fait possible d’y arriver sans ce soutien. Des entreprises comme OVH et Infomaniak en sont la preuve. Nous fournissons à ce jour 80% des services cloud dont les entreprises ont besoin à des tarifs jusqu’à 40x plus avantageux à performances égales, avec des garanties réelles en matière de souveraineté des données et une assistance locale.

10/ Vous avez commencé chez Informaniak au support. Vous en êtes maintenant PDG. Quelle est la morale de cette belle histoire comme dirait La Fontaine ?

J’ai toujours été centré sur la satisfaction des clients et j’aime quand les choses avancent dans une atmosphère agréable pour tout le monde. Je pense que c’est ce qui a plu à Boris Siegenthaler, le fondateur d’Infomaniak, et fait qu’on collabore jusqu’à ce qu’il me délègue progressivement l’opérationnel pour se focaliser sur la stratégie et le développement d’Infomaniak.




La liberté qui transcende la simple technique est profondément politique.

Avertissement : Souveraine Tech revendique par vocation une approche transpartisane. Seule nous oblige la défense des intérêts supérieurs de notre pays. Nous proposons ainsi un lieu de « disputatio » ouvert aux grandes figures actives de tous horizons. La parole y est naturellement libre et n’engage que ceux qui la prennent ici. Cependant, nous sommes bien conscients des enjeux en présence, et peu dupes des habiles moyens d’influence plus ou moins visibles parfois mis en œuvre, et dont tout un chacun peut faire l’objet, ici comme ailleurs. Nous tenons la capacité de discernement de notre lectorat en une telle estime que nous le laissons seul juge de l’adéquation entre le dire et l’agir de nos invités.


Vendredi 27 octobre 2023.
Cet entretien a été réalisé dans le cadre d’un partenariat.
Arnaud et William Meauzoone sont les co-fondateurs de Leviia

1/ Pourquoi la France est-elle selon vous l’un des rares pays en Europe à se passionner mais aussi à s’écharper sur la question de la souveraineté numérique ?

À notre humble avis, et comme souvent dans de tels cas, les raisons sont multiples : à la fois historiques, politiques et culturelles. La France a une longue tradition d’état fort centralisé qui a la maîtrise de ses infrastructures, de ses ressources ou de ses innovations. Nous avons développé notre propre avion, notre propre programme de dissuasion nucléaire et même notre propre système de communication avec le Minitel… Le désir de contrôler son propre destin est fortement ancré dans l’identité française… c’est sans doute un point commun à toutes les grandes puissances qui cherchent à maintenir leur position dominante dans le monde. Mais encore une fois, il s’agit d’une interprétation simplifiée d’un sujet complexe. Il y a probablement beaucoup d’autres facteurs à prendre en compte et chaque pays a sa propre dynamique.

Toutefois, il faut bien reconnaître qu’en France le débat sur la souveraineté numérique est principalement mené par une élite informée. Il s’agit surtout d’un débat d’initiés, dominé par les décideurs politiques, les experts du secteur, les lobbys industriels, etc. La majorité des citoyens ne s’intéresse pas spécialement à cette question. Certains pensent qu’on ne sensibilise pas assez, qu’il faut démocratiser cette discussion. Nous sommes d’accord. Mais ne nous méprenons pas sur une chose : la souveraineté numérique ne sera probablement jamais aussi centrale pour le grand public que le pouvoir d’achat ou la sécurité des personnes.
Cependant, même si elle peut sembler lointaine ou abstraite, cette question mérite toute notre attention et notre réflexion collective. C’est pourquoi nous avons récemment publié une tribune à ce sujet pour proposer que la souveraineté numérique soit élevée au rang de priorité dans les programmes RSE des entreprises. De la même manière que ces programmes ont intégré des enjeux liés au développement durable, la protection et la gestion souveraine des données doivent aussi y occuper une place centrale. L’idée est de créer un catalyseur dans les entreprises françaises pour encourager la sensibilisation des employés, l’instauration de nouvelles politiques internes et influencer les décisions stratégiques au sommet de l’organisation. Aussi, nous avons aussi soumis l’idée d’un label grand public. Basé sur des normes strictes, l’objectif est de créer une signalétique de confiance pour les citoyens et les entreprises en leur permettant de choisir des services respectueux de leurs données. On pourrait par exemple s’inspirer du label « Made In France », délivré par la SOMIF, tout en y ajoutant des critères spécifiques liés à la protection des données et à la souveraineté numérique.

2/ Comment articulez-vous intellectuellement souveraineté et écologie ?

Nous ne parlons plus de cloud écologique chez Leviia mais de cloud durable. Les technologies de stockage ont un impact tangible sur l’environnement. Matériaux utilisés, énergie consommée, déchets produits, toute activité humaine laisse une trace. Notre enjeu chez Leviia est de réduire cette trace au maximum.

Pour répondre à votre question plus globalement, si l’on considère les trajectoires actuelles du changement climatique, il est possible que la notion de souveraineté soit redéfinie ou comprise autrement dans le futur. Au lieu d’être centrée sur l’indépendance vis-à-vis des autres nations, comme aujourd’hui, elle pourrait se focaliser davantage sur la capacité d’une communauté ou d’une nation à protéger sa propre subsistance dans un monde hostile et imprévisible. La gestion de l’eau, l’autonomie alimentaire, la protection contre les événements climatiques extrêmes pourraient devenir de nouveaux critères de souveraineté dans un monde où les conditions climatiques seront de plus en plus imprévisibles.

La terminologie joue un rôle essentiel dans la façon dont nous percevons et traitons les problèmes. Le terme “écologique” est souvent utilisé pour évoquer une relation idéale et harmonieuse avec la nature. Toutefois, quand on parle de « cloud » et de numérique, cette harmonie semble être davantage une aspiration qu’une réalité. Si la vraie nature écologique réside dans la capacité à contribuer activement à la régénération de notre environnement, un cloud serait réellement écologique s’il pouvait, par exemple, capturer du dioxyde de carbone (CO2) de l’atmosphère et rejeter de l’oxygène, à l’image de ce que font les arbres. En bref, l’expression « cloud écologique » est un oxymore.

3/ Sur le plan technique en interne, comment liez-vous le geste à la parole en termes d’enjeux environnementaux ?

D’abord, nous nous sommes tournés vers un fournisseur comme OVH qui s’appuie à 78% sur des énergies renouvelables et qui vise un approvisionnement énergétique 100% renouvelable d’ici 2025.

Aussi, nous avons fait le choix de mutualiser nos serveurs pour nous inscrire dans cette démarche d’efficacité énergétique. Mutualiser, dans le monde du cloud, signifie regrouper plusieurs clients ou instances sur un même serveur, plutôt que de les isoler chacun sur des infrastructures dédiées. Cette approche présente plusieurs avantages :

* Premièrement, cela permet de maximiser l’utilisation de la capacité des serveurs. En d’autres termes, un serveur mutualisé fonctionne souvent à un niveau d’efficacité beaucoup plus élevé que plusieurs serveurs sous-exploités.

* Deuxièmement, cela réduit le nombre total de serveurs nécessaires, ce qui signifie moins d’équipements à refroidir et à alimenter, réduisant ainsi les besoins en énergie.

* Aussi, la mutualisation favorise l’adaptabilité. En regroupant les ressources, il est plus aisé de redistribuer la capacité selon les besoins fluctuants, ce qui entraîne une réactivité accrue et une optimisation constante. Par conséquent, non seulement cela permet de réaliser des économies d’énergie significatives, mais cela optimise également le rapport entre l’énergie consommée et la quantité de données traitées, réduisant de façon notable l’empreinte carbone par unité de donnée. Enfin, cela est bénéfique pour le client car il bénéficie de la puissance d’un serveur haut de gamme sur une offre très abordable, chose qui ne serait pas possible avec un serveur dédié.

4/ En quoi votre parti pris « souverain » a-t-il joué dans le cadre de la levée que vous avez effectuée auprès de la holding personnelle de Xavier Niel ?

Xavier Niel est un acteur très engagé dans le tissu entrepreneurial français. Il a créé Station F, l’école 42, le fond KIMA … Les connexions furent vite très bonnes et lisibles entre Xavier et Leviia. Il connait notre secteur et ses enjeux. Son appétence pour la technologie a fait le reste.

5/ Entendez-vous vous lancer dans la course à la qualification SNC auprès de l’ANSSI ? Et le cas échéant, ou non, pour quelles raisons ?

C’est un sujet très difficile à traiter pour une jeune entreprise comme la nôtre. Rappelons que nous sommes à ce jour ISO 27001 et HDS (hébergeur de données de santé) et que cela demande énormément de temps et d’investissement. SecNumCloud est encore un niveau au dessus, bien plus long à obtenir et coûteux à mettre en place. La question, à notre sens, se pose ainsi : les clients sont-ils prets à payer x % en plus pour un produit SecNumCloud ? Car la réalité est là : SecNumCloud est une qualification de l’ANSSI nécessaire pour certains, beaucoup trop chère pour – beaucoup – d’autres. Le constat est peut-être brutal mais si SecNumCloud était un vrai sujet business, ne pensez-vous pas qu’Amazon, Google ou Microsoft le seraient déjà ? Dans tous les cas, si notre position en France est clairement tournée vers la protection de la souveraineté nationale et européenne, pourquoi alors ouvrir la qualification SecNumCloud à des acteurs soumis à des lois extra-territoriales en termes de données ? Nous considérons chez Leviia qu’un acteur extra-territorial ne devrait pas pouvoir, purement et simplement, passer la qualification SecNumCloud.

6/ L’argumentaire lié à la souveraineté vous semble-t-il de nature à convaincre de nouveaux clients, et de quelle manière ?

La souveraineté, dans notre contexte, est davantage un attribut de notre offre qu’un argument commercial. Les clients qui nous approchent sont déjà sensibilisés à l’importance de la souveraineté numérique. Ils ne viennent pas à nous parce que nous les avons convaincus de l’importance de la souveraineté, ils la connaissent déjà. Ce qui les attire, c’est la combinaison de cette souveraineté avec un produit sécurisé, accessible et offert à un prix attractif. La souveraineté, pour être véritablement efficace, doit être complétée par une offre technique et économique compétitive.

Aussi, de nombreuses entreprises et collectivités sont en effet conscientes de la nécessité d’assurer la souveraineté de leurs données. Cependant, elles se heurtent à plusieurs obstacles qui rendent cette démarche complexe. Souvent, ces entités ne bénéficient pas d’un accompagnement adéquat ou ne disposent pas des ressources nécessaires pour investir dans des solutions dédiées. Faute d’options appropriées, elles se tournent vers ce qui est facilement accessible et familier pour leurs employés. Les GAFAMs, qui offrent des services bien ancrés dans l’usage quotidien des individus, deviennent alors l’option par défaut… même si ce choix peut présenter des risques en termes de souveraineté ou de sécurité des données.

Les besoins numériques de ces petites structures sont souvent négligés par les fournisseurs de solutions cloud traditionnels. Les offres dominantes sur le marché sont fréquemment calibrées pour de grandes entreprises ou collectivités. Le résultat est simple : des services avec de nombreuses fonctionnalités souvent superflues pour ces entités. Ce trop plein de fonctionnalités rendent ces solutions plus complexes et augmentent leurs coûts, les rendant inadaptées aux besoins et aux budgets de nombreuses PME, TPE, ETI et collectivités.

7/ Peut-on encore décemment parler de souveraineté numérique quand 92% des données européennes sont stockées aux USA, que Microsoft Azure détient les données de santé des Français et qu’AWS rafle 80% des parts de marché du CAC40 ?

Cela parait en effet paradoxal à première vue. Mais c’est justement cette situation qui met en lumière l’urgence et l’importance de renforcer notre souveraineté numérique. Si Microsoft Azure détient les données de santé des Français et qu’AWS domine le marché du CAC40, cela ne signifie pas que la souveraineté numérique est une cause perdue, mais plutôt qu’il est temps d’accorder une priorité stratégique à cette question.

8/ Quelles vous paraissent être les pistes imaginables des futurs supports et véhicules (physiques ou non) de nos données ?

La data avance à pas de géant, les estimations en termes de consommation dans les prochaines années sont incroyables. Le cloud sera pour moi l’endroit de toutes les données. Les vitesses de connexions, l’amélioration des disques durs mécaniques et SSD, la baisse des prix sur ces produits, pousseront les clients à aller vers le cloud avec tous les avantages qu’il propose comme sa scalabilité ou sa disponibilité, sans investissement majeur à réaliser.

9/ Vous sentez-vous portés par l’écosystème de la « tech souveraine » (ou souveraine tech si vous préférez !), par les médias tech français, par la représentation nationale, par le gouvernement ?

Chez Leviia, nous avons toujours adopté une approche autonome. Nous ne nous concentrons pas sur ce que font les autres ou sur ce que nous pourrions attendre d’eux. Notre philosophie est simple : faire de notre mieux pour répondre aux besoins de nos clients. Nous croyons fermement que si nous offrons un produit et un service de qualité, cela parlera de lui-même et le soutien et la reconnaissance suivront naturellement. Nous préférons être acteurs de notre destinée et ne pas attendre que les choses viennent à nous.

10/ La question des données revêt une dimension dramatique, avec les histoires de transfert, de « traite », de prédation, d’attaques, d’espionnage. L’avez-vous bien présente à l’esprit dans le cadre de votre activité, ou vous contentez-vous d’apporter une bonne solution technique à vos clients ? Autrement dit, peut-on s’engager dans une proposition technique souveraine sans une vision « stratégique » du sujet ?

Pour nous la question est plutôt : peut-on s’engager dans une proposition technique souveraine sans une vision « politique » du sujet. La réponse est non. Notre démarche est intrinsèquement liée à une vision politique et éthique plus large. Elle ne vise pas simplement à proposer un produit à des clients, mais à répondre à des besoins fondamentaux comme l’indépendance ou la préservation de la vie privée. Cette capacité à décider, à choisir, est au cœur de la notion de liberté. Et cette liberté qui transcende la simple technique est profondément politique. C’est pour cette raison que notre engagement va bien au-delà : il vise à redonner le contrôle, aux entreprises et individus, de leurs données et, par extension, de leur destin.

 



Newsletter n°70 - 27 octobre 2023

⭕️ Éditorial

Tout est politique

Vous connaissez tous l’indigent argument : « La souveraineté, c’est le repli sur soi. » Eh bien nous avons récemment eu la surprise d’entendre une psychologue en carence de vitamine D déclarer avec une moue dégoûtée : « La famille, c’est le repli sur soi. » Voilà pourquoi, bien conscients qu’il vaut mieux prévenir que guérir, nous vous proposons aujourd’hui un petit exercice de prospective clinique. À quelle ânerie, selon vous, allons-nous bientôt avoir droit ?

Qu’allons-nous encore entendre de la bouche de ceux qui ne comprennent décidément toujours pas l’absolue nécessité sociale, anthropologique de la cellule ? De ceux-là-même qui pensent que LA liberté procède de l’absence de contraintes formelles quand l’exercice même DES libertés ne peut avoir lieu qu’au coeur aimable d’un cadre exigeant et attentionné ?

✅ Pour « l’entreprise, c’est le repli sur soi », tapez 1
✅ Pour « la vie privée, c’est le repli sur soi », tapez 2
✅ Pour « la propriété privée, etc. », tapez 3
✅ Pour « le repli sur soi, c’est du repli sur soi », tapez 4
✅ Pour « le repli sur soi, c’est du yoga », tapez 5

Trêve de plaisanterie.

On a certes pu fâcher du monde à cause de cela, mais il faut le redire quand même : tout est politique.

La semaine prochaine, si vous le voulez bien, nous nous intéresserons au protectionnisme (le « pré carré », vous savez…)

Bertrand Leblanc-Barbedienne




Nous recevons aujourd’hui, vendredi 27 octobre 2023,
dans le cadre d’un partenariat
Arnaud et William Meauzoone, qui sont les co-fondateurs de Leviia

La liberté qui transcende la simple technique est profondément politique.



⭕️ Conciliabule

Avertissement : Souveraine Tech revendique par vocation une approche transpartisane. Seule nous oblige la défense des intérêts supérieurs de notre pays. Nous proposons ainsi un lieu de « disputatio » ouvert aux grandes figures actives de tous horizons. La parole y est naturellement libre et n’engage que ceux qui la prennent ici. Cependant, nous sommes bien conscients des enjeux en présence, et peu dupes des habiles moyens d’influence plus ou moins visibles parfois mis en œuvre, et dont tout un chacun peut faire l’objet, ici comme ailleurs. Nous tenons la capacité de discernement de notre lectorat en une telle estime que nous le laissons seul juge de l’adéquation entre le dire et l’agir de nos invités.


1/ Pourquoi la France est-elle selon vous l’un des rares pays en Europe à se passionner mais aussi à s’écharper sur la question de la souveraineté numérique ?

À notre humble avis, et comme souvent dans de tels cas, les raisons sont multiples : à la fois historiques, politiques et culturelles. La France a une longue tradition d’état fort centralisé qui a la maîtrise de ses infrastructures, de ses ressources ou de ses innovations. Nous avons développé notre propre avion, notre propre programme de dissuasion nucléaire et même notre propre système de communication avec le Minitel… Le désir de contrôler son propre destin est fortement ancré dans l’identité française… c’est sans doute un point commun à toutes les grandes puissances qui cherchent à maintenir leur position dominante dans le monde. Mais encore une fois, il s’agit d’une interprétation simplifiée d’un sujet complexe. Il y a probablement beaucoup d’autres facteurs à prendre en compte et chaque pays a sa propre dynamique.

Toutefois, il faut bien reconnaître qu’en France le débat sur la souveraineté numérique est principalement mené par une élite informée. Il s’agit surtout d’un débat d’initiés, dominé par les décideurs politiques, les experts du secteur, les lobbys industriels, etc. La majorité des citoyens ne s’intéresse pas spécialement à cette question. Certains pensent qu’on ne sensibilise pas assez, qu’il faut démocratiser cette discussion. Nous sommes d’accord. Mais ne nous méprenons pas sur une chose : la souveraineté numérique ne sera probablement jamais aussi centrale pour le grand public que le pouvoir d’achat ou la sécurité des personnes.
Cependant, même si elle peut sembler lointaine ou abstraite, cette question mérite toute notre attention et notre réflexion collective. C’est pourquoi nous avons récemment publié une tribune à ce sujet pour proposer que la souveraineté numérique soit élevée au rang de priorité dans les programmes RSE des entreprises. De la même manière que ces programmes ont intégré des enjeux liés au développement durable, la protection et la gestion souveraine des données doivent aussi y occuper une place centrale. L’idée est de créer un catalyseur dans les entreprises françaises pour encourager la sensibilisation des employés, l’instauration de nouvelles politiques internes et influencer les décisions stratégiques au sommet de l’organisation. Aussi, nous avons aussi soumis l’idée d’un label grand public. Basé sur des normes strictes, l’objectif est de créer une signalétique de confiance pour les citoyens et les entreprises en leur permettant de choisir des services respectueux de leurs données. On pourrait par exemple s’inspirer du label « Made In France », délivré par la SOMIF, tout en y ajoutant des critères spécifiques liés à la protection des données et à la souveraineté numérique.

2/ Comment articulez-vous intellectuellement souveraineté et écologie ?

Nous ne parlons plus de cloud écologique chez Leviia mais de cloud durable. Les technologies de stockage ont un impact tangible sur l’environnement. Matériaux utilisés, énergie consommée, déchets produits, toute activité humaine laisse une trace. Notre enjeu chez Leviia est de réduire cette trace au maximum.

Pour répondre à votre question plus globalement, si l’on considère les trajectoires actuelles du changement climatique, il est possible que la notion de souveraineté soit redéfinie ou comprise autrement dans le futur. Au lieu d’être centrée sur l’indépendance vis-à-vis des autres nations, comme aujourd’hui, elle pourrait se focaliser davantage sur la capacité d’une communauté ou d’une nation à protéger sa propre subsistance dans un monde hostile et imprévisible. La gestion de l’eau, l’autonomie alimentaire, la protection contre les événements climatiques extrêmes pourraient devenir de nouveaux critères de souveraineté dans un monde où les conditions climatiques seront de plus en plus imprévisibles.

La terminologie joue un rôle essentiel dans la façon dont nous percevons et traitons les problèmes. Le terme “écologique” est souvent utilisé pour évoquer une relation idéale et harmonieuse avec la nature. Toutefois, quand on parle de « cloud » et de numérique, cette harmonie semble être davantage une aspiration qu’une réalité. Si la vraie nature écologique réside dans la capacité à contribuer activement à la régénération de notre environnement, un cloud serait réellement écologique s’il pouvait, par exemple, capturer du dioxyde de carbone (CO2) de l’atmosphère et rejeter de l’oxygène, à l’image de ce que font les arbres. En bref, l’expression « cloud écologique » est un oxymore.

3/ Sur le plan technique en interne, comment liez-vous le geste à la parole en termes d’enjeux environnementaux ?

D’abord, nous nous sommes tournés vers un fournisseur comme OVH qui s’appuie à 78% sur des énergies renouvelables et qui vise un approvisionnement énergétique 100% renouvelable d’ici 2025.

Aussi, nous avons fait le choix de mutualiser nos serveurs pour nous inscrire dans cette démarche d’efficacité énergétique. Mutualiser, dans le monde du cloud, signifie regrouper plusieurs clients ou instances sur un même serveur, plutôt que de les isoler chacun sur des infrastructures dédiées. Cette approche présente plusieurs avantages :

* Premièrement, cela permet de maximiser l’utilisation de la capacité des serveurs. En d’autres termes, un serveur mutualisé fonctionne souvent à un niveau d’efficacité beaucoup plus élevé que plusieurs serveurs sous-exploités.

* Deuxièmement, cela réduit le nombre total de serveurs nécessaires, ce qui signifie moins d’équipements à refroidir et à alimenter, réduisant ainsi les besoins en énergie.

* Aussi, la mutualisation favorise l’adaptabilité. En regroupant les ressources, il est plus aisé de redistribuer la capacité selon les besoins fluctuants, ce qui entraîne une réactivité accrue et une optimisation constante. Par conséquent, non seulement cela permet de réaliser des économies d’énergie significatives, mais cela optimise également le rapport entre l’énergie consommée et la quantité de données traitées, réduisant de façon notable l’empreinte carbone par unité de donnée. Enfin, cela est bénéfique pour le client car il bénéficie de la puissance d’un serveur haut de gamme sur une offre très abordable, chose qui ne serait pas possible avec un serveur dédié.

4/ En quoi votre parti pris « souverain » a-t-il joué dans le cadre de la levée que vous avez effectuée auprès de la holding personnelle de Xavier Niel ?

Xavier Niel est un acteur très engagé dans le tissu entrepreneurial français. Il a créé Station F, l’école 42, le fond KIMA … Les connexions furent vite très bonnes et lisibles entre Xavier et Leviia. Il connait notre secteur et ses enjeux. Son appétence pour la technologie a fait le reste.

5/ Entendez-vous vous lancer dans la course à la qualification SNC auprès de l’ANSSI ? Et le cas échéant, ou non, pour quelles raisons ?

C’est un sujet très difficile à traiter pour une jeune entreprise comme la nôtre. Rappelons que nous sommes à ce jour ISO 27001 et HDS (hébergeur de données de santé) et que cela demande énormément de temps et d’investissement. SecNumCloud est encore un niveau au dessus, bien plus long à obtenir et coûteux à mettre en place. La question, à notre sens, se pose ainsi : les clients sont-ils prets à payer x % en plus pour un produit SecNumCloud ? Car la réalité est là : SecNumCloud est une qualification de l’ANSSI nécessaire pour certains, beaucoup trop chère pour – beaucoup – d’autres. Le constat est peut-être brutal mais si SecNumCloud était un vrai sujet business, ne pensez-vous pas qu’Amazon, Google ou Microsoft le seraient déjà ? Dans tous les cas, si notre position en France est clairement tournée vers la protection de la souveraineté nationale et européenne, pourquoi alors ouvrir la qualification SecNumCloud à des acteurs soumis à des lois extra-territoriales en termes de données ? Nous considérons chez Leviia qu’un acteur extra-territorial ne devrait pas pouvoir, purement et simplement, passer la qualification SecNumCloud.

6/ L’argumentaire lié à la souveraineté vous semble-t-il de nature à convaincre de nouveaux clients, et de quelle manière ?

La souveraineté, dans notre contexte, est davantage un attribut de notre offre qu’un argument commercial. Les clients qui nous approchent sont déjà sensibilisés à l’importance de la souveraineté numérique. Ils ne viennent pas à nous parce que nous les avons convaincus de l’importance de la souveraineté, ils la connaissent déjà. Ce qui les attire, c’est la combinaison de cette souveraineté avec un produit sécurisé, accessible et offert à un prix attractif. La souveraineté, pour être véritablement efficace, doit être complétée par une offre technique et économique compétitive.

Aussi, de nombreuses entreprises et collectivités sont en effet conscientes de la nécessité d’assurer la souveraineté de leurs données. Cependant, elles se heurtent à plusieurs obstacles qui rendent cette démarche complexe. Souvent, ces entités ne bénéficient pas d’un accompagnement adéquat ou ne disposent pas des ressources nécessaires pour investir dans des solutions dédiées. Faute d’options appropriées, elles se tournent vers ce qui est facilement accessible et familier pour leurs employés. Les GAFAMs, qui offrent des services bien ancrés dans l’usage quotidien des individus, deviennent alors l’option par défaut… même si ce choix peut présenter des risques en termes de souveraineté ou de sécurité des données.

Les besoins numériques de ces petites structures sont souvent négligés par les fournisseurs de solutions cloud traditionnels. Les offres dominantes sur le marché sont fréquemment calibrées pour de grandes entreprises ou collectivités. Le résultat est simple : des services avec de nombreuses fonctionnalités souvent superflues pour ces entités. Ce trop plein de fonctionnalités rendent ces solutions plus complexes et augmentent leurs coûts, les rendant inadaptées aux besoins et aux budgets de nombreuses PME, TPE, ETI et collectivités.

7/ Peut-on encore décemment parler de souveraineté numérique quand 92% des données européennes sont stockées aux USA, que Microsoft Azure détient les données de santé des Français et qu’AWS rafle 80% des parts de marché du CAC40 ?

Cela parait en effet paradoxal à première vue. Mais c’est justement cette situation qui met en lumière l’urgence et l’importance de renforcer notre souveraineté numérique. Si Microsoft Azure détient les données de santé des Français et qu’AWS domine le marché du CAC40, cela ne signifie pas que la souveraineté numérique est une cause perdue, mais plutôt qu’il est temps d’accorder une priorité stratégique à cette question.

8/ Quelles vous paraissent être les pistes imaginables des futurs supports et véhicules (physiques ou non) de nos données ?

La data avance à pas de géant, les estimations en termes de consommation dans les prochaines années sont incroyables. Le cloud sera pour moi l’endroit de toutes les données. Les vitesses de connexions, l’amélioration des disques durs mécaniques et SSD, la baisse des prix sur ces produits, pousseront les clients à aller vers le cloud avec tous les avantages qu’il propose comme sa scalabilité ou sa disponibilité, sans investissement majeur à réaliser.

9/ Vous sentez-vous portés par l’écosystème de la « tech souveraine » (ou souveraine tech si vous préférez !), par les médias tech français, par la représentation nationale, par le gouvernement ?

Chez Leviia, nous avons toujours adopté une approche autonome. Nous ne nous concentrons pas sur ce que font les autres ou sur ce que nous pourrions attendre d’eux. Notre philosophie est simple : faire de notre mieux pour répondre aux besoins de nos clients. Nous croyons fermement que si nous offrons un produit et un service de qualité, cela parlera de lui-même et le soutien et la reconnaissance suivront naturellement. Nous préférons être acteurs de notre destinée et ne pas attendre que les choses viennent à nous.

10/ La question des données revêt une dimension dramatique, avec les histoires de transfert, de « traite », de prédation, d’attaques, d’espionnage. L’avez-vous bien présente à l’esprit dans le cadre de votre activité, ou vous contentez-vous d’apporter une bonne solution technique à vos clients ? Autrement dit, peut-on s’engager dans une proposition technique souveraine sans une vision « stratégique » du sujet ?

Pour nous la question est plutôt : peut-on s’engager dans une proposition technique souveraine sans une vision « politique » du sujet. La réponse est non. Notre démarche est intrinsèquement liée à une vision politique et éthique plus large. Elle ne vise pas simplement à proposer un produit à des clients, mais à répondre à des besoins fondamentaux comme l’indépendance ou la préservation de la vie privée. Cette capacité à décider, à choisir, est au cœur de la notion de liberté. Et cette liberté qui transcende la simple technique est profondément politique. C’est pour cette raison que notre engagement va bien au-delà : il vise à redonner le contrôle, aux entreprises et individus, de leurs données et, par extension, de leur destin.

 



⭕️ Mezze de tweets

 




⭕️ Hors spectre

« Tous les Français doivent retenir ce quatrain par coeur. »
François Cheng, membre de l’Académie française

 

 



L’extraterritorialité du droit américain nous impose des contraintes inadmissibles.

Avertissement : Souveraine Tech revendique par vocation une approche transpartisane. Seule nous oblige la défense des intérêts supérieurs de notre pays. Nous proposons ainsi un lieu de « disputatio » ouvert aux grandes figures actives de tous horizons. La parole y est naturellement libre et n’engage que ceux qui la prennent ici. Cependant, nous sommes bien conscients des enjeux en présence, et peu dupes des habiles moyens d’influence plus ou moins visibles parfois mis en œuvre, et dont tout un chacun peut faire l’objet, ici comme ailleurs. Nous tenons la capacité de discernement de notre lectorat en une telle estime que nous le laissons seul juge de l’adéquation entre le dire et l’agir de nos invités.


Vendredi 20 octobre 2023
Laurent Izard est Professeur de Chaire Supérieure en CPGE.
1/ Vous avez écrit en 2019 un ouvrage intitulé « La France vendue à la découpe. ». Quels morceaux reste-t-il de la bête ?

La bête est encore bien vivante, fort heureusement ! La France reste riche de ses grands groupes mondialisés comme de ses multiples PME porteuses d’avenir. Mais depuis une quarantaine d’années, elle s’est considérablement affaiblie : nos dirigeants successifs ont engagé notre pays dans un processus d’intégration internationale qui a conduit à restreindre peu à peu notre souveraineté économique. Ils ont notamment accepté – voire dans certains cas encouragé – la prise de contrôle par des investisseurs internationaux de la plupart de nos grands fleurons industriels mais aussi de multiples entreprises de taille plus modeste, notamment dans les technologies de pointe. Nicolas Dufourq, directeur général de Bpifrance, n’hésite pas à écrire : « La tech française est extrêmement attractive, essentiellement pour les grands groupes américains. Il faut avoir conscience en particulier que dans des mondes comme la medtech ou la biotech, le pourcentage d’entreprises qui à la fin sont rachetées par des grands groupes américains est considérable », de l’ordre de 80% »… On ne peut donc que déplorer un déclassement de notre pays au niveau international associé à une perte d’indépendance dont on a pu percevoir certains effets lors de la récente crise sanitaire.

Il est toutefois difficile en quelques lignes, de dresser un état des lieux exhaustif, mais quatre constats s’imposent :

1. Depuis le début des années 1980, le recul de l’industrie dans la valeur ajoutée évaluée en prix courants est tout sauf négligeable puisque sa contribution au PIB est passée de 24 % à 10 %, ce qui fait de notre pays la nation la moins industrialisée d’Europe, à égalité avec la Grèce. Des évolutions inquiétantes qui ne sont évidemment pas sans liens avec la perte de contrôle de nos entreprises industrielles et qui dégradent notre balance commerciale. Plus grave encore, lorsque la production importée se substitue à la production nationale, les destructions d’emploi qui en résultent ne se limitent évidemment pas aux seules entreprises industrielles.

2. Toujours sur la même période, nous sommes devenus davantage dépendants en matière énergétique. Certes, certains évènements externes conjoncturels ont accentué cette dépendance. Mais les choix politiques y participent grandement. Par exemple la vente d’Alstom Power à General Electric nous a placés dans une situation de dépendance par rapport à nos amis américains, qui pourraient rapidement mettre la France dans le noir, si tel était leur désir. Et le rachat annoncé en grande pompe de Geast (la filiale de General Electric qui fabrique les précieuses turbines Arabelle) par EDF n’est pas de nature à rassurer totalement, car General Electric a « américanisé » certains composants des turbines Arabelle, ce qui rend désormais les Français otages du gouvernement américain… D’autre part, au sein de l’UE, les contraintes de l’ARENH, les pressions sur la taxonomie énergétique et la volonté de développer l’éolien marquent l’objectif des Allemands de s’approprier la souveraineté énergétique en Europe en imposant leur modèle d’énergies intermittentes, l’Energiewende. Il faut savoir que la France ne fabrique aucune éolienne : 65% des éoliennes installées en France sont allemandes, 30% sont danoises. Et 45 % des sociétés d’exploitation électrique de ces éoliennes sont allemandes. À l’arrivée, le prix de l’énergie en France s’est accru fortement et nous avons abandonné un avantage concurrentiel majeur…

3. Nous sommes devenus militairement dépendants de nos partenaires européens et américains : aucune entreprise française n’est aujourd’hui capable de fabriquer des armes de poing à grande échelle. Le fabricant de munitions Manurhin a été cédé en 2018, au groupe de défense des Émirats Arabes Unis Emirates Défense Industries Company. Et nous sommes de ce fait le seul pays membre du Conseil permanent de l’ONU qui ne produit plus de munitions de petit calibre. La fabrication des missiles de MBDA est éclatée entre plusieurs pays en application des préconisations de son PDG, qui plaide pour une « spécialisation poussée » des différentes unités de son groupe afin de parvenir à une « dépendance mutuelle » ! Et les programmes franco-allemands sur les véhicules blindés ou les avions de combat sont au point mort…

4. Notre recherche n’en finit plus de s’étioler : nos meilleurs chercheurs s’exportent vers les USA ou même vers la Chine, l’effort de recherche de nos entreprises s’amenuise dangereusement et les spécialistes s’inquiètent particulièrement de la recherche en ingénierie, ce maillon essentiel entre la recherche et la mise sur le marché d’un produit : trop souvent considérée comme une sous-recherche, nous l’avons de facto abandonnée à la Chine…

2/ Comment mettre en parallèle cet état de fait avec des acquisitions que la France aurait faites à l’occasion d’autres ventes à l’étranger ? Voyez-vous un équilibre ?

La France réalise également, et c’est heureux, de belles acquisitions à l’étranger. On pense par exemple au rachat de Bombardier Transport par Alstom ferroviaire en janvier 2021. Mais ce genre d’acquisitions pousse certains à soutenir qu’il y aurait un réel équilibre entre nos acquisitions et les multiples pertes de contrôle de nos entreprises de toutes tailles, rachetées par des investisseurs étrangers. Pour d’autres, le compte n’y est pas, mais c’est la loi du marché, et il faudrait s’y soumettre docilement sans trop prêter attention à qui contrôle le capital des entreprises, car « ce qui compte, c’est avant tout la pérennité de l’entreprise et la sauvegarde de l’emploi ». Je ne peux souscrire à ces deux points de vue qui ignorent la réalité économique comme les impératifs de préservation de notre souveraineté : il est en effet impératif de garder le contrôle d’activités vitales pour notre pays. Et je plaide pour un nouvel élargissement du concept d’entreprise stratégique qui permettrait d’étendre le périmètre de nos entreprises soumises au contrôle IEF. D’autre part, n’oublions jamais que les propriétaires sont également les décideurs : on ne peut attendre d’actionnaires étrangers qu’ils prennent en compte nos intérêts nationaux, même majeurs, dans leurs décisions stratégiques : on a d’ailleurs pu constater à plusieurs reprises que les entreprises qui ouvrent largement leur capital à des investisseurs étrangers sont davantage exposées à des risques de délocalisation ou de démantèlement. Le mythe de l’apporteur de capitaux étranger, sauveur de nos entreprises en difficulté ne résiste pas longtemps à l’analyse, d’autant plus que les investisseurs étrangers préfèrent acquérir des entreprises en bonne santé, qui rentabilisent plus rapidement l’investissement initial. En définitive, faute d’études exhaustives sur les acquisitions et ventes d’entreprises françaises, il est difficile de dresser un bilan chiffré. Mais l’activisme des prédateurs étrangers, notamment américains et chinois, ne laisse guère planer de doute sur le solde de ce bilan…

3/ Nous avons établi un recensement des pertes essuyées, des cessions effectuées par notre pays depuis 1974, que nous avons appelé « La France a cédé« . Au figuré, comment décrire selon vous la façon dont nous aurions cédé ? 

On pourrait illustrer et expliquer ce processus par un mélange de résignation, de cécité, de naïveté, de pessimisme et d’opportunisme quelque peu malsain… Nous avons cédé notre industrie parce que nous avons naïvement cru qu’une économie moderne était une économie de créativité et de service, en oubliant que l’industrie était une source incontournable de richesse et d’équilibre de notre balance commerciale. Nous avons cédé parce que nous avons obéi servilement aux lois du marché, et en particulier au dogme de la libre circulation des capitaux. Nous avons en effet pensé qu’il convenait de respecter à la lettre les règles de l’OMC et plus généralement de l’économie mondialisée en adoptant une logique ricardienne sans même prévoir des garde-fous qui s’imposaient pourtant. Nous avons cédé parce que nous avons refusé de protéger nos entreprises alors que leurs concurrents directs n’étaient pas soumis aux mêmes règles sociales, fiscales ou environnementales, ce qui a créé une distorsion concurrentielle insoutenable. Nous avons cédé parce que nous n’avons pas été capables de lutter contre l’extraterritorialité du droit américain, qui nous impose des contraintes inadmissibles (normes ITAR, droit de regard sur nos clients…). Nous avons cédé parce que nous n’avons pas su orienter l’épargne des ménages vers l’industrie et le capital risque. Nous avons cédé en délaissant notre recherche et en paupérisant nos universitaires et nos chercheurs. Nous avons cédé parce que nous avons renoncé à produire des biens de qualité à forte valeur ajoutée, alors que nous en avions la capacité, au profit de biens milieu de gamme, moins chers mais davantage exposés à la concurrence asiatique. Bref, nous avons cédé parce que nous avons perdu la confiance en nous-mêmes…

4/ En 2023, est-il plus « intéressant » de manquer de loyauté dans le cadre de son mandat, public ou privé ?

Il faudrait dans un premier temps définir ce que l’on entend par loyauté, et surtout préciser à l’égard de qui doit s’exercer cette loyauté : une entreprise ? Le peuple français ? Ses dirigeants ? Ou l’Union européenne ?… Ce n’est pas la même chose et les intérêts ne sont pas nécessairement convergents. Mais lorsque le PDG d’un grand groupe industriel se voit attribuer une « prime exceptionnelle » de plusieurs millions d’euros pour avoir négocié la cession de son entreprise à une multinationale américaine, il est légitime de s’interroger, d’abord sur ses mérites, et plus loin sur ses réelles motivations. On peut toujours justifier une telle opération par des considérations financières et la « nécessité de préparer l’avenir d’un groupe » qui « ne disposerait pas de la taille critique pour affronter la concurrence », mais on peut aussi considérer, à l’instar de Loïk Le Floch-Prigent qu’il s’agit parfois, a minima, d’un acte « irresponsable » révélant « un mépris total à l’égard du personnel, des clients, du peuple et de ses représentants ».

Dans la même veine, lorsque des médecins, conseillers du gouvernement, perçoivent d’importantes commissions de la part de laboratoires pharmaceutiques privés, il est légitime de s’interroger sur leur intégrité et la qualité de leurs recommandations en matière vaccinale. Mon propos n’est certainement pas de dire que les élites sont systématiquement corrompues. Mais il est des situations qu’il vaut mieux éviter pour ne pas créer de suspicions malsaines chez nos concitoyens. J’ose espérer toutefois, peut-être un peu naïvement, que les comportements vertueux sont, in fine, récompensés et que les actes déloyaux réalisés par nos élites sont révélés et sanctionnés.

5/ Lesquelles de vos leçons vos étudiants arrivés sur le marché du travail pourraient-ils être rapidement tentés d’oublier ?

Je m’efforce d’enseigner à mes étudiants que nos engagements internationaux, y compris européens, ne doivent jamais conduire à négliger nos intérêts nationaux ; que la loyauté à l’égard d’une entreprise trouve sa limite dans le respect de l’intérêt général et du bien commun ; que si le « système » fonctionne mal, ce n’est pas une raison pour vouloir l’anéantir et en rebâtir un autre sur des bases plus qu’incertaines ; qu’en matière de relations internationales, nous n’avons pas d’amis, seulement des alliés ou des partenaires ; qu’il faut se garder de tout pessimisme destructeur, pouvant engendrer un  refus de l’engagement, un grave déficit démographique via une nouvelle baisse de la natalité, une perte de confiance en l’avenir, etc. Je voudrais aussi que mes étudiants retiennent que nous avons une grande chance d’habiter en France, et que nous pouvons être fiers de notre passé comme de notre culture. Et enfin que le respect de valeurs personnelles et d’une vie ordonnée ne peuvent que faire grandir et rendre heureux…

Mais il est vrai que confrontés à la dureté du marché du travail et aux impératifs de court terme, mes ex-étudiants risquent de rapidement oublier ces belles paroles. Je ne suis pas inquiet sur leur capacité à intégrer le marché du travail. Mais sauront-ils adopter un comportement pertinent et équilibré, en acceptant les contraintes légitimes que les entreprises leur imposeront, sans faire preuve de servilité lorsque les sollicitations se feront trop pressantes ? Sauront-ils préserver leur éthique personnelle lorsqu’ils devront choisir entre le respect des valeurs et le risque de compromettre leur entreprise ou leur avenir professionnel ? Dans un contexte de corruption généralisée ou de petits arrangements entre amis, sauront-ils rester intègres ou céderont-ils aux sirènes de l’argent facile ? Accepteront-ils les sacrifices liés à notre impératif de réindustrialisation et de maitrise de la dette publique ? Et enfin, dans un contexte d’intensification de la mondialisation, sauront-ils sauvegarder notre indépendance, notre système social et l’art de vivre à la française ?

6/ Quels sont les atouts matériels et moraux sur lesquels la France pourrait capitaliser ?

Notre pays dispose encore de nombreux atouts qui constituent autant d’avantages concurrentiels. Il est impossible de tous les citer mais je mentionnerai les éléments suivants :

Les multiples prédations d’entreprises françaises, notamment dans le domaine de la tech, aussi dommageables soient elles, révèlent paradoxalement la dynamique entrepreneuriale de leurs dirigeants et la qualité de nos PME et jeunes pousses dans des secteurs d’avenir. On pense notamment aux récentes acquisitions d’Aldebaran, TRAD, Exxelia, Webhelp, Linxens, Tronics, Alsid, Ingenico, Sqreen… et beaucoup d‘autres encore. D’autre part, la France reste bien positionnée dans certains secteurs, comme par exemple l’aéronautique, l’énergie, la santé, l’assainissement et le traitement des déchets, le luxe, le tourisme ou encore l’automobile, même si dans ce dernier cas, le passage à marche forcée vers le tout électrique accroit notre dépendance et ressemble fort à un suicide industriel…

Plus généralement, notre pays dispose d’une main d’œuvre de qualité, techniquement performante, même si, là encore, l’abandon de notre industrie, la fuite des cerveaux et une politique énergétique hasardeuse commencent à générer des pertes de compétence, notamment dans le nucléaire et la high-tech. Et n’oublions pas que nous restons dans le peloton de tête des pays de l’OCDE en termes de productivité horaire du travail.

D’autre part, nous avons pendant longtemps bénéficié d’un atout stratégique lié à notre politique énergétique : notre investissement dans le nucléaire a longtemps permis à nos entreprises de bénéficier de l’électricité la moins chère d’Europe. Malgré plusieurs obstacles techniques et juridiques, il ne parait pas impossible de bénéficier à nouveau de cet avantage décisif, si toutefois nos dirigeants optent pour une politique claire et volontariste en la matière.

Enfin, la richesse culturelle de notre pays, le savoir-faire à la française, l’image positive de nos produits à l’étranger, la qualité de nos infrastructures et réseaux de communication, la solidité de nos Institutions, constituent autant d’atouts qui nous permettent de rester optimistes malgré un environnement économique et politique particulièrement dégradé.

Quant aux atouts moraux, je vois principalement notre capacité à garder une certaine indépendance d’esprit, un réel sens du devoir et un patriotisme populaire partagés par de nombreux Français (pas tous hélas !). Je crois également à notre faculté de résilience qui nous permettra, je l’espère, d’affronter et de surmonter avec succès les crises à venir.

7/ Etablissez-vous un lien entre la nature d’un régime politique et la propension de ses « élites » à choisir la gamelle au détriment du drapeau ?

Ce lien n’est pas évident, car lorsque l’on observe les différents régimes politiques contemporains, intra ou extra européens, on ne peut hélas que trop souvent constater, au sein des élites, et à des degrés divers, une prédominance des intérêts privés, voire personnels, au détriment des intérêts collectifs et nationaux. Il est toutefois possible d’avancer les hypothèses suivantes :

– Une réelle répartition des pouvoirs conduit naturellement à des systèmes de contrôle croisés qui restreignent les risques de corruption généralisée ou de mise en avant excessive des intérêts personnels. C’est la raison pour laquelle je plaide en faveur d’une réforme profonde de la justice, qui aujourd’hui n’est pas un véritable pouvoir indépendant…

– Lorsque les régimes politiques incorporent dans leur fonctionnement institutionnel une dose suffisante de démocratie directe, les risques de dérives sont moins importants.

– De stricts régimes d’incompatibilités et une traque systématique des conflits d’intérêts réduisent les occasions de privilégier des intérêts personnels ou étrangers. Nous en avons une très belle illustration avec la gestion de la crise du Covid…

– Faute d’un pouvoir exécutif suffisamment fort, les intérêts politiques partisans, les jeux d’alliance et les compromissions conduisent à négliger l’intérêt national. C’est pourquoi je m’inquiète d’une montée en puissance de la petite musique invitant à réformer en profondeur nos Institutions pour créer une VIe République. Le retour à un régime parlementaire dont nous avons pu par le passé constater l’inefficacité ne contribuerait pas à résoudre nos problèmes, bien au contraire.

– Enfin, il existe une tendance des élites excessivement européanisées, voire mondialisées, à privilégier la gamelle, parfois bien fournie, au détriment du drapeau, considéré comme peu attractif…

8/ Si l’on suit la pensée dominante, l’idée même d’ingérence étrangère relève du complotisme. C’est un peu comme le meilleur tour de l’antique adversaire, qui consiste à faire croire qu’il n’existe pas. Qu’est-ce que cela vous inspire ?

Il faudrait aujourd’hui être aveugle ou d’une totale mauvaise fois pour affirmer qu’il n’existe pas d’ingérence étrangère au sein de nos Institutions politiques comme au sein des organes décisionnels des entreprises publiques ou privées. Cette ingérence s’exerce à plusieurs niveaux :

– Elle prend d’abord la forme d’un espionnage généralisé. Nos dirigeants commencent tout juste à prendre conscience de l’ampleur du pillage de nos technologies et savoir-faire industriels. Ce pillage, le mot n’est pas trop fort, résulte principalement de l’espionnage industriel pratiqué par certaines grandes puissances. C’est d’ailleurs le terme qu’a utilisé Bruno Le Maire en Janvier 2018 : « Ouverture ne veut pas dire pillage de nos technologies, de nos compétences, de nos savoir-faire », a martelé notre ministre en visite à Pékin. Mais ne soyons pas naïfs : il sera difficile d’éradiquer les pratiques d’espionnage américaines ou chinoises, tant celles-ci se sont perfectionnées et quasi « institutionnalisées »…

– L’ingérence étrangère se révèle également à travers l’intervention accrue des États dans les politiques d’investissements directs étrangers (IDE). Plusieurs États développent de véritables politiques d’expansion de leurs firmes nationales ou fonds souverains. Derrière des objectifs légitimes – et parfois affirmés – de sécurisation économique ou militaire, de co-développement des pays cibles ou de partenariats équilibrés, se révèlent peu à peu des enjeux de puissance, dans le cadre d’une guerre économique qui ne dit pas son nom. Tout se passe notamment comme si l’Administration américaine réalisait un véritable benchmarking à l’échelle mondiale pour identifier et éventuellement acquérir les firmes étrangères disposant d’une avance technologique sur ses propres entreprises ou présentant un risque pour sa sécurité militaire ou économique. La CIA n’hésite plus à investir directement dans les start-up françaises via son fonds In-Q-Tel.

– Les États-Unis disposent d’autre part de moyens de pression, politiques, financiers et juridiques qui leur permettent d’atteindre leurs objectifs : avec le Patriot Act, le Cloud Act et surtout le Foreign Corrupt Practices Act, la justice américaine dispose d’armes juridiques redoutables, le site Internet du Department of Justice décrivant très ouvertement les procédures en cours, dont bien peu concernent des firmes américaines… Mais les Chinois ne sont pas en reste et jouent les pays européeens les uns contre les autres pour imposer leur présence dans le cadre de la politique des « Routes de la soie ».

– Doivent également être évoquées ici les multiples actions internationales de lobbying, dont on commence seulement à percevoir l’ampleur, mais qui visent les Institutions européennes comme les gouvernements des pays européens.

Que peut-on dire de plus ? Contrairement au diable, les auteurs des ingérences étrangères n’éprouvent même plus le besoin de se cacher ou de nier leur activisme…

9/ L’impératif de souveraineté a été exhumé et tout le monde ne jure plus aujourd’hui que par elle. Verserait-on dans la thanatopraxie ou assiste-t-on à une véritable résurrection ?

Dans un contexte de guerre économique mondialisée, le concept de souveraineté revient effectivement au centre des débats, opposant deux logiques : d’un côté, celle conservant une confiance inébranlable dans l’efficacité des mécanismes auto-régulateurs des marchés, de l’autre celle, davantage colbertiste, qui justifie une intervention ciblée de l’État en raison des déséquilibres économiques structurels liés à une mondialisation économique insuffisamment régulée et dont nous sommes les victimes.
Cette deuxième logique semble confortée par la crise sanitaire de 2020 et les difficultés d’approvisionnement qu’elle a générées. Celles-ci ont contribué à sensibiliser l’opinion publique aux risques d’une désindustrialisation assumée de notre pays et à l’impératif d’un contrôle sur la disponibilité de certains produits stratégiques.

Comme le dit très justement Éric Delbecque, expert en intelligence économique et stratégique: « La souveraineté industrielle n’est pas un concept ringard de nostalgiques des grands programmes gaullistes mais une condition de la sécurité de la nation. »

Car sans souveraineté économique, il ne peut en effet exister de véritable souveraineté politique. Il ne s’agit évidemment pas de défendre ici une indépendance intégrale – tant certains processus engagés au niveau supranational paraissent irréversibles – et encore moins une économie autarcique.

Mais ce qui est intéressant c’est l’inflexion politique de nos dirigeants qui, au-delà des discours, est devenue perceptible à travers quelques évènements récents :

Il s’agit tout d’abord de la nationalisation temporaire des Chantiers de l’Atlantique, convoités par le géant italien Fincantieri, qui a conduit au blocage provisoire de l’opération. Plus récemment le véto de Bercy au rachat de notre spécialiste de la vision nocturne Photonis par l’américain Teledyne prouve que le dispositif juridique de protection de nos entreprises stratégiques n’est pas seulement théorique mais peut constituer une réelle arme défensive efficace lorsque nos dirigeants osent s’en servir… Peu après, le rapide refus du Ministre de l’économie suite à la « lettre d’intention non-engageante en vue d’un rapprochement amical », adressée aux dirigeants de Carrefour par le la canadien Couche-Tard, montre que cette préoccupation nouvelle du pouvoir exécutif ne se limite pas aux entreprises qui intéressent notre défense nationale ou la haute technologie. De même, le récent rappel à l’ordre du même ministre au groupe Volkswagen afin que celui-ci respecte ses engagements de production de moteurs diesel secondaires à destination de sous-marins français, en application des textes sur les investissements étrangers en France, témoigne d’une fermeté nouvelle et plutôt inattendue… Enfin, les efforts visant à maintenir dans le giron français Segault – le fabricant de robinetteries équipant nos sous-marins nucléaires – marque peut-être le début d’une prise de conscience de l’impératif de souveraineté dans le domaine militaire.

S’agit-il de thanatopraxie ? Étant naturellement optimiste, je crois que tout est encore possible, même une « résurrection » ou du moins un « réveil » à condition d’intégrer davantage encore les impératifs de souveraineté, dans les décisions politiques, aux niveaux français comme européen.

10/ Que diriez-vous de la forme politique empruntée par l’Europe ? Elle a été présentée comme le nécessaire passage à l’échelle pour l’avenir de nos nations. Quel constat peut-on dresser aujourd’hui du succès de cette promesse ?

Même en étant patriote, il est difficile aujourd’hui de soutenir que tous les grands projets de demain peuvent s’envisager à la seule échelle nationale : on pense par exemple aux grands projets militaires, à la politique énergétique ou au contrôle des flux migratoires.

Mais l’Union européenne, telle qu’elle existe actuellement, souffre de gaves faiblesses :

– Une faiblesse démocratique tout d’abord : les organes de décision sont trop éloignés des européens, ce qui génère une perte de confiance dans l’efficacité voire l’intégrité des décideurs. Il convient donc de revoir en profondeur la répartition des pouvoirs, la définition de leurs missions et les processus de désignation des décideurs, tout en intégrant, pourquoi pas, une dose de démocratie directe.

– Seconde faiblesse, l’Union européenne subit aujourd’hui une pression excessive des lobbies étrangers et se montre excessivement sensible aux comportements hégémoniques adoptés par l’Allemagne.

– Une troisième faiblesse résulte de l’intégration trop rapide de nombreux pays de l’Est au sein de l’UE : cette politique nous coûte cher, accroit notre dépendance à l’égard des USA et complexifie les processus décisionnels…

– Une quatrième faiblesse tient à l’« oubli » du principe de subsidiarité, qui conduit l’UE à vouloir tout régenter au niveau supranational, et à imposer des politiques dont certains peuples ne veulent pas.

– Inversement, certains pays adoptent par opportunisme des comportements préjudiciables aux intérêts européens. Que penser d’un pays qui aujourd’hui, sans être sous la menace directe d’un conflit avec la Russie,  privilégie l’achat d’avions militaires américains au détriment des constructeurs européens ?

Bref, je suis convaincu que l’Europe reste une belle idée, à condition de réformer en profondeur ses Institutions et d’accorder plus de place aux nations, qui doivent rester souveraines.

 




Newsletter n°69 - 20 octobre 2023

⭕️ Éditorial

Quels outils dans les mains de quel Prince ?

La question de la souveraineté technologique en recèle trois autres : Quels outils ? Dans les mains de quel Prince ? À quelles fins ? La technologie, ce discours sur l’usage des moyens, devrait nous permettre d’observer qu’aujourd’hui, le « technique » a soumis le politique. C’est la « tech » qui est devenue souveraine. C’est elle qui imprime dans nos esprits sa « pensée computationnelle ». Nul n’envisage plus le gouvernement de la Cité que sous l’angle de l’optimisation (du temps, des coûts, des processus etc.). Plus aucune référence axiologique ne permet d’apprécier le bien fondé d’un nouvel outil ou de ses usages. C’est l’efficacité qui doit régner en tout. C’est la raison pour laquelle elle se fournit à elle-même son propre étalon de mesure. C’est bien simple, tout doit aller plus vite. Pas mieux. Plus vite. Eh bien, voyons peut-être le réveil de la souveraineté technologique comme le lent sursaut du Prince, qui souhaite enfin reprendre la main sur le cours des choses.

Bertrand Leblanc-Barbedienne




Nous recevons aujourd’hui, vendredi 20 octobre 2023, Laurent Izard,
qui est Professeur de Chaire Supérieure en CPGE



L’extraterritorialité du droit américain nous impose des contraintes inadmissibles.


⭕️ Conciliabule

Avertissement : Souveraine Tech revendique par vocation une approche transpartisane. Seule nous oblige la défense des intérêts supérieurs de notre pays. Nous proposons ainsi un lieu de « disputatio » ouvert aux grandes figures actives de tous horizons. La parole y est naturellement libre et n’engage que ceux qui la prennent ici. Cependant, nous sommes bien conscients des enjeux en présence, et peu dupes des habiles moyens d’influence plus ou moins visibles parfois mis en œuvre, et dont tout un chacun peut faire l’objet, ici comme ailleurs. Nous tenons la capacité de discernement de notre lectorat en une telle estime que nous le laissons seul juge de l’adéquation entre le dire et l’agir de nos invités.


1/ Vous avez écrit en 2019 un ouvrage intitulé « La France vendue à la découpe. ». Quels morceaux reste-t-il de la bête ? 

La bête est encore bien vivante, fort heureusement ! La France reste riche de ses grands groupes mondialisés comme de ses multiples PME porteuses d’avenir. Mais depuis une quarantaine d’années, elle s’est considérablement affaiblie : nos dirigeants successifs ont engagé notre pays dans un processus d’intégration internationale qui a conduit à restreindre peu à peu notre souveraineté économique. Ils ont notamment accepté – voire dans certains cas encouragé – la prise de contrôle par des investisseurs internationaux de la plupart de nos grands fleurons industriels mais aussi de multiples entreprises de taille plus modeste, notamment dans les technologies de pointe. Nicolas Dufourq, directeur général de Bpifrance, n’hésite pas à écrire : « La tech française est extrêmement attractive, essentiellement pour les grands groupes américains. Il faut avoir conscience en particulier que dans des mondes comme la medtech ou la biotech, le pourcentage d’entreprises qui à la fin sont rachetées par des grands groupes américains est considérable », de l’ordre de 80% »… On ne peut donc que déplorer un déclassement de notre pays au niveau international associé à une perte d’indépendance dont on a pu percevoir certains effets lors de la récente crise sanitaire. 

Il est toutefois difficile en quelques lignes, de dresser un état des lieux exhaustif, mais quatre constats s’imposent :

1. Depuis le début des années 1980, le recul de l’industrie dans la valeur ajoutée évaluée en prix courants est tout sauf négligeable puisque sa contribution au PIB est passée de 24 % à 10 %, ce qui fait de notre pays la nation la moins industrialisée d’Europe, à égalité avec la Grèce. Des évolutions inquiétantes qui ne sont évidemment pas sans liens avec la perte de contrôle de nos entreprises industrielles et qui dégradent notre balance commerciale. Plus grave encore, lorsque la production importée se substitue à la production nationale, les destructions d’emploi qui en résultent ne se limitent évidemment pas aux seules entreprises industrielles.

2. Toujours sur la même période, nous sommes devenus davantage dépendants en matière énergétique. Certes, certains évènements externes conjoncturels ont accentué cette dépendance. Mais les choix politiques y participent grandement. Par exemple la vente d’Alstom Power à General Electric nous a placés dans une situation de dépendance par rapport à nos amis américains, qui pourraient rapidement mettre la France dans le noir, si tel était leur désir. Et le rachat annoncé en grande pompe de Geast (la filiale de General Electric qui fabrique les précieuses turbines Arabelle) par EDF n’est pas de nature à rassurer totalement, car General Electric a « américanisé » certains composants des turbines Arabelle, ce qui rend désormais les Français otages du gouvernement américain… D’autre part, au sein de l’UE, les contraintes de l’ARENH, les pressions sur la taxonomie énergétique et la volonté de développer l’éolien marquent l’objectif des Allemands de s’approprier la souveraineté énergétique en Europe en imposant leur modèle d’énergies intermittentes, l’Energiewende. Il faut savoir que la France ne fabrique aucune éolienne : 65% des éoliennes installées en France sont allemandes, 30% sont danoises. Et 45 % des sociétés d’exploitation électrique de ces éoliennes sont allemandes. À l’arrivée, le prix de l’énergie en France s’est accru fortement et nous avons abandonné un avantage concurrentiel majeur…

3. Nous sommes devenus militairement dépendants de nos partenaires européens et américains : aucune entreprise française n’est aujourd’hui capable de fabriquer des armes de poing à grande échelle. Le fabricant de munitions Manurhin a été cédé en 2018, au groupe de défense des Émirats Arabes Unis Emirates Défense Industries Company. Et nous sommes de ce fait le seul pays membre du Conseil permanent de l’ONU qui ne produit plus de munitions de petit calibre. La fabrication des missiles de MBDA est éclatée entre plusieurs pays en application des préconisations de son PDG, qui plaide pour une « spécialisation poussée » des différentes unités de son groupe afin de parvenir à une « dépendance mutuelle » ! Et les programmes franco-allemands sur les véhicules blindés ou les avions de combat sont au point mort…

4. Notre recherche n’en finit plus de s’étioler : nos meilleurs chercheurs s’exportent vers les USA ou même vers la Chine, l’effort de recherche de nos entreprises s’amenuise dangereusement et les spécialistes s’inquiètent particulièrement de la recherche en ingénierie, ce maillon essentiel entre la recherche et la mise sur le marché d’un produit : trop souvent considérée comme une sous-recherche, nous l’avons de facto abandonnée à la Chine…

2/ Comment mettre en parallèle cet état de fait avec des acquisitions que la France aurait faites à l’occasion d’autres ventes à l’étranger ? Voyez-vous un équilibre ? 

La France réalise également, et c’est heureux, de belles acquisitions à l’étranger. On pense par exemple au rachat de Bombardier Transport par Alstom ferroviaire en janvier 2021. Mais ce genre d’acquisitions pousse certains à soutenir qu’il y aurait un réel équilibre entre nos acquisitions et les multiples pertes de contrôle de nos entreprises de toutes tailles, rachetées par des investisseurs étrangers. Pour d’autres, le compte n’y est pas, mais c’est la loi du marché, et il faudrait s’y soumettre docilement sans trop prêter attention à qui contrôle le capital des entreprises, car « ce qui compte, c’est avant tout la pérennité de l’entreprise et la sauvegarde de l’emploi ». Je ne peux souscrire à ces deux points de vue qui ignorent la réalité économique comme les impératifs de préservation de notre souveraineté : il est en effet impératif de garder le contrôle d’activités vitales pour notre pays. Et je plaide pour un nouvel élargissement du concept d’entreprise stratégique qui permettrait d’étendre le périmètre de nos entreprises soumises au contrôle IEF. D’autre part, n’oublions jamais que les propriétaires sont également les décideurs : on ne peut attendre d’actionnaires étrangers qu’ils prennent en compte nos intérêts nationaux, même majeurs, dans leurs décisions stratégiques : on a d’ailleurs pu constater à plusieurs reprises que les entreprises qui ouvrent largement leur capital à des investisseurs étrangers sont davantage exposées à des risques de délocalisation ou de démantèlement. Le mythe de l’apporteur de capitaux étranger, sauveur de nos entreprises en difficulté ne résiste pas longtemps à l’analyse, d’autant plus que les investisseurs étrangers préfèrent acquérir des entreprises en bonne santé, qui rentabilisent plus rapidement l’investissement initial. En définitive, faute d’études exhaustives sur les acquisitions et ventes d’entreprises françaises, il est difficile de dresser un bilan chiffré. Mais l’activisme des prédateurs étrangers, notamment américains et chinois, ne laisse guère planer de doute sur le solde de ce bilan…

3/ Nous avons établi un recensement des pertes essuyées, des cessions effectuées par notre pays depuis 1974, que nous avons appelé « La France a cédé« . Au figuré, comment décrire selon vous la façon dont nous aurions cédé ? 

On pourrait illustrer et expliquer ce processus par un mélange de résignation, de cécité, de naïveté, de pessimisme et d’opportunisme quelque peu malsain… Nous avons cédé notre industrie parce que nous avons naïvement cru qu’une économie moderne était une économie de créativité et de service, en oubliant que l’industrie était une source incontournable de richesse et d’équilibre de notre balance commerciale. Nous avons cédé parce que nous avons obéi servilement aux lois du marché, et en particulier au dogme de la libre circulation des capitaux. Nous avons en effet pensé qu’il convenait de respecter à la lettre les règles de l’OMC et plus généralement de l’économie mondialisée en adoptant une logique ricardienne sans même prévoir des garde-fous qui s’imposaient pourtant. Nous avons cédé parce que nous avons refusé de protéger nos entreprises alors que leurs concurrents directs n’étaient pas soumis aux mêmes règles sociales, fiscales ou environnementales, ce qui a créé une distorsion concurrentielle insoutenable. Nous avons cédé parce que nous n’avons pas été capables de lutter contre l’extraterritorialité du droit américain, qui nous impose des contraintes inadmissibles (normes ITAR, droit de regard sur nos clients…). Nous avons cédé parce que nous n’avons pas su orienter l’épargne des ménages vers l’industrie et le capital risque. Nous avons cédé en délaissant notre recherche et en paupérisant nos universitaires et nos chercheurs. Nous avons cédé parce que nous avons renoncé à produire des biens de qualité à forte valeur ajoutée, alors que nous en avions la capacité, au profit de biens milieu de gamme, moins chers mais davantage exposés à la concurrence asiatique. Bref, nous avons cédé parce que nous avons perdu la confiance en nous-mêmes…

 4/ En 2023, est-il plus « intéressant » de manquer de loyauté dans le cadre de son mandat, public ou privé ? 

Il faudrait dans un premier temps définir ce que l’on entend par loyauté, et surtout préciser à l’égard de qui doit s’exercer cette loyauté : une entreprise ? Le peuple français ? Ses dirigeants ? Ou l’Union européenne ?… Ce n’est pas la même chose et les intérêts ne sont pas nécessairement convergents. Mais lorsque le PDG d’un grand groupe industriel se voit attribuer une « prime exceptionnelle » de plusieurs millions d’euros pour avoir négocié la cession de son entreprise à une multinationale américaine, il est légitime de s’interroger, d’abord sur ses mérites, et plus loin sur ses réelles motivations. On peut toujours justifier une telle opération par des considérations financières et la « nécessité de préparer l’avenir d’un groupe » qui « ne disposerait pas de la taille critique pour affronter la concurrence », mais on peut aussi considérer, à l’instar de Loïk Le Floch-Prigent qu’il s’agit parfois, a minima, d’un acte « irresponsable » révélant « un mépris total à l’égard du personnel, des clients, du peuple et de ses représentants ». 

Dans la même veine, lorsque des médecins, conseillers du gouvernement, perçoivent d’importantes commissions de la part de laboratoires pharmaceutiques privés, il est légitime de s’interroger sur leur intégrité et la qualité de leurs recommandations en matière vaccinale. Mon propos n’est certainement pas de dire que les élites sont systématiquement corrompues. Mais il est des situations qu’il vaut mieux éviter pour ne pas créer de suspicions malsaines chez nos concitoyens. J’ose espérer toutefois, peut-être un peu naïvement, que les comportements vertueux sont, in fine, récompensés et que les actes déloyaux réalisés par nos élites sont révélés et sanctionnés. 

5/ Lesquelles de vos leçons vos étudiants arrivés sur le marché du travail pourraient-ils être rapidement tentés d’oublier ?

Je m’efforce d’enseigner à mes étudiants que nos engagements internationaux, y compris européens, ne doivent jamais conduire à négliger nos intérêts nationaux ; que la loyauté à l’égard d’une entreprise trouve sa limite dans le respect de l’intérêt général et du bien commun ; que si le « système » fonctionne mal, ce n’est pas une raison pour vouloir l’anéantir et en rebâtir un autre sur des bases plus qu’incertaines ; qu’en matière de relations internationales, nous n’avons pas d’amis, seulement des alliés ou des partenaires ; qu’il faut se garder de tout pessimisme destructeur, pouvant engendrer un  refus de l’engagement, un grave déficit démographique via une nouvelle baisse de la natalité, une perte de confiance en l’avenir, etc. Je voudrais aussi que mes étudiants retiennent que nous avons une grande chance d’habiter en France, et que nous pouvons être fiers de notre passé comme de notre culture. Et enfin que le respect de valeurs personnelles et d’une vie ordonnée ne peuvent que faire grandir et rendre heureux…

Mais il est vrai que confrontés à la dureté du marché du travail et aux impératifs de court terme, mes ex-étudiants risquent de rapidement oublier ces belles paroles. Je ne suis pas inquiet sur leur capacité à intégrer le marché du travail. Mais sauront-ils adopter un comportement pertinent et équilibré, en acceptant les contraintes légitimes que les entreprises leur imposeront, sans faire preuve de servilité lorsque les sollicitations se feront trop pressantes ? Sauront-ils préserver leur éthique personnelle lorsqu’ils devront choisir entre le respect des valeurs et le risque de compromettre leur entreprise ou leur avenir professionnel ? Dans un contexte de corruption généralisée ou de petits arrangements entre amis, sauront-ils rester intègres ou céderont-ils aux sirènes de l’argent facile ? Accepteront-ils les sacrifices liés à notre impératif de réindustrialisation et de maitrise de la dette publique ? Et enfin, dans un contexte d’intensification de la mondialisation, sauront-ils sauvegarder notre indépendance, notre système social et l’art de vivre à la française ?

 6/ Quels sont les atouts matériels et moraux sur lesquels la France pourrait capitaliser ? 

Notre pays dispose encore de nombreux atouts qui constituent autant d’avantages concurrentiels. Il est impossible de tous les citer mais je mentionnerai les éléments suivants : 

Les multiples prédations d’entreprises françaises, notamment dans le domaine de la tech, aussi dommageables soient elles, révèlent paradoxalement la dynamique entrepreneuriale de leurs dirigeants et la qualité de nos PME et jeunes pousses dans des secteurs d’avenir. On pense notamment aux récentes acquisitions d’Aldebaran, TRAD, Exxelia, Webhelp, Linxens, Tronics, Alsid, Ingenico, Sqreen… et beaucoup d‘autres encore. D’autre part, la France reste bien positionnée dans certains secteurs, comme par exemple l’aéronautique, l’énergie, la santé, l’assainissement et le traitement des déchets, le luxe, le tourisme ou encore l’automobile, même si dans ce dernier cas, le passage à marche forcée vers le tout électrique accroit notre dépendance et ressemble fort à un suicide industriel…

Plus généralement, notre pays dispose d’une main d’œuvre de qualité, techniquement performante, même si, là encore, l’abandon de notre industrie, la fuite des cerveaux et une politique énergétique hasardeuse commencent à générer des pertes de compétence, notamment dans le nucléaire et la high-tech. Et n’oublions pas que nous restons dans le peloton de tête des pays de l’OCDE en termes de productivité horaire du travail.

D’autre part, nous avons pendant longtemps bénéficié d’un atout stratégique lié à notre politique énergétique : notre investissement dans le nucléaire a longtemps permis à nos entreprises de bénéficier de l’électricité la moins chère d’Europe. Malgré plusieurs obstacles techniques et juridiques, il ne parait pas impossible de bénéficier à nouveau de cet avantage décisif, si toutefois nos dirigeants optent pour une politique claire et volontariste en la matière.

Enfin, la richesse culturelle de notre pays, le savoir-faire à la française, l’image positive de nos produits à l’étranger, la qualité de nos infrastructures et réseaux de communication, la solidité de nos Institutions, constituent autant d’atouts qui nous permettent de rester optimistes malgré un environnement économique et politique particulièrement dégradé. 

Quant aux atouts moraux, je vois principalement notre capacité à garder une certaine indépendance d’esprit, un réel sens du devoir et un patriotisme populaire partagés par de nombreux Français (pas tous hélas !). Je crois également à notre faculté de résilience qui nous permettra, je l’espère, d’affronter et de surmonter avec succès les crises à venir.

7/ Etablissez-vous un lien entre la nature d’un régime politique et la propension de ses « élites » à choisir la gamelle au détriment du drapeau ? 

Ce lien n’est pas évident, car lorsque l’on observe les différents régimes politiques contemporains, intra ou extra européens, on ne peut hélas que trop souvent constater, au sein des élites, et à des degrés divers, une prédominance des intérêts privés, voire personnels, au détriment des intérêts collectifs et nationaux. Il est toutefois possible d’avancer les hypothèses suivantes : 

– Une réelle répartition des pouvoirs conduit naturellement à des systèmes de contrôle croisés qui restreignent les risques de corruption généralisée ou de mise en avant excessive des intérêts personnels. C’est la raison pour laquelle je plaide en faveur d’une réforme profonde de la justice, qui aujourd’hui n’est pas un véritable pouvoir indépendant… 

– Lorsque les régimes politiques incorporent dans leur fonctionnement institutionnel une dose suffisante de démocratie directe, les risques de dérives sont moins importants. 

– De stricts régimes d’incompatibilités et une traque systématique des conflits d’intérêts réduisent les occasions de privilégier des intérêts personnels ou étrangers. Nous en avons une très belle illustration avec la gestion de la crise du Covid…

– Faute d’un pouvoir exécutif suffisamment fort, les intérêts politiques partisans, les jeux d’alliance et les compromissions conduisent à négliger l’intérêt national. C’est pourquoi je m’inquiète d’une montée en puissance de la petite musique invitant à réformer en profondeur nos Institutions pour créer une VIe République. Le retour à un régime parlementaire dont nous avons pu par le passé constater l’inefficacité ne contribuerait pas à résoudre nos problèmes, bien au contraire.  

– Enfin, il existe une tendance des élites excessivement européanisées, voire mondialisées, à privilégier la gamelle, parfois bien fournie, au détriment du drapeau, considéré comme peu attractif…

8/ Si l’on suit la pensée dominante, l’idée même d’ingérence étrangère relève du complotisme. C’est un peu comme le meilleur tour de l’antique adversaire, qui consiste à faire croire qu’il n’existe pas. Qu’est-ce que cela vous inspire ? 

Il faudrait aujourd’hui être aveugle ou d’une totale mauvaise fois pour affirmer qu’il n’existe pas d’ingérence étrangère au sein de nos Institutions politiques comme au sein des organes décisionnels des entreprises publiques ou privées. Cette ingérence s’exerce à plusieurs niveaux : 

– Elle prend d’abord la forme d’un espionnage généralisé. Nos dirigeants commencent tout juste à prendre conscience de l’ampleur du pillage de nos technologies et savoir-faire industriels. Ce pillage, le mot n’est pas trop fort, résulte principalement de l’espionnage industriel pratiqué par certaines grandes puissances. C’est d’ailleurs le terme qu’a utilisé Bruno Le Maire en Janvier 2018 : « Ouverture ne veut pas dire pillage de nos technologies, de nos compétences, de nos savoir-faire », a martelé notre ministre en visite à Pékin. Mais ne soyons pas naïfs : il sera difficile d’éradiquer les pratiques d’espionnage américaines ou chinoises, tant celles-ci se sont perfectionnées et quasi « institutionnalisées »…

– L’ingérence étrangère se révèle également à travers l’intervention accrue des États dans les politiques d’investissements directs étrangers (IDE). Plusieurs États développent de véritables politiques d’expansion de leurs firmes nationales ou fonds souverains. Derrière des objectifs légitimes – et parfois affirmés – de sécurisation économique ou militaire, de co-développement des pays cibles ou de partenariats équilibrés, se révèlent peu à peu des enjeux de puissance, dans le cadre d’une guerre économique qui ne dit pas son nom. Tout se passe notamment comme si l’Administration américaine réalisait un véritable benchmarking à l’échelle mondiale pour identifier et éventuellement acquérir les firmes étrangères disposant d’une avance technologique sur ses propres entreprises ou présentant un risque pour sa sécurité militaire ou économique. La CIA n’hésite plus à investir directement dans les start-up françaises via son fonds In-Q-Tel. 

– Les États-Unis disposent d’autre part de moyens de pression, politiques, financiers et juridiques qui leur permettent d’atteindre leurs objectifs : avec le Patriot Act, le Cloud Act et surtout le Foreign Corrupt Practices Act, la justice américaine dispose d’armes juridiques redoutables, le site Internet du Department of Justice décrivant très ouvertement les procédures en cours, dont bien peu concernent des firmes américaines… Mais les Chinois ne sont pas en reste et jouent les pays européeens les uns contre les autres pour imposer leur présence dans le cadre de la politique des « Routes de la soie ».

– Doivent également être évoquées ici les multiples actions internationales de lobbying, dont on commence seulement à percevoir l’ampleur, mais qui visent les Institutions européennes comme les gouvernements des pays européens. 

Que peut-on dire de plus ? Contrairement au diable, les auteurs des ingérences étrangères n’éprouvent même plus le besoin de se cacher ou de nier leur activisme…

9/ L’impératif de souveraineté a été exhumé et tout le monde ne jure plus aujourd’hui que par elle. Verserait-on dans la thanatopraxie ou assiste-t-on à une véritable résurrection ? 

Dans un contexte de guerre économique mondialisée, le concept de souveraineté revient effectivement au centre des débats, opposant deux logiques : d’un côté, celle conservant une confiance inébranlable dans l’efficacité des mécanismes auto-régulateurs des marchés, de l’autre celle, davantage colbertiste, qui justifie une intervention ciblée de l’État en raison des déséquilibres économiques structurels liés à une mondialisation économique insuffisamment régulée et dont nous sommes les victimes.
Cette deuxième logique semble confortée par la crise sanitaire de 2020 et les difficultés d’approvisionnement qu’elle a générées. Celles-ci ont contribué à sensibiliser l’opinion publique aux risques d’une désindustrialisation assumée de notre pays et à l’impératif d’un contrôle sur la disponibilité de certains produits stratégiques. 

Comme le dit très justement Éric Delbecque, expert en intelligence économique et stratégique: « La souveraineté industrielle n’est pas un concept ringard de nostalgiques des grands programmes gaullistes mais une condition de la sécurité de la nation. »

Car sans souveraineté économique, il ne peut en effet exister de véritable souveraineté politique. Il ne s’agit évidemment pas de défendre ici une indépendance intégrale – tant certains processus engagés au niveau supranational paraissent irréversibles – et encore moins une économie autarcique.

Mais ce qui est intéressant c’est l’inflexion politique de nos dirigeants qui, au-delà des discours, est devenue perceptible à travers quelques évènements récents : 

Il s’agit tout d’abord de la nationalisation temporaire des Chantiers de l’Atlantique, convoités par le géant italien Fincantieri, qui a conduit au blocage provisoire de l’opération. Plus récemment le véto de Bercy au rachat de notre spécialiste de la vision nocturne Photonis par l’américain Teledyne prouve que le dispositif juridique de protection de nos entreprises stratégiques n’est pas seulement théorique mais peut constituer une réelle arme défensive efficace lorsque nos dirigeants osent s’en servir… Peu après, le rapide refus du Ministre de l’économie suite à la « lettre d’intention non-engageante en vue d’un rapprochement amical », adressée aux dirigeants de Carrefour par le la canadien Couche-Tard, montre que cette préoccupation nouvelle du pouvoir exécutif ne se limite pas aux entreprises qui intéressent notre défense nationale ou la haute technologie. De même, le récent rappel à l’ordre du même ministre au groupe Volkswagen afin que celui-ci respecte ses engagements de production de moteurs diesel secondaires à destination de sous-marins français, en application des textes sur les investissements étrangers en France, témoigne d’une fermeté nouvelle et plutôt inattendue… Enfin, les efforts visant à maintenir dans le giron français Segault – le fabricant de robinetteries équipant nos sous-marins nucléaires – marque peut-être le début d’une prise de conscience de l’impératif de souveraineté dans le domaine militaire. 

S’agit-il de thanatopraxie ? Étant naturellement optimiste, je crois que tout est encore possible, même une « résurrection » ou du moins un « réveil » à condition d’intégrer davantage encore les impératifs de souveraineté, dans les décisions politiques, aux niveaux français comme européen. 

10/ Que diriez-vous de la forme politique empruntée par l’Europe ? Elle a été présentée comme le nécessaire passage à l’échelle pour l’avenir de nos nations. Quel constat peut-on dresser aujourd’hui du succès de cette promesse ?

Même en étant patriote, il est difficile aujourd’hui de soutenir que tous les grands projets de demain peuvent s’envisager à la seule échelle nationale : on pense par exemple aux grands projets militaires, à la politique énergétique ou au contrôle des flux migratoires. 

Mais l’Union européenne, telle qu’elle existe actuellement, souffre de gaves faiblesses : 

– Une faiblesse démocratique tout d’abord : les organes de décision sont trop éloignés des européens, ce qui génère une perte de confiance dans l’efficacité voire l’intégrité des décideurs. Il convient donc de revoir en profondeur la répartition des pouvoirs, la définition de leurs missions et les processus de désignation des décideurs, tout en intégrant, pourquoi pas, une dose de démocratie directe. 

– Seconde faiblesse, l’Union européenne subit aujourd’hui une pression excessive des lobbies étrangers et se montre excessivement sensible aux comportements hégémoniques adoptés par l’Allemagne. 

– Une troisième faiblesse résulte de l’intégration trop rapide de nombreux pays de l’Est au sein de l’UE : cette politique nous coûte cher, accroit notre dépendance à l’égard des USA et complexifie les processus décisionnels… 

– Une quatrième faiblesse tient à l’« oubli » du principe de subsidiarité, qui conduit l’UE à vouloir tout régenter au niveau supranational, et à imposer des politiques dont certains peuples ne veulent pas. 

– Inversement, certains pays adoptent par opportunisme des comportements préjudiciables aux intérêts européens. Que penser d’un pays qui aujourd’hui, sans être sous la menace directe d’un conflit avec la Russie,  privilégie l’achat d’avions militaires américains au détriment des constructeurs européens ? 

Bref, je suis convaincu que l’Europe reste une belle idée, à condition de réformer en profondeur ses Institutions et d’accorder plus de place aux nations, qui doivent rester souveraines. 

 



⭕️ Mezze de tweets

 

 

 

 

 

 

 

 

 




⭕️ Hors spectre

Les Trois Grâces – Antonio Canova

“Les ruses et les machinations ténébreuses ont été imaginées par les hommes pour venir en aide à leur lâcheté.” Euripide

 




De Gaulle eut été en faveur de l’usage de Bitcoin

Avertissement : Souveraine Tech revendique par vocation une approche transpartisane. Seule nous oblige la défense des intérêts supérieurs de notre pays. Nous proposons ainsi un lieu de « disputatio » ouvert aux grandes figures actives de tous horizons. La parole y est naturellement libre et n’engage que ceux qui la prennent ici. Cependant, nous sommes bien conscients des enjeux en présence, et peu dupes des habiles moyens d’influence plus ou moins visibles parfois mis en œuvre, et dont tout un chacun peut faire l’objet, ici comme ailleurs. Nous tenons la capacité de discernement de notre lectorat en une telle estime que nous le laissons seul juge de l’adéquation entre le dire et l’agir de nos invités.


Vendredi 6 octobre 2023
Alexandre Stachtchenko est expert indépendant et conférencier Bitcoin et Web 3

1/ Pouvez-vous brosser à larges traits la grande désintermédiation qui vient (si c’est le cas selon vous) ?

Je ne suis pas complètement convaincu de la « Grande Désintermédiation » qui vient. Pour faire un parallèle avec Internet, les promesses de Bitcoin se retrouvent déjà dans la déclaration d’indépendance du cyberespace de 1996. On y parle de la fin des Etats, de la reprise de contrôle par les individus etc. 30 ans plus tard, entre les GAFAM et la NSA, on est loin du compte en termes de décentralisation.

Est-ce que les cryptos permettent de se passer du système financier ? Oui. Leur principal apport, qui est absolument fondamental, c’est le retour de la propriété privée, et ce dans l’espace numérique. On peut à nouveau posséder par soi-même, en propre. Pas besoin de passer par un tiers pour tenir notre « compte ». Comme le cash dans le monde physique, qu’on peut posséder dans un portefeuille personnel, hors de la banque.

Est-ce que les cryptos vont tuer les banques ? Probablement pas. Car la volonté de vouloir confier ses finances personnelles ou la garde de ses actifs à des professionnels persistera. De la même façon qu’Internet n’a pas conduit l’humanité à héberger ses propres serveurs SMTP pour s’envoyer des emails, ni tué les Etats ou La Poste etc.

En revanche, une banque qui ne se sera pas adaptée à la gestion des actifs numériques en tous genres mourra, c’est fort probable. La désintermédiation n’est pas une fin en soi. C’est un moyen. Dans le cas de Bitcoin, l’objectif de la décentralisation, c’est la résilience, et non l’efficience.

Je reprends le parallèle avec Internet : historiquement, l’utilité originelle d’Internet en tant que réseau décentralisé était que le système puisse continuer de fonctionner en cas d’attaque nucléaire. L’objectif n’était pas l’efficience, mais la résilience.

Bitcoin est moins « efficient » que le système bancaire. Mais il est plus résilient. Et de la même façon qu’Internet a fini par devenir aussi plus efficient que la quasi-totalité des systèmes alternatifs, il y a fort à parier que Bitcoin le deviendra aussi. Déjà aujourd’hui, faire des transactions sur Bitcoin à l’international par exemple est plus efficient que sur le système traditionnel : quelques minutes contre quelques jours, quelques centimes ou euros de frais contre des frais variables atteignant 10% environ.

Ceci, sous le prisme de la souveraineté, est particulièrement intéressant, car c’est un réseau qui minimise les dépendances extérieures.

Si l’on se bat par exemple pour que le service public arrête d’utiliser Microsoft pour préférer Open Office ou Libre Office, ce n’est pas parce que ces logiciels sont meilleurs, mais parce qu’ils sont libres, indépendants, et donc ne soumettent pas l’Etat français aux desiderata d’une firme étrangère. La moindre efficience, qui peut passer par exemple par une plus mauvaise interface ou expérience utilisateur, est le prix à payer pour permettre à l’Etat de ne pas dépendre de l’extérieur dans ses décisions.

De la même façon, l’utilisation de Bitcoin pour le commerce international suit la même logique : on ne subit pas les conséquences de l’utilisation d’une monnaie étrangère comme le dollar.

La conséquence de la démocratisation de Bitcoin, toutes choses égales par ailleurs, ne serait pas tant la grande désintermédiation totale et complète, mais plutôt l’existence d’une alternative, d’un choix. Si vous souhaitez confier vos finances et vos actifs à des professionnels, libre à vous. Mais si vous ne le souhaitez pas, quelle que soit la raison (confiscation, manque de confiance, pas d’accès au système bancaire, lanceur d’alerte, etc.), alors vous pouvez (enfin !) ! La seule existence de cette alternative devrait favoriser également un système financier plus sain, car il se retrouve menacé par la fuite de ses clients, aujourd’hui garantis quoi qu’il fasse, puisque sans compte bancaire, on n’existe pas.

D’ailleurs, une des raisons majeures pour lesquelles les Banques Centrales, FED et BCE au premier rang, évoquent des problèmes de « stabilité financière » lorsqu’elles parlent des cryptos, c’est la capacité à sortir du système bancaire, dans lequel elles préféreraient continuer d’emprisonner tout le monde.

Pour l’anecdote, l’entreprise Custodia, fondée par Caitlin Long, aux Etats-Unis, s’est vu refuser une licence bancaire par la FED récemment au prétexte que cela menacerait la stabilité financière. Son seul tort est d’avoir voulu établir un modèle d’affaires dans lequel la banque facturerait à ses clients la conservation des fonds, mais ne rémunèrerait pas d’intérêts sur des dépôts, dans la mesure où elle ne ferait pas de crédit. La FED a donc estimé qu’un tel service menacerait la stabilité financière, car il offre
une sérénité trop forte à ses clients potentiels, qui pourraient fuir les banques traditionnelles, et donc les mettre à risque de défaut ou de crise de liquidité. C’est le monde à l’envers : la banque accusée de mettre en péril la stabilité financière est celle qui ne fait pas de crédit !

La menace que représentent les cryptos est du même acabit : dans un système où il n’existe pas d’alternative à des banques mastodontes devenues systémiques et dont le bilan est empli de crédits souvent toxiques ou bancals, il est nécessaire de continuer la fuite en avant géante si l’on ne veut pas voir l’édifice s’effondrer. Comme un vélo qui tombe s’il n’avance plus, les banques ne peuvent pas fonctionner si les épargnants retirent leurs dépôts. Dans ce cadre, Bitcoin représente une porte de sortie vers la sobriété, un « bank walk », sorte de bankrun discret, numérique, et lent, permettant d’épargner son argent sans le prêter à quelqu’un d’autre, ce qui compromet en effet la poursuite d’un système malade, qui se défend en attaquant les cryptos.

2/ Quel constat pouvez-vous dresser de la bancarisation de près de 95% des Français ? En quoi cela a-t-il été utile (aux Français) ? A leur patrimoine, à leur pouvoir d’achat ?

La bancarisation a été un processus nécessaire à l’émergence de la finance numérique. Ce qu’il faut comprendre, c’est que le monde numérique est un monde où la rareté n’existe pas. C’est un espace infini. Un email envoyé à quelqu’un diffère fondamentalement d’une carte postale, son équivalent physique, car lorsque j’envoie une carte postale, par définition, je ne la possède plus ! A l’inverse, je ne supprime pas l’email de mon ordinateur pour pouvoir l’envoyer. Il est en réalité copié.

Or gérer des actifs de valeur suppose une finitude, une rareté. Un actif infini et accessible vaut 0 puisque l’offre est infiniment supérieure à la demande. Le numérique n’est donc fondamentalement pas adapté à la gestion de tout ce qui a de la valeur, en particulier la finance.

Pour pallier ce problème, on a transformé les actifs en dettes : en ouvrant un compte chez un tiers de confiance, une banque, qui deviendra responsable de la tenue du grand registre des créances (qui possède quoi, et qui doit quoi à qui), on permet de transformer les actifs en des informations. On ne « possède » plus quelque chose, on a l’information enregistrée quelque part que quelqu’un nous doit quelque chose. L’avantage de cela, c’est que le monde financier peut participer à la révolution numérique. Le
désavantage, c’est que si vous n’avez pas de compte bancaire, vous êtes exclu du corps social, et a fortiori de la mondialisation.

Dans les années 1960, il y a un gros demi-siècle, il y avait 6 millions de comptes bancaires pour 45 millions de français, selon les archives du Crédit Lyonnais. Aujourd’hui, le taux de bancarisation est supérieur à 95%, les enfants ont des comptes bancaires, et on est même obligés, par la loi, d’avoir un compte pour pouvoir faire des choses parfaitement basiques : ouvrir une entreprise, toucher un salaire etc.

Les Français sont donc passé en deux générations à peine d’une gestion de leurs actifs par la possession propre (les lingots d’or, le cash sous le matelas etc.) à la créance via le compte bancaire généralisé.

On peut apprécier le fait que cela rend le système plus efficace ou que le capital travaille mieux (il est moins thésaurisé par exemple). Mais cela le rend aussi moins résilient : le système bancaire français est un oligopole, tournant autour de 5 grands groupes bancaires, qui sont tous systémiques. À titre de comparaison, il y a encore aujourd’hui près de 5 000 banques en activité aux Etats-Unis. Ces groupes ne peuvent plus faire faillite, au risque d’emporter la France avec eux. Cela conduit évidemment aux comportements oligopolistiques classiques : blocage de la concurrence, frein à l’innovation, chantage à la faillite et socialisation des pertes.

On peut s’interroger par exemple sur le retard considérable pris par les Fintech françaises, en dépit des atouts incroyables dont dispose notre pays. Malgré un prix de l’octet parmi les moins chers, le fait d’avoir inventé la carte à puce, des banques d’envergures internationales, les meilleures infrastructures numériques et télécom d’Europe, etc., nous n’avons que deux licornes fintech : Lydia et Qonto. Vous noterez (oh ! bizarre !) que ce sont les deux seules qui n’ont pas eu besoin d’accéder aux informations bancaires de leurs clients pour se développer.

Une partie de la raison pour laquelle les Français se fournissent chez Revolut, Robinhood, e-toro ou Trade Republic est que l’oligopole bancaire français préfère saborder notre souveraineté pour s’acheter une dizaine d’années de tranquillité sur son marché domestique plutôt que de laisser la concurrence émerger et construire les champions de demain. Sans surprise, la même chose se passe dans l’industrie des cryptos, où les entreprises ne peuvent toujours pas opérer en France, se voyant refuser l’ouverture de comptes bancaires. Mais comme d’habitude, c’est emballé dans de bons sentiments : c’est pour protéger le consommateur ! Aucun souci cependant pour que feu Fidor Bank, ancienne filiale de BPCE, permettent à l’américain Kraken de disposer d’un compte bancaire en Allemagne.

Je précise mon propos : l’immense majorité des personnes travaillant dans l’industrie bancaire sont parfaitement intentionnées, et ne cautionnent pas cela, voire ne sont pas du tout au courant. Il s’agit là du résultat d’une situation de domination que la contingence naturelle et certaines décisions systémiques (réglementation par exemple) ont créé, et qui est savamment entretenue au niveau « politique » par les groupes d’intérêts.

En résumé, l’existence de professionnels financiers dont l’activité est d’intermédier l’épargne et l’économie réelle afin de stimuler l’économie, c’est-à-dire des banquiers, est parfaitement normale.C’est même sain.

Mais l’irruption du numérique a détruit le libre choix de l’individu en rendant obligatoire l’ouverture d’un compte bancaire pour participer à la vie sociale et économique. Cette absence de choix est dramatique pour la société, et pour les libertés individuelles évidemment, puisque les banques se retrouvent de plus en situation d’être le bras armé de politiques de contrôle toujours plus intrusive. Le fait que l’Europe a envisagé d’interdire les portefeuilles cryptos dits « non hébergés » (c’est-à-dire les portefeuilles personnels, l’équivalent numérique de votre portefeuille en cuir dans votre poche !) en dit très long sur la valeur que nous accordons à des principes et libertés fondamentaux comme la propriété ou la vie privée. La généralisation du compte bancaire a conduit le monde politique à être drogué au contrôle financier des individus, et il ne peut plus s’en passer. Ce que les Etats-Unis font à Snowden, ce que le Canada fait aux truckers, ce que la Chine fait aux manifestants hong-kongais, ce que les Talibans font aux femmes,… tout cela ne serait pas possible dans un monde où la bancarisation n’est pas indispensable.

3/ Est-ce que le concept de crypytoactif représente un moyen d’introduire la notion d’originalité et surtout de rareté, en matière de propriété sur le Net ?

Oui. C’est l’innovation radicale et fondamentale des cryptos : la propriété d’actifs rares.

4/ Quel lien établissez-vous entre le thème de la souveraineté et les cryptomonnaies ? Le droit de battre monnaie est directement lié à la souveraineté. Croyez-vous que les banques centrales vont se laisser docilement dépourvoir de ce privilège régalien ?

En réalité cette question se pose surtout pour Bitcoin. Le reste des cryptos n’a pas de prétention monétaire. La souveraineté et la monnaie sont deux thèmes évidemment liés. Mais la souveraineté ce n’est pas blanc ou noir. Pour reprendre l’exemple du logiciel libre que j’ai pris plus haut, on préférerait tous effectivement que le ministère de l’Education Nationale utilise un super logiciel français de traitement texte. Mais il n’existe pas. À défaut, il reste cependant préférable d’utiliser un logiciel libre, plutôt qu’un logiciel propriétaire américain.

De la même façon, si on l’on prend l’exemple du commerce international, les relations entre l’Iran et la France sont un cas d’école. La France n’a pas d’embargo avec l’Iran. Certains constructeurs automobiles français par exemple, en prévision de l’accord sur le nucléaire avec l’Iran, dès 2015, avaient une forte présence locale et s’apprêtaient à conquérir ce marché. Mais patatra, M. Trump décide de tout faire capoter, et réinstaure des sanctions unilatérales avec l’Iran.

Que fait la France, pays supposément indépendant ? Eh bien elle est bloquée : l’Iran ne veut pas d’euros, la France ne veut pas de Rial, et commercer en dollars est prohibé car le droit américain s’applique. Aucune banque française ne souhaite s’exposer à des amendes ou sanctions, certaines ayant même été récemment vaccinée… Et comme le secteur bancaire français est constitué d’un très petit nombre de très gros acteurs, tous sont exposés au marché américain.

Alors pour faire bonne figure et ne pas montrer notre incapacité à avoir un commerce extérieur indépendant et souverain, la France gesticule. Conjointement avec le Royaume-Uni et l’Allemagne, elle annonce la création d’INSTEX en 2019, une usine à gaz destinée à offrir un support juridique pour commercer avec l’Iran sans utiliser le dollar. La suite était évidemment prévisible et est très bien résumée sur Wikipedia : « Fin janvier 2023, les actionnaires d’INSTEX prennent la décision de liquider l’entreprise, après la réalisation d’une unique transaction ». On n’osera pas demander combien d’argent public a été englouti dans ce projet.

La solution au problème était pourtant à portée de main et ne coûtait pas un sou d’argent public : Bitcoin.

Bitcoin n’est pas la monnaie des Etats-Unis. Bitcoin est un système de paiement indépendant, qui peut opérer en dehors de SWIFT, numérique, quasi instantané, et qui ne ferme pas le soir et le weekend.

En 1965, alors que les Etats-Unis commençaient à jouer un peu trop avec la confiance qui leur était accordée pour préserver le système monétaire international, De Gaulle disait: « Nous estimons nécessaire que les échanges internationaux soient établis comme c’était le cas avant les grands malheurs du monde sur une base monétaire indiscutable et qui ne porte la marque d’aucun pays en particulier. Quelle base ? En vérité on ne voit pas qu’il puisse y avoir réellement de critère d’étalon autre que l’or. »

A l’évidence, à l’époque, le monde n’était pas numérisé, et Bitcoin n’existait pas. Mais il est fort probable que De Gaulle eut été en faveur de l’usage de Bitcoin, car il aurait préféré commercer de manière souveraine avec les pays de son choix via un actif « qui ne porte la marque d’aucun pays en particulier », plutôt que d’être soumis à un pays étranger.

Alors est ce que passer de l’Euro au Bitcoin est une perte nette de souveraineté, quand la monnaie est un « privilège régalien » ? Pour l’international, sans doute que non. Disposer de cette alternative est plutôt un gain net. Pour le local, je me permets de remettre en cause les prémisses de la question. La monnaie est émise pour sa très grande majorité par les banques commerciales via le crédit. Ce ne sont plus les Etats qui créent la monnaie. Même le cash, pièces et billets, est créé par la BCE, dont les statuts garantissent l’indépendance vis-à-vis des Etats. La BCE, statutairement, ne doit pas faire de politique ! Son mandat unique est la stabilité des prix.

Alors bien sûr dans les faits, la BCE s’assoit allègrement sur cette indépendance. Lorsque l’on entend les gouverneurs successifs menacer de ne pas collaborer avec certains gouvernements, la Grèce ou l’Italie par exemple, si les électeurs venaient à faire « le mauvais choix », il s’agit bien évidemment d’une ingérence flagrance et d’une rupture complète du contrat des traités européens.

Car la contrepartie de cette indépendance de la BCE, c’est qu’elle n’est juridiquement responsable de rien. Elle ne rend pas de compte au parlement européen (tout au mieux depuis quelques années, elle daigne venir y expliquer sa politique), elle dispose de son propre droit du travail etc. Pour l’anecdote, il y a quelques années, un membre du bureau de la BCE avait communiqué des informations privilégiées à des entreprises financières sur une future décision concernant les taux directeurs. Dans n’importe quel autre contexte, un tel comportement aurait été constitutif d’un délit d’initiés, et sévèrement puni. Ici non, aucune punition, puisque la BCE n’est pas responsable juridiquement devant qui que ce soit. Plutôt qu’une punition, l’ironie étant sans limite, c’est la BCE qui a reproché publiquement aux média d’avoir parlé de l’incident.

Donc si la monnaie est un privilège régalien, la première chose à faire avant d’interdire Bitcoin serait en réalité de démanteler la BCE !

Par ailleurs, on peut légitimement se demander si l’Etat, sans la contrainte qu’implique un étalon sous-jacent comme le fut longtemps l’or, est digne de confiance pour gérer une monnaie infinie. Au stade actuel de ma réflexion, et éclairé des expériences historiques que furent les Assignats, ou le système le Law, ou encore plus récemment le dollar depuis 1971, je dirais que la réponse est non. La monnaie infinie dans les mains de l’Etat, c’est malheureusement le clientélisme débridé et l’irresponsabilité favorisée, qui permet d’entasser toujours plus de dettes, et de poursuivre une fuite en avant géante pour oublier les limites physiques de notre planète.

On me demande souvent « Mais si l’Etat ne crée plus la monnaie, comment peut-il se financer ?! ».

Je commencerais par dire que la question est déjà terriblement symptomatique de nos sociétés actuelles.

L’Etat se finance par l’impôt, qu’il peut prélever dans n’importe quelle monnaie, y compris en bitcoins. Cet impôt sert à financer un budget, voté par des représentants du peuple. Et le peuple consent à l’impôt en le payant.

Depuis la réforme du prélèvement à la source (permise par la généralisation des comptes bancaires…), bien que la mesure soit opérationnellement immensément plus efficiente, on a symboliquement perdu le consentement à l’impôt dans le processus. Ce n’est pas anodin, et c’est même révélateur.

Avec le covid, la boîte de Pandore a été complètement ouverte : l’argent est magique, il peut être créé sur commande en appuyant sur un bouton. Dans cette situation, il devient légitime pour n’importe quel français d’interroger l’utilité même de préserver un système d’imposition. Pourquoi ne pas simplement créer de l’argent pour sauver l’hôpital ? l’école ? l’environnement ? C’est tout simplement le début de l’’engrenage de l’hyperinflation, dont les conséquences sont abominables pour n’importe quelle société. Quand la monnaie meurt, la société ne tarde pas à suivre.

5/ Quels sont les courants de pensée qui sous-tendent la révolution crypto ? On entend parfois parler de libertarisme. On peut passer des heures à évoque le sujet, mais, qui, dans le monde du web3, pour garantir nos libertés, fédérer des communautés, prévenir l’atomisation du monde ?

La question me fait sourire car elle soupçonne un mouvement, dont l’alpha et l’’oméga est la liberté, de venir menacer nos libertés, qu’il faudrait donc garantir contre cette menace ! Ce soupçon est encore une fois assez révélateur de la drogue au contrôle que nous avons toutes et tous prise ces dernières années.

Je tiens à rappeler humblement par exemple que le RGPD européen est d’inspiration cypherpunk, car c’est dans le manifeste cypherpunk que l’on parle de minimisation de collecte des données, de consentement à cette collecte, et autres principes fondamentaux. Les licences Creative Commons sont aussi une inspiration de ces communautés. L’autre combat principal des cypherpunks est celui pour la préservation de la confidentialité et de la vie privée. Rappelons ici donc que l’anonymat est salutaire pour la société. Sans lui, pas de Voltaire, pas de George Sand, pas de Georges Orwell. Sans lui, impossible pour des groupes en minorité ou oppressés d’exprimer des témoignages ou de s’organiser. Comme je l’écrivais dans un article intitulé « Eloge de l’anonymat », celui-ci est une pratique salutaire pour faire émerger des nouvelles idées et innover. Car, rappelons-le, toute nouvelle idée commence par choquer. L’anonymat est garant d’une société libre, en particulier, de la toute-puissance de la pression sociale. Et c’est déjà extrêmement inquiétant qu’il soit suspect de le défendre. Cela étant dit, je partage l’inquiétude, ne me reconnaissant moi-même pas dans le courant libertarien, et n’étant pas un grand fan de l’atomisation de la société.

Je renvoie à ce titre à une conférence de Lawrence Lessig, avocat américain précurseur du numérique, et à l’origine de l’expression « Code is Law », ainsi que des licences Creative Commons, en 2015.

Cette conférence était donnée face à un public de précurseurs des cryptos, à Sydney, et s’intitulait « Déjà-vu all over again ». Un clin d’œil à sa propre expérience : les promesses de libertés maximales, d’émancipation totale, etc. sont du déjà-vu ! Ce sont les mêmes promesses que celles d’Internet dans les années 1990, dont lui-même était précurseur.

L’intérêt de cette conférence, c’est qu’il appelle ses successeurs, les précurseurs des cryptos, à ne pas commettre les mêmes erreurs qui ont conduit Internet à passer d’une promesse de liberté à un monde de surveillance, un panoptique foucaldien.

En particulier, il appelle les développeurs et ingénieurs à ne pas refaire la même erreur qui a consisté à se penser dans un monde virtuel, indépendant du monde physique, dans lequel les Etats n’auraient aucune prise. Cet hubris, ce sentiment de toute puissance, d’indépendance totale, a conduit les précurseurs d’Internet à une forme de naïveté, et par la suite à se faire déborder par les multinationales et les Etats, qui ont tranquillement et patiemment installé des oligopoles et des mécanismes de
contrôle parmi les plus intrusifs et pervers de l’Histoire.

A cet égard, je m’inscris dans cette philosophie : je ne souhaite pas que les cryptos créent une forme de société parallèle dans laquelle l’individu est roi mais atomisé. Bitcoin aura des impacts dans le monde réel, mais il ne tuera pas les normes, la pression sociale, les lois ou les Etats. Et tant mieux. En revanche, un Etat qui ne s’adapterait pas aux nouvelles donnes est pour moi condamné à être relayé au rang de suiveur. Comme la France qui rejette Internet car « son mode de fonctionnement coopératif n’est pas conçu pour offrir des services commerciaux », dixit le rapport gouvernemental sur Internet de 1994, et qui se retrouve complètement colonisée, vassalisée, dans l’espace numérique.

Il faut donc trouver ce juste milieu, préserver nos libertés fondamentales, notre vie privée, et s’inspirer des courants cypherpunks à ce sujet. Mais il faut faire attention à ne pas céder à la sensation de toute puissance que crée ce nouveau monde, et se penser à l’écart de la réalité physique des sociétés humaines et de leurs relations internes et entre elles. Cela exige de faire un compromis entre les libertés individuelles et les règles collectives de vie en société.

Alors il reste l’alternative que malheureusement commence à préférer une partie de la classe politique : interdire.

Les derniers pays qui ont interdit les cryptos, ou ont pris des mesures s’en rapprochant, sont la Chine du Parti Communiste Chinois, et l’Afghanistan des Talibans. Au-delà de l’efficacité très modérée de ces interdictions, l’échantillon me semble assez éloquent, et raconte très bien ce que nous sommes en train de devenir : des sociétés de contrôle dont le modèle est la Chine et son crédit social. D’ailleurs ce n’est pas un hasard si pour son Euro Numérique, Christine Lagarde rappelle régulièrement que nous sommes en retard sur la Chine.

Pour ma part, si on peut laisser la Chine et garder notre retard sur ce sujet, ça me va très bien.

En résumé, on peut supposer que les courants de pensée qui alimentent Bitcoin sont effectivement des courants ayant des sympathies pour les libertés individuelles et la vie privée, cypherpunks, libertaires, libertariens etc. Ce sont exactement les mêmes que ceux qui alimentaient Internet. Est-ce pour autant une garantie que leur « création » va s’exprimer selon leur souhait en maturant et avec l’adoption ? Rien n’est moins sûr, et Internet nous donne plutôt un exemple inverse. Je m’étais exprimé d’ailleurs sur l’attitude déplorable de la gauche française sur le sujet Bitcoin. Plutôt que de comprendre comment elle pourrait s’en servir pour faire avancer ses combats, elle est encore embourbée dans une tentative d’infréquentabilisation de Bitcoin, s’essayant à des assimilations douteuses avec l’extrême droite ou l’antisémitisme (sic…). A ce petit jeu-là, la gauche ne peut pas gagner car Bitcoin ne mourra pas. Après 15 ans à annoncer sa mort en vain, l’idée devrait commencer à être acceptée.

Et puisqu’il ne mourra pas, il vaut mieux se l’approprier plutôt que de le rejeter. Aux Etats-Unis, ce deuil a été fait par une partie de la gauche qui a commencé ce travail d’appropriation, heureusement. On peut citer Jason Maier, et son livre « À progressive case for Bitcoin », ou encore Alex Gladstein, directeur de la stratégie de la Human Rights Foundation, qui met en avant comment les militants des droits de l’Homme utilisent Bitcoin, et s’inspire par exemple de Roya Mahboob, entrepreneure afghane connue, qui est devenue une des plus ferventes défenseure de Bitcoin, lui ayant permis de sauver son propre patrimoine et d’aider des femmes à fuir l’Afghanistan.

On pourrait ajouter du point de vue plutôt économique et monétaire que Bitcoin a renouvelé l’intérêt pour une école de pensée économique qui avait été quasiment anéantie par le keynésianisme. Il s’agit de l’école autrichienne, plaidant, entre autres, pour que l’Etat ne gère pas la monnaie car la tentation est trop forte pour lui de faire n’importe quoi avec, et de la dévaluer à son profit en lésant les épargnants et entreprises, et favorisant le capitalisme de connivence, la proximité avec le robinet monétaire et les bons décisionnaires assurant une forme de richesse.

De mon côté, j’ajouterais à cela un point de vue plus écologique : le système monétaire actuel ne permet pas, systémiquement, la sobriété. L’inflation n’est pas un « bug », c’est une cible, un souhait, un objectif des Banques Centrales, afin de favoriser la consommation. Or, selon tous les scénarii du GIEC, on ne pourra pas atteindre nos objectifs climatiques sans un volet « sobriété » important.

I| existe une injonction à croître du système monétaire international, qui pousse notamment les épargnants à dépenser pour éviter d’être victimes de l’inflation. Et bizarrement, la monnaie, ce thermomètre et ce sang de l’économie, mesure de tous les indices et grandeurs, fondement de tous les échanges, de toutes les transactions, influençant tous les jours les décisions des agents économiques, a réussi à esquiver l’examen collectif. I! ne se trouve pas un écologiste, un économiste, un politique, pour dire que la monnaie actuelle nous conduit collectivement dans le mur climatique, de manière structurelle et systémique.

6/ Vous avez œuvré chez KPMG. Les grands cabinets sont-ils en train d’effectuer une mue sur ces sujets réputés sulfureux ?

Oui et non. De manière générale, je suis assez critique sur le monde du conseil. J’ai pu constater assez souvent que c’est un monde qui est prisonnier de ses clients, et qui préfère leur dire ce qu’ils veulent entendre plutôt que ce qu’ils doivent entendre. Si le monde du conseil fait sa mue, c’est parce que cela devient socialement acceptable de se positionner sur ces sujets pour les entreprises, et par transitivité, il devient donc nécessaire pour les cabinets d’avoir un discours cohérent et intelligent sur le sujet.

Chez KPMG, mais aussi avant l’acquisition, en tant que cabinet indépendant, nous avons essayé de porter une vision différente, avec des convictions fortes. Quitte à perdre des clients, qui parfois ne souhaitent que valider une décision déjà prise, et lui donner un tampon extérieur pour se déresponsabiliser. Et KPMG a d’ailleurs été courageux, en France comme à l’étranger d’ailleurs, en faisant partie des premiers cabinets à adopter une position plus équilibrée sur les cryptos. Pour preuve, KPMG a publié récemment une étude évoquant l’intérêt de Bitcoin pour les enjeux RSE, alors même que le discours « mainstream » considère encore aujourd’hui majoritairement Bitcoin comme une hérésie sous cet angle-là.

Aujourd’hui, un chemin énorme a été fait, mais nous ne sommes pas au bout de la route, et les contrefeux restent nombreux. Blockchain privée, puis tokens de banques, puis Monnaies Numériques de Banque Centrale, mais aussi du plus folklorique avec les Métavers etc. Tout est fait pour ne surtout pas parler de l’éléphant dans la pièce : Bitcoin. Non, Bitcoin ce n’est pas sérieux. C’est le terrorisme, c’est la pédophilie, ça détruit la planète plusieurs fois par jour, et puis ce n’est pas une monnaie. Même lorsque le Salvador a officialisé Bitcoin comme monnaie légale et officielle, le jeu de l’autruche s’est poursuivi : le Salvador, ce n’est pas vraiment un pays quoi. « Le Salvador, soyons sérieux » disait le ministre du numérique français.

A l’heure actuelle, la situation est toujours celle-ci : pour la plupart des entreprises françaises, Bitcoin est un tabou mais les actifs numériques commencent à devenir fréquentables. Les banques parlent de jetonisation de titres financiers, les entreprises classiques parlent de NFT etc. En conséquence, les cabinets de conseil s’adaptent. Ils étaient nombreux à faire la pub des blockchains privées inutiles pour vendre de la mise en place et du cloud (IBM disait déjà à l’époque que pour 1€ de blockchain vendu, c’était 10€ de Cloud vendu !), aujourd’hui, ils se positionnent sur la jetonisation et les NFT.

Mon propos n’est pas de dire que la jetonisation ou les NFT sont inutiles, loin de là. Amon humble avis d’ailleurs, je ne vois pas dans 10 ou 15 ans ce qui justifierait qu’un actif financier ne soit pas jetonisé, tant cela représente une optimisation majeure à tous les niveaux : accessibilité, disponibilité, coûts, rapidité etc. Etil est donc bien évidemment nécessaire de s’y préparer. Les NFT sont aussi une nouvelle façon d’interagir avec des communautés, ou de désintermédier l’art numérique. Donc il y a un énorme
progrès par rapport au « temps » des blockchains privées, qui elles ne fonctionnaient simplement pas.

En revanche, constater qu’il y a toujours un tabou sur Bitcoin me révolte. Il s’agit à mon sens de l’enjeu stratégique central. Mais le discours officiel et mainstream est absolument accaparé par des personnes ou institutions en conflit d’intérêt grossier et évident. Demander à une banque centrale ce qu’elle pense de Bitcoin, c’est demander à la Poste ce qu’elle pense de l’email, ou au canard ce qu’il pense du foie gras. Mais ça ne semble pas frapper grand monde dans l’univers médiatique, où leur avis est continuellement sollicité sur ce sujet, et ce sans contradiction.

En tout cas, en arrivant chez KPMG, mon ambition était d’en faire le « top of mind » du conseil sur les sujets cryptos en assumant des convictions, tout en étant intraitable sur le sérieux, les sources, la crédibilité, l’argumentation, l’expertise. J’espère y avoir contribué autant que faire se peut, et je suis très fier d’y avoir laissé une équipe extrêmement talentueuse et irriguée de cette philosophie. Sans aucun doute, nous avons contribué à ce que le sujet avance plus rapidement en France que si nous n’avions pas été là.

7/ Les politiques sont assez peu présents sur le thème des cryptoactifs. Pouvez-vous leur souffler 10 mesures de salut public qu’ils pourraient intégrer dans un programme électoral sans risque de perdre en route la moitié de leurs potentiels électeurs ?

Les politiques sont cyniques mais très pratico-pratiques : ils se posent très simplement la question de savoir si les cryptos sont un marché électoral intéressant. La réponse jusqu’à présent était un non franc et évident. Pour avoir eu des échanges avec des députés européens, peu avant les précédentes élections européennes, il était absolument transparent dans leur discours qu’ils n’allaient certainement pas risquer de perdre des voix sur un sujet aussi sulfureux. Le ratio risque/bénéfice était catastrophique.

Le premier combat est donc culturel : tant que les cryptos ne seront pas suffisamment adoptées, alors elles ne représenteront pas un enjeu intéressant pour les hommes et femmes politiques.

Nous sommes, je pense, dans une période de bascule à ce sujet. Aujourd’hui, il y a plus de français qui possèdent des cryptos, que de français qui possèdent des actions en propre. C’est environ 1 français sur 10. Ce n’est plus quelque chose de négligeable, et cela devient petit à petit un marché électoral. La crypto a offert à la France deux licornes, Ledger et Sorare, la première contribuant même à réindustrialiser une région sinistrée par la mondialisation, à Vierzon. Les messages politiques peuvent devenir attractifs. Mais attention, le plus gros facteur discriminant dans la détention de cryptos est l’âge. Les jeunes sont largement surreprésentés dans les détenteurs. Or les jeunes ne votent pas. Cela pourrait donc tempérer ou différer ce gain d’intérêt chez les politiques.

A ce titre, lors de la précédente présidentielle, plusieurs candidats avaient accepté l’invitation de Ledger à venir sur le site de leur usine à Vierzon pour s’exprimer sur le sujet des cryptos. Malheureusement, l’invasion Russe en Ukraine a complètement annihilé cette montée en puissance du sujet dans les média. Je suis persuadé que les cryptos avaient une dynamique pour elles qui auraient pu en faire un sujet de campagne, bien que mineur.

Concernant les mesures, l’Europe s’étant emparé du sujet, cela commence déjà à être trop tard. Cependant, il reste des sujets sur lesquelles nous pouvons être actifs. La première mesure à faire, qui ne coûte pas un seul euro, et qui serait majeure pour l’attractivité française, serait très simplement de prendre position publiquement en faveur de Bitcoin, et de lui reconnaître sa capacité à être une monnaie. Une version ambitieuse de cela pourrait être de commencer à faire accumuler des Bitcoins plutôt que de l’or par la Banque de France. Accumulation qui peut commencer par les actifs numériques saisis par la justice aussi.

Du point de vue économique, dans l’idée, il faudrait faire en sorte d’héberger à minima des plateformes d’échange majeures et des entreprises de minage en France.

Pour les premières, sans soutien de la puissance publique, il est impossible maintenant d’émerger parmi les mastodontes actuels que sont devenus les Coinbase, Kraken et autres. C’est dommage dans la mesure où une société comme Paymium a lancé son activité bien avant eux, mais encore en 2023 se voit fermer son compte bancaire. L’Etat doit garantir la possibilité d’ouvrir un compte bancaire, pourquoi pas via la Banque Postale, et de le maintenir dans le temps. Les prestataires de services sur actifs numériques (PSAN) français sont quasiment tous positionnés en aval de la chaine de valeur, ce qui nous rend dépendant, en particulier de plateformes américaines. || me semble nécessaire, a minima au niveau européen, au mieux français, de disposer d’une grande plateforme d’échange.

Une façon de court-circuiter le problème du compte bancaire pourrait être simplement aussi de casser le monopole sur les comptes bancaires, ou la nécessité d’en ouvrir un pour lancer une entreprise. Déjà en Suisse, il est possible de constituer une société avec un apport en capital en crypto, conservé sur un portefeuille personnel. Forcer l’ouverture d’un compte alors qu’il existe maintenant une alternative relève d’un anachronisme qui n’a d’autre raison d’être que de protéger le secteur bancaire privé.

Pour les secondes, les entreprises de minage, il s’agit d’un enjeu majeur en termes de contrôle de la gouvernance du réseau. EDF pourrait parfaitement utiliser les surplus et les extra-capacités du nucléaire ou des ENR pour améliorer sa rentabilité, favoriser la transition énergétique et garantir la souveraineté nationale. Je peux personnellement assez bien projeter une vision où dans le futur une partie substantielle du minage serait opérée par des entreprises publiques d’électricité. Cela fait parfaitement sens pour profiter au mieux de la capacité du minage à effacer sa consommation du réseau à la demande, aidant ainsi les opérateurs à gérer celui-ci. Il pourrait être intéressant de favoriser l’émergence d’un producteur d’ASICs (les machines spécialisées pour le minage) en France aussi.

Il y a ensuite des mesures un peu plus techniques comme la fiscalité. Instaurer un régime fiscal simplifié pour les particuliers pour les paiements en crypto, avec un abattement forfaitaire, semble être une bonne idée pour ne pas freiner l’adoption. A l’heure actuelle, si vous achetez une baguette de pain en bitcoin, vous créez un événement fiscal vous forçant à calculer la plus-value réalisée en échangeant vos bitcoins contre une baguette de pain, puis à rapporter cette plus-value sur la valeur latente de l’ensemble de votre portefeuille d’actifs numériques. Autant dire que soit les gens ne déclarent pas, soit ils évitent de payer en crypto. Le seul abattement qui existe aujourd’hui est annuel, et non par opération de paiement.

Pour les sujets hors Bitcoin, il me semble crucial de favoriser l’émergence d’un stablecoin Euro digne de ce nom, et remettre la BCE à sa place sur le sujet de l’Euro Numérique, pour lequel elle n’a pas de mandat démocratique. Aujourd’hui à l’inverse, à cause d’un manque de compréhension du sujet et d’un amalgame fait avec le projet Libra/Diem de Facebook, les autorités se sont persuadées que les stablecoins étaient des menaces pour la « souveraineté monétaire ». Dans la réalité, les Etats-Unis, encore une fois, se frottent les mains, car les stablecoins sont en réalité une extension du domaine de la lutte. Aujourd’hui ils représentent une capitalisation supérieure à 100 milliards de dollars, et 99% sont des représentations du dollar américain. Au lieu de favoriser la compétitivité de l’euro dans l’espace numérique, le parlement européen a introduit dans le règlement MICA une épée de Damoclès, un Veto de la BCE permettant d’arrêter à sa convenance n’importe quel projet de stablecoin euro.

Enfin, il faut soutenir les efforts de l’industrie bancaire et financière à s’orienter vers la jetonisation des titres financiers traditionnels.

J’ajouterais sur un autre plan que briser le tabou autour de Bitcoin est aussi important dans le monde académique. Les personnes souhaitant aujourd’hui faire des thèses sur ce sujet sont des parias qui se voient refuser encadrement et financement, et sont donc obligés de camoufler leur véritable objet d’étude derrière des prétextes génériques comme « le numérique » « les start-ups » etc. C’est tout simplement indigne et choquant. Et ce problème n’est pas que Français malheureusement, des témoignages existant aussi aux Etats-Unis.

8/ Le mouvement de désintermédiation est un mouvement centrifuge. Est-il amené à pulvériser les corps sociaux auxquels nous sommes habitués, ou au contraire, travailler à la constitution de nouveaux ensembles politiques, de nouvelles cités « souveraines » ? Ou serions- nous « condamnés » à assurer seuls notre propre souveraineté personnelle, à ne plus compter que sur nous comme « alter de confiance » ?

La souveraineté personnelle n’est pas exclusive de la souveraineté collective, il s’agit d’un équilibre. Pour reprendre la distinction que fait Benjamin Constant dans son discours « De la liberté des anciens comparée à celle des modernes », la liberté a changé de signification au cours du temps. Dans la Grèce antique, berceau de la démocratie, la liberté avait pour prix. l’esclavage d’une partie significative de la population, et l’exclusion des femmes du corps social. Par ailleurs, même les citoyens n’étaient pas « libres » au sens moderne. En atteste la condamnation à mort de Socrate pour avoir simplement philosophé, et fut accusé ainsi de corrompre la jeunesse. La liberté antique était une liberté collective : Athènes est libre face aux Perses. C’est la cité qui exprime sa liberté.

Constant argue que les Lumières ont modifié le curseur, et ont introduit les concepts de libertés fondamentales. Ce sont les individus qui sont libres, et le collectif doit garantir les droits des individus. La loi préserve ma liberté de penser, de me déplacer, de me réunir, de manifester, etc.

La question que l’on peut poser à mon sens est : peut-on avoir une société où les libertés individuelles fondamentales sont garanties si l’Etat, ou le collectif, n’est pas suffisamment fort pour se prémunir d’influences, incursions, voire invasions étrangères ? Ma réponse personnelle serait plutôt non. Et à ce titre, c’est un arbitrage qu’il convient de faire, un contrat social : où placer le curseur pour préserver un maximum nos libertés fondamentales, tout en donnant la capacité à l’Etat d’être suffisamment fort
pour nous défendre tous en tant que collectif, nation, peuple.

Dans la société actuelle, il est largement possible d’argumenter que le curseur est dorénavant significativement déplacé vers les restrictions aux libertés fondamentales. Et ce n’est pas qu’une affaire de cryptos évidemment, il suffit de regarder l’actualité régulièrement. En ce moment, la nouveauté c’est d’interdire les VPN… Comme évoqué dans une autre question plus haut, notre société est droguée au contrôle, car elle est anesthésiée au risque, qui est le corollaire inévitable de la liberté. Une dictature est toujours mieux organisée qu’une société libre. Rousseau disait : « On vit aussi tranquille dans les cachots. En est-ce assez pour s’y trouver bien ? ».

L’Europe vivant dans un monde imaginaire et fantastique dans lequel il n’y a que des consommateurs qu’il faudrait protéger d’eux-mêmes, nous avons pris la fâcheuse tendance à empêcher et restreindre par précaution. Dans le monde des cryptos, ça se traduit par un régime juridique français encadrant les cryptos depuis 2019 (enregistrement auprès de l’Autorité des Marchés Financiers si vous souhaitez opérer en France). Quand on enlève la brume des bons sentiments, on constate que les entreprises françaises n’ont pas pu émerger face à la concurrence, et que les Français utilisent des services étrangers. Résultat des courses : la France perd une industrie, les Français utilisent des services étrangers, et ne sont même pas protégés, puisque ces services sont offshores et souvent moins-disants.

En résumé, je pense que la capacité à reprendre la possession de ses actifs, ou du moins, en avoir l’alternative accessible, est absolument salutaire pour se prémunir de dérives autoritaires qui sont en cours. Pour le dire autrement et de manière claire : les cryptos, Bitcoin en particulier, sont un test pour nos démocraties, permettant de révéler notre appétence collective à la liberté ou à la servitude volontaire et au contrôle. C’est un euphémisme que de dire que nous sommes en train de rater ce test, et que nous validons plutôt la thèse de La Boétie.

9/ Pouvez-vous (re)définir l’idée de « valeur » en 2023 ? Qu’est-ce qui donne de la valeur à un bien matériel ou immatériel et pour quelle raison ?

Question difficile. La valeur est subjective. La valeur de quelque chose c’est l’importance qu’on lui accorde relativement au reste. Le prix, lui, est une tentative de marché pour étalonner les valeurs entre elles et entre les individus. Dans un marché en concurrence pure et parfaite, le prix est le meilleur outil d’information des individus, leur permettant de prendre les décisions les plus éclairées quant à leur comportement économique. Le problème évidemment, c’est que la concurrence pure et parfaite est
un cadre théorique similaire au « sans frottements » en physique : il n’est jamais vrai.

Ce qu’on peut dire néanmoins, c’est que lorsque la monnaie se déprécie structurellement par l’inflation, c’est-à-dire qu’elle vous brûle les doigts, votre appétence pour des objets autres que la monnaie (actifs en tous genre, consommation etc.) augmente.

La construction du système monétaire n’est donc pas un simple artefact d’économiste de salon, mais quelque chose de systémique et d’anthropologique car elle vient affecter notre rapport au monde et à la valeur. Et plus fondamentalement, elle vient affecter la valeur qu’on accorde à la ressource la plus rare et la plus précieuse : le temps. Un système inflationniste incite à des comportements court-termistes. Si votre argent perd sa valeur tous les jours, vous n’avez aucun intérêt à préserver de l’épargne dans le temps. Vous êtes encouragés à l’insouciance de la consommation immédiate.

Je réitère donc l’idée exprimée plus haut : le système monétaire actuel est un système hédoniste qui ne permet pas la sobriété et incite les agents économiques à ne pas prévoir le long terme. C’est un chamboulement artificiel des systèmes de valeur des individus.

10/ Accepteriez-vous de décrire votre biotope psycho-politico-spirituel et essayer d’établir des liens de causalité avec votre promotion d’un monde désintermédié ? Que tenez-vous pour sacré ?

Comme évoqué plus haut, je n’ai pas d’affinité particulière pour la désintermédiation en tous temps en tous lieux et en tous contextes. Elle est un moyen, pas une fin. Je ne souhaite pas la disparition des Etats ou des Nations, mais peut-être qu’en France il pourrait être pertinent parfois de déléguer certaines compétences, de décentraliser le pouvoir. Je ne souhaite pas l’atomisation d’individus réduits à leur statut de consommateur parfait dans une économie mondialisée. Je déplore à ce titre que l’Europe soit incapable de se penser comme autre chose qu’un marché de consommation géant. Pour faire plaisir au consommateur, tout le monde se presse, mais dès qu’il s’agit de parler du citoyen il n’y a plus personne.

Je m’inscris personnellement dans une ligne que l’on pourrait historiquement rattacher à une sorte de gauche IIl° République, universaliste, laïque et souverainiste.

Etant donné le mouvement sinistrogyre de la politique, je suppose que ça me met aujourd’hui dans un camp un peu déserté à mi-chemin entre le libéralisme et le conservatisme gaullien. Mais je ne suis pas un grand fan des cases. Je déplore par exemple que la gauche soit obnubilée par les problématiques sociétales, mais aussi que la droite soit absente de la question écologique. Qu’une partie de la gauche renie largement l’universalisme et la laïcité émancipatrice, pour lui préférer un immobilisme identitaire, un refus de l’assimilation confinant au communautarisme, mais aussi que la droite soit aveugle aux inégalités que les fortunes diverses ont pu générer. De manière générale, je reconnais à la gauche une capacité à avoir une pensée systémique, et à intégrer dans son raisonnement les effets de l’environnement social et sociétal sur l’individu, ce qui est crucial pour éclairer la puissance publique. Mais je lui reproche de trop souvent franchir la ligne entre une pensée systémique et une pensée essentialisante et mono-factorielle, collant facilement des étiquettes et enfermant dans des cases les individus. A l’inverse, je reconnais à la droite la capacité de penser et défendre en général la liberté individuelle, mais je lui reproche son inclination contradictoire à préserver les rentes, ou encore sa naïveté sur les pressions systémiques auxquelles sont soumis les individus, affectant ainsi leur liberté
individuelle.

Je suis à l’heure actuelle assez orphelin politiquement donc. Mais je pense sincèrement que Bitcoin peut être une pierre angulaire d’un nouveau récit collectif qui nous permette de faire Nation. Un outil permettant de ralentir collectivement, et d’imposer à toutes et tous une sobriété systémique pour avoir une chance de préserver l’environnement, tout en évitant l’écueil de l’autoritarisme et en préservant les libertés fondamentales. Un outil de souveraineté dont de Gaulle aurait parfaitement pu se faire l’avocat. Un outil innovant sur lequel les cartes ne sont pas encore distribuées, ce qui signifie que nous
pourrions tirer notre épingle du jeu, et exercer une influence importante sur l’infrastructure financière
et monétaire de demain.




Newsletter n°68 - 6 octobre 2023

⭕️ Éditorial

De la suite dans les idées

Certains diraient que nous avons de la suite dans les idées. Ils n’ont pas tout à fait tort. Le premier colloque que nous avons organisé vendredi dernier a réuni 140 personnes à Saint-Malo. Ce fut un grand moment, animé, convivial, à haute teneur en iode, en phosphore et en blé noir. Si vous étiez là : merci de tout coeur ! Si vous n’y étiez pas : vous nous avez manqué ! Aussi, pour être bien certains de ne pas rater la prochaine édition, et de vous réunir plus nombreux encore, je vous donne dès aujourd’hui rendez-vous le vendredi 27 septembre 2024 au Palais du Grand Large à Saint-Malo. Notez-le dans vos agendas. Vous pourriez bien être surpris par la croissance de la petite « entreprise » corsaire le jour J !

Bertrand Leblanc-Barbedienne




Nous recevons aujourd’hui, vendredi 6 octobre 2023, Alexandre Stachtchenko, qui est expert indépendant, conférencier Bitcoin et Web 3, entrepreneur et auteur



De Gaulle eut été en faveur de l’usage de Bitcoin


⭕️ Conciliabule

Avertissement : Souveraine Tech revendique par vocation une approche transpartisane. Seule nous oblige la défense des intérêts supérieurs de notre pays. Nous proposons ainsi un lieu de « disputatio » ouvert aux grandes figures actives de tous horizons. La parole y est naturellement libre et n’engage que ceux qui la prennent ici. Cependant, nous sommes bien conscients des enjeux en présence, et peu dupes des habiles moyens d’influence plus ou moins visibles parfois mis en œuvre, et dont tout un chacun peut faire l’objet, ici comme ailleurs. Nous tenons la capacité de discernement de notre lectorat en une telle estime que nous le laissons seul juge de l’adéquation entre le dire et l’agir de nos invités.



1/ Pouvez-vous brosser à larges traits la grande désintermédiation qui vient (si c’est le cas selon vous) ?

Je ne suis pas complètement convaincu de la « Grande Désintermédiation » qui vient. Pour faire un parallèle avec Internet, les promesses de Bitcoin se retrouvent déjà dans la déclaration d’indépendance du cyberespace de 1996. On y parle de la fin des Etats, de la reprise de contrôle par les individus etc. 30 ans plus tard, entre les GAFAM et la NSA, on est loin du compte en termes de décentralisation.

Est-ce que les cryptos permettent de se passer du système financier ? Oui. Leur principal apport, qui est absolument fondamental, c’est le retour de la propriété privée, et ce dans l’espace numérique. On peut à nouveau posséder par soi-même, en propre. Pas besoin de passer par un tiers pour tenir notre « compte ». Comme le cash dans le monde physique, qu’on peut posséder dans un portefeuille personnel, hors de la banque.

Est-ce que les cryptos vont tuer les banques ? Probablement pas. Car la volonté de vouloir confier ses finances personnelles ou la garde de ses actifs à des professionnels persistera. De la même façon qu’Internet n’a pas conduit l’humanité à héberger ses propres serveurs SMTP pour s’envoyer des emails, ni tué les Etats ou La Poste etc.

En revanche, une banque qui ne se sera pas adaptée à la gestion des actifs numériques en tous genres mourra, c’est fort probable. La désintermédiation n’est pas une fin en soi. C’est un moyen. Dans le cas de Bitcoin, l’objectif de la décentralisation, c’est la résilience, et non l’efficience.

Je reprends le parallèle avec Internet : historiquement, l’utilité originelle d’Internet en tant que réseau décentralisé était que le système puisse continuer de fonctionner en cas d’attaque nucléaire. L’objectif n’était pas l’efficience, mais la résilience.

Bitcoin est moins « efficient » que le système bancaire. Mais il est plus résilient. Et de la même façon qu’Internet a fini par devenir aussi plus efficient que la quasi-totalité des systèmes alternatifs, il y a fort à parier que Bitcoin le deviendra aussi. Déjà aujourd’hui, faire des transactions sur Bitcoin à l’international par exemple est plus efficient que sur le système traditionnel : quelques minutes contre quelques jours, quelques centimes ou euros de frais contre des frais variables atteignant 10% environ.

Ceci, sous le prisme de la souveraineté, est particulièrement intéressant, car c’est un réseau qui minimise les dépendances extérieures.

Si l’on se bat par exemple pour que le service public arrête d’utiliser Microsoft pour préférer Open Office ou Libre Office, ce n’est pas parce que ces logiciels sont meilleurs, mais parce qu’ils sont libres, indépendants, et donc ne soumettent pas l’Etat français aux desiderata d’une firme étrangère. La moindre efficience, qui peut passer par exemple par une plus mauvaise interface ou expérience utilisateur, est le prix à payer pour permettre à l’Etat de ne pas dépendre de l’extérieur dans ses décisions.

De la même façon, l’utilisation de Bitcoin pour le commerce international suit la même logique : on ne subit pas les conséquences de l’utilisation d’une monnaie étrangère comme le dollar.

La conséquence de la démocratisation de Bitcoin, toutes choses égales par ailleurs, ne serait pas tant la grande désintermédiation totale et complète, mais plutôt l’existence d’une alternative, d’un choix. Si vous souhaitez confier vos finances et vos actifs à des professionnels, libre à vous. Mais si vous ne le souhaitez pas, quelle que soit la raison (confiscation, manque de confiance, pas d’accès au système bancaire, lanceur d’alerte, etc.), alors vous pouvez (enfin !) ! La seule existence de cette alternative devrait favoriser également un système financier plus sain, car il se retrouve menacé par la fuite de ses clients, aujourd’hui garantis quoi qu’il fasse, puisque sans compte bancaire, on n’existe pas.

D’ailleurs, une des raisons majeures pour lesquelles les Banques Centrales, FED et BCE au premier rang, évoquent des problèmes de « stabilité financière » lorsqu’elles parlent des cryptos, c’est la capacité à sortir du système bancaire, dans lequel elles préféreraient continuer d’emprisonner tout le monde.

Pour l’anecdote, l’entreprise Custodia, fondée par Caitlin Long, aux Etats-Unis, s’est vu refuser une licence bancaire par la FED récemment au prétexte que cela menacerait la stabilité financière. Son seul tort est d’avoir voulu établir un modèle d’affaires dans lequel la banque facturerait à ses clients la conservation des fonds, mais ne rémunèrerait pas d’intérêts sur des dépôts, dans la mesure où elle ne ferait pas de crédit. La FED a donc estimé qu’un tel service menacerait la stabilité financière, car il offre
une sérénité trop forte à ses clients potentiels, qui pourraient fuir les banques traditionnelles, et donc les mettre à risque de défaut ou de crise de liquidité. C’est le monde à l’envers : la banque accusée de mettre en péril la stabilité financière est celle qui ne fait pas de crédit !

La menace que représentent les cryptos est du même acabit : dans un système où il n’existe pas d’alternative à des banques mastodontes devenues systémiques et dont le bilan est empli de crédits souvent toxiques ou bancals, il est nécessaire de continuer la fuite en avant géante si l’on ne veut pas voir l’édifice s’effondrer. Comme un vélo qui tombe s’il n’avance plus, les banques ne peuvent pas fonctionner si les épargnants retirent leurs dépôts. Dans ce cadre, Bitcoin représente une porte de sortie vers la sobriété, un « bank walk », sorte de bankrun discret, numérique, et lent, permettant d’épargner son argent sans le prêter à quelqu’un d’autre, ce qui compromet en effet la poursuite d’un système malade, qui se défend en attaquant les cryptos.

2/ Quel constat pouvez-vous dresser de la bancarisation de près de 95% des Français ? En quoi cela a-t-il été utile (aux Français) ? A leur patrimoine, à leur pouvoir d’achat ?

La bancarisation a été un processus nécessaire à l’émergence de la finance numérique. Ce qu’il faut comprendre, c’est que le monde numérique est un monde où la rareté n’existe pas. C’est un espace infini. Un email envoyé à quelqu’un diffère fondamentalement d’une carte postale, son équivalent physique, car lorsque j’envoie une carte postale, par définition, je ne la possède plus ! A l’inverse, je ne supprime pas l’email de mon ordinateur pour pouvoir l’envoyer. Il est en réalité copié.

Or gérer des actifs de valeur suppose une finitude, une rareté. Un actif infini et accessible vaut 0 puisque l’offre est infiniment supérieure à la demande. Le numérique n’est donc fondamentalement pas adapté à la gestion de tout ce qui a de la valeur, en particulier la finance.

Pour pallier ce problème, on a transformé les actifs en dettes : en ouvrant un compte chez un tiers de confiance, une banque, qui deviendra responsable de la tenue du grand registre des créances (qui possède quoi, et qui doit quoi à qui), on permet de transformer les actifs en des informations. On ne « possède » plus quelque chose, on a l’information enregistrée quelque part que quelqu’un nous doit quelque chose. L’avantage de cela, c’est que le monde financier peut participer à la révolution numérique. Le
désavantage, c’est que si vous n’avez pas de compte bancaire, vous êtes exclu du corps social, et a fortiori de la mondialisation.

Dans les années 1960, il y a un gros demi-siècle, il y avait 6 millions de comptes bancaires pour 45 millions de français, selon les archives du Crédit Lyonnais. Aujourd’hui, le taux de bancarisation est supérieur à 95%, les enfants ont des comptes bancaires, et on est même obligés, par la loi, d’avoir un compte pour pouvoir faire des choses parfaitement basiques : ouvrir une entreprise, toucher un salaire etc.

Les Français sont donc passé en deux générations à peine d’une gestion de leurs actifs par la possession propre (les lingots d’or, le cash sous le matelas etc.) à la créance via le compte bancaire généralisé.

On peut apprécier le fait que cela rend le système plus efficace ou que le capital travaille mieux (il est moins thésaurisé par exemple). Mais cela le rend aussi moins résilient : le système bancaire français est un oligopole, tournant autour de 5 grands groupes bancaires, qui sont tous systémiques. À titre de comparaison, il y a encore aujourd’hui près de 5 000 banques en activité aux Etats-Unis. Ces groupes ne peuvent plus faire faillite, au risque d’emporter la France avec eux. Cela conduit évidemment aux comportements oligopolistiques classiques : blocage de la concurrence, frein à l’innovation, chantage à la faillite et socialisation des pertes.

On peut s’interroger par exemple sur le retard considérable pris par les Fintech françaises, en dépit des atouts incroyables dont dispose notre pays. Malgré un prix de l’octet parmi les moins chers, le fait d’avoir inventé la carte à puce, des banques d’envergures internationales, les meilleures infrastructures numériques et télécom d’Europe, etc., nous n’avons que deux licornes fintech : Lydia et Qonto. Vous noterez (oh ! bizarre !) que ce sont les deux seules qui n’ont pas eu besoin d’accéder aux informations bancaires de leurs clients pour se développer.

Une partie de la raison pour laquelle les Français se fournissent chez Revolut, Robinhood, e-toro ou Trade Republic est que l’oligopole bancaire français préfère saborder notre souveraineté pour s’acheter une dizaine d’années de tranquillité sur son marché domestique plutôt que de laisser la concurrence émerger et construire les champions de demain. Sans surprise, la même chose se passe dans l’industrie des cryptos, où les entreprises ne peuvent toujours pas opérer en France, se voyant refuser l’ouverture de comptes bancaires. Mais comme d’habitude, c’est emballé dans de bons sentiments : c’est pour protéger le consommateur ! Aucun souci cependant pour que feu Fidor Bank, ancienne filiale de BPCE, permettent à l’américain Kraken de disposer d’un compte bancaire en Allemagne.

Je précise mon propos : l’immense majorité des personnes travaillant dans l’industrie bancaire sont parfaitement intentionnées, et ne cautionnent pas cela, voire ne sont pas du tout au courant. Il s’agit là du résultat d’une situation de domination que la contingence naturelle et certaines décisions systémiques (réglementation par exemple) ont créé, et qui est savamment entretenue au niveau « politique » par les groupes d’intérêts.

En résumé, l’existence de professionnels financiers dont l’activité est d’intermédier l’épargne et l’économie réelle afin de stimuler l’économie, c’est-à-dire des banquiers, est parfaitement normale.C’est même sain.

Mais l’irruption du numérique a détruit le libre choix de l’individu en rendant obligatoire l’ouverture d’un compte bancaire pour participer à la vie sociale et économique. Cette absence de choix est dramatique pour la société, et pour les libertés individuelles évidemment, puisque les banques se retrouvent de plus en situation d’être le bras armé de politiques de contrôle toujours plus intrusive. Le fait que l’Europe a envisagé d’interdire les portefeuilles cryptos dits « non hébergés » (c’est-à-dire les portefeuilles personnels, l’équivalent numérique de votre portefeuille en cuir dans votre poche !) en dit très long sur la valeur que nous accordons à des principes et libertés fondamentaux comme la propriété ou la vie privée. La généralisation du compte bancaire a conduit le monde politique à être drogué au contrôle financier des individus, et il ne peut plus s’en passer. Ce que les Etats-Unis font à Snowden, ce que le Canada fait aux truckers, ce que la Chine fait aux manifestants hong-kongais, ce que les Talibans font aux femmes,… tout cela ne serait pas possible dans un monde où la bancarisation n’est pas indispensable.

3/ Est-ce que le concept de crypytoactif représente un moyen d’introduire la notion d’originalité et surtout de rareté, en matière de propriété sur le Net ?

Oui. C’est l’innovation radicale et fondamentale des cryptos : la propriété d’actifs rares.

4/ Quel lien établissez-vous entre le thème de la souveraineté et les cryptomonnaies ? Le droit de battre monnaie est directement lié à la souveraineté. Croyez-vous que les banques centrales vont se laisser docilement dépourvoir de ce privilège régalien ?

En réalité cette question se pose surtout pour Bitcoin. Le reste des cryptos n’a pas de prétention monétaire. La souveraineté et la monnaie sont deux thèmes évidemment liés. Mais la souveraineté ce n’est pas blanc ou noir. Pour reprendre l’exemple du logiciel libre que j’ai pris plus haut, on préférerait tous effectivement que le ministère de l’Education Nationale utilise un super logiciel français de traitement texte. Mais il n’existe pas. À défaut, il reste cependant préférable d’utiliser un logiciel libre, plutôt qu’un logiciel propriétaire américain.

De la même façon, si on l’on prend l’exemple du commerce international, les relations entre l’Iran et la France sont un cas d’école. La France n’a pas d’embargo avec l’Iran. Certains constructeurs automobiles français par exemple, en prévision de l’accord sur le nucléaire avec l’Iran, dès 2015, avaient une forte présence locale et s’apprêtaient à conquérir ce marché. Mais patatra, M. Trump décide de tout faire capoter, et réinstaure des sanctions unilatérales avec l’Iran.

Que fait la France, pays supposément indépendant ? Eh bien elle est bloquée : l’Iran ne veut pas d’euros, la France ne veut pas de Rial, et commercer en dollars est prohibé car le droit américain s’applique. Aucune banque française ne souhaite s’exposer à des amendes ou sanctions, certaines ayant même été récemment vaccinée… Et comme le secteur bancaire français est constitué d’un très petit nombre de très gros acteurs, tous sont exposés au marché américain.

Alors pour faire bonne figure et ne pas montrer notre incapacité à avoir un commerce extérieur indépendant et souverain, la France gesticule. Conjointement avec le Royaume-Uni et l’Allemagne, elle annonce la création d’INSTEX en 2019, une usine à gaz destinée à offrir un support juridique pour commercer avec l’Iran sans utiliser le dollar. La suite était évidemment prévisible et est très bien résumée sur Wikipedia : « Fin janvier 2023, les actionnaires d’INSTEX prennent la décision de liquider l’entreprise, après la réalisation d’une unique transaction ». On n’osera pas demander combien d’argent public a été englouti dans ce projet.

La solution au problème était pourtant à portée de main et ne coûtait pas un sou d’argent public : Bitcoin.

Bitcoin n’est pas la monnaie des Etats-Unis. Bitcoin est un système de paiement indépendant, qui peut opérer en dehors de SWIFT, numérique, quasi instantané, et qui ne ferme pas le soir et le weekend.

En 1965, alors que les Etats-Unis commençaient à jouer un peu trop avec la confiance qui leur était accordée pour préserver le système monétaire international, De Gaulle disait: « Nous estimons nécessaire que les échanges internationaux soient établis comme c’était le cas avant les grands malheurs du monde sur une base monétaire indiscutable et qui ne porte la marque d’aucun pays en particulier. Quelle base ? En vérité on ne voit pas qu’il puisse y avoir réellement de critère d’étalon autre que l’or. »

A l’évidence, à l’époque, le monde n’était pas numérisé, et Bitcoin n’existait pas. Mais il est fort probable que De Gaulle eut été en faveur de l’usage de Bitcoin, car il aurait préféré commercer de manière souveraine avec les pays de son choix via un actif « qui ne porte la marque d’aucun pays en particulier », plutôt que d’être soumis à un pays étranger.

Alors est ce que passer de l’Euro au Bitcoin est une perte nette de souveraineté, quand la monnaie est un « privilège régalien » ? Pour l’international, sans doute que non. Disposer de cette alternative est plutôt un gain net. Pour le local, je me permets de remettre en cause les prémisses de la question. La monnaie est émise pour sa très grande majorité par les banques commerciales via le crédit. Ce ne sont plus les Etats qui créent la monnaie. Même le cash, pièces et billets, est créé par la BCE, dont les statuts garantissent l’indépendance vis-à-vis des Etats. La BCE, statutairement, ne doit pas faire de politique ! Son mandat unique est la stabilité des prix.

Alors bien sûr dans les faits, la BCE s’assoit allègrement sur cette indépendance. Lorsque l’on entend les gouverneurs successifs menacer de ne pas collaborer avec certains gouvernements, la Grèce ou l’Italie par exemple, si les électeurs venaient à faire « le mauvais choix », il s’agit bien évidemment d’une ingérence flagrance et d’une rupture complète du contrat des traités européens.

Car la contrepartie de cette indépendance de la BCE, c’est qu’elle n’est juridiquement responsable de rien. Elle ne rend pas de compte au parlement européen (tout au mieux depuis quelques années, elle daigne venir y expliquer sa politique), elle dispose de son propre droit du travail etc. Pour l’anecdote, il y a quelques années, un membre du bureau de la BCE avait communiqué des informations privilégiées à des entreprises financières sur une future décision concernant les taux directeurs. Dans n’importe quel autre contexte, un tel comportement aurait été constitutif d’un délit d’initiés, et sévèrement puni. Ici non, aucune punition, puisque la BCE n’est pas responsable juridiquement devant qui que ce soit. Plutôt qu’une punition, l’ironie étant sans limite, c’est la BCE qui a reproché publiquement aux média d’avoir parlé de l’incident.

Donc si la monnaie est un privilège régalien, la première chose à faire avant d’interdire Bitcoin serait en réalité de démanteler la BCE !

Par ailleurs, on peut légitimement se demander si l’Etat, sans la contrainte qu’implique un étalon sous-jacent comme le fut longtemps l’or, est digne de confiance pour gérer une monnaie infinie. Au stade actuel de ma réflexion, et éclairé des expériences historiques que furent les Assignats, ou le système le Law, ou encore plus récemment le dollar depuis 1971, je dirais que la réponse est non. La monnaie infinie dans les mains de l’Etat, c’est malheureusement le clientélisme débridé et l’irresponsabilité favorisée, qui permet d’entasser toujours plus de dettes, et de poursuivre une fuite en avant géante pour oublier les limites physiques de notre planète.

On me demande souvent « Mais si l’Etat ne crée plus la monnaie, comment peut-il se financer ?! ».

Je commencerais par dire que la question est déjà terriblement symptomatique de nos sociétés actuelles.

L’Etat se finance par l’impôt, qu’il peut prélever dans n’importe quelle monnaie, y compris en bitcoins. Cet impôt sert à financer un budget, voté par des représentants du peuple. Et le peuple consent à l’impôt en le payant.

Depuis la réforme du prélèvement à la source (permise par la généralisation des comptes bancaires…), bien que la mesure soit opérationnellement immensément plus efficiente, on a symboliquement perdu le consentement à l’impôt dans le processus. Ce n’est pas anodin, et c’est même révélateur.

Avec le covid, la boîte de Pandore a été complètement ouverte : l’argent est magique, il peut être créé sur commande en appuyant sur un bouton. Dans cette situation, il devient légitime pour n’importe quel français d’interroger l’utilité même de préserver un système d’imposition. Pourquoi ne pas simplement créer de l’argent pour sauver l’hôpital ? l’école ? l’environnement ? C’est tout simplement le début de l’’engrenage de l’hyperinflation, dont les conséquences sont abominables pour n’importe quelle société. Quand la monnaie meurt, la société ne tarde pas à suivre.

5/ Quels sont les courants de pensée qui sous-tendent la révolution crypto ? On entend parfois parler de libertarisme. On peut passer des heures à évoque le sujet, mais, qui, dans le monde du web3, pour garantir nos libertés, fédérer des communautés, prévenir l’atomisation du monde ?

La question me fait sourire car elle soupçonne un mouvement, dont l’alpha et l’’oméga est la liberté, de venir menacer nos libertés, qu’il faudrait donc garantir contre cette menace ! Ce soupçon est encore une fois assez révélateur de la drogue au contrôle que nous avons toutes et tous prise ces dernières années.

Je tiens à rappeler humblement par exemple que le RGPD européen est d’inspiration cypherpunk, car c’est dans le manifeste cypherpunk que l’on parle de minimisation de collecte des données, de consentement à cette collecte, et autres principes fondamentaux. Les licences Creative Commons sont aussi une inspiration de ces communautés. L’autre combat principal des cypherpunks est celui pour la préservation de la confidentialité et de la vie privée. Rappelons ici donc que l’anonymat est salutaire pour la société. Sans lui, pas de Voltaire, pas de George Sand, pas de Georges Orwell. Sans lui, impossible pour des groupes en minorité ou oppressés d’exprimer des témoignages ou de s’organiser. Comme je l’écrivais dans un article intitulé « Eloge de l’anonymat », celui-ci est une pratique salutaire pour faire émerger des nouvelles idées et innover. Car, rappelons-le, toute nouvelle idée commence par choquer. L’anonymat est garant d’une société libre, en particulier, de la toute-puissance de la pression sociale. Et c’est déjà extrêmement inquiétant qu’il soit suspect de le défendre. Cela étant dit, je partage l’inquiétude, ne me reconnaissant moi-même pas dans le courant libertarien, et n’étant pas un grand fan de l’atomisation de la société.

Je renvoie à ce titre à une conférence de Lawrence Lessig, avocat américain précurseur du numérique, et à l’origine de l’expression « Code is Law », ainsi que des licences Creative Commons, en 2015.

Cette conférence était donnée face à un public de précurseurs des cryptos, à Sydney, et s’intitulait « Déjà-vu all over again ». Un clin d’œil à sa propre expérience : les promesses de libertés maximales, d’émancipation totale, etc. sont du déjà-vu ! Ce sont les mêmes promesses que celles d’Internet dans les années 1990, dont lui-même était précurseur.

L’intérêt de cette conférence, c’est qu’il appelle ses successeurs, les précurseurs des cryptos, à ne pas commettre les mêmes erreurs qui ont conduit Internet à passer d’une promesse de liberté à un monde de surveillance, un panoptique foucaldien.

En particulier, il appelle les développeurs et ingénieurs à ne pas refaire la même erreur qui a consisté à se penser dans un monde virtuel, indépendant du monde physique, dans lequel les Etats n’auraient aucune prise. Cet hubris, ce sentiment de toute puissance, d’indépendance totale, a conduit les précurseurs d’Internet à une forme de naïveté, et par la suite à se faire déborder par les multinationales et les Etats, qui ont tranquillement et patiemment installé des oligopoles et des mécanismes de
contrôle parmi les plus intrusifs et pervers de l’Histoire.

A cet égard, je m’inscris dans cette philosophie : je ne souhaite pas que les cryptos créent une forme de société parallèle dans laquelle l’individu est roi mais atomisé. Bitcoin aura des impacts dans le monde réel, mais il ne tuera pas les normes, la pression sociale, les lois ou les Etats. Et tant mieux. En revanche, un Etat qui ne s’adapterait pas aux nouvelles donnes est pour moi condamné à être relayé au rang de suiveur. Comme la France qui rejette Internet car « son mode de fonctionnement coopératif n’est pas conçu pour offrir des services commerciaux », dixit le rapport gouvernemental sur Internet de 1994, et qui se retrouve complètement colonisée, vassalisée, dans l’espace numérique.

Il faut donc trouver ce juste milieu, préserver nos libertés fondamentales, notre vie privée, et s’inspirer des courants cypherpunks à ce sujet. Mais il faut faire attention à ne pas céder à la sensation de toute puissance que crée ce nouveau monde, et se penser à l’écart de la réalité physique des sociétés humaines et de leurs relations internes et entre elles. Cela exige de faire un compromis entre les libertés individuelles et les règles collectives de vie en société.

Alors il reste l’alternative que malheureusement commence à préférer une partie de la classe politique : interdire.

Les derniers pays qui ont interdit les cryptos, ou ont pris des mesures s’en rapprochant, sont la Chine du Parti Communiste Chinois, et l’Afghanistan des Talibans. Au-delà de l’efficacité très modérée de ces interdictions, l’échantillon me semble assez éloquent, et raconte très bien ce que nous sommes en train de devenir : des sociétés de contrôle dont le modèle est la Chine et son crédit social. D’ailleurs ce n’est pas un hasard si pour son Euro Numérique, Christine Lagarde rappelle régulièrement que nous sommes en retard sur la Chine.

Pour ma part, si on peut laisser la Chine et garder notre retard sur ce sujet, ça me va très bien.

En résumé, on peut supposer que les courants de pensée qui alimentent Bitcoin sont effectivement des courants ayant des sympathies pour les libertés individuelles et la vie privée, cypherpunks, libertaires, libertariens etc. Ce sont exactement les mêmes que ceux qui alimentaient Internet. Est-ce pour autant une garantie que leur « création » va s’exprimer selon leur souhait en maturant et avec l’adoption ? Rien n’est moins sûr, et Internet nous donne plutôt un exemple inverse. Je m’étais exprimé d’ailleurs sur l’attitude déplorable de la gauche française sur le sujet Bitcoin. Plutôt que de comprendre comment elle pourrait s’en servir pour faire avancer ses combats, elle est encore embourbée dans une tentative d’infréquentabilisation de Bitcoin, s’essayant à des assimilations douteuses avec l’extrême droite ou l’antisémitisme (sic…). A ce petit jeu-là, la gauche ne peut pas gagner car Bitcoin ne mourra pas. Après 15 ans à annoncer sa mort en vain, l’idée devrait commencer à être acceptée.

Et puisqu’il ne mourra pas, il vaut mieux se l’approprier plutôt que de le rejeter. Aux Etats-Unis, ce deuil a été fait par une partie de la gauche qui a commencé ce travail d’appropriation, heureusement. On peut citer Jason Maier, et son livre « À progressive case for Bitcoin », ou encore Alex Gladstein, directeur de la stratégie de la Human Rights Foundation, qui met en avant comment les militants des droits de l’Homme utilisent Bitcoin, et s’inspire par exemple de Roya Mahboob, entrepreneure afghane connue, qui est devenue une des plus ferventes défenseure de Bitcoin, lui ayant permis de sauver son propre patrimoine et d’aider des femmes à fuir l’Afghanistan.

On pourrait ajouter du point de vue plutôt économique et monétaire que Bitcoin a renouvelé l’intérêt pour une école de pensée économique qui avait été quasiment anéantie par le keynésianisme. Il s’agit de l’école autrichienne, plaidant, entre autres, pour que l’Etat ne gère pas la monnaie car la tentation est trop forte pour lui de faire n’importe quoi avec, et de la dévaluer à son profit en lésant les épargnants et entreprises, et favorisant le capitalisme de connivence, la proximité avec le robinet monétaire et les bons décisionnaires assurant une forme de richesse.

De mon côté, j’ajouterais à cela un point de vue plus écologique : le système monétaire actuel ne permet pas, systémiquement, la sobriété. L’inflation n’est pas un « bug », c’est une cible, un souhait, un objectif des Banques Centrales, afin de favoriser la consommation. Or, selon tous les scénarii du GIEC, on ne pourra pas atteindre nos objectifs climatiques sans un volet « sobriété » important.

I| existe une injonction à croître du système monétaire international, qui pousse notamment les épargnants à dépenser pour éviter d’être victimes de l’inflation. Et bizarrement, la monnaie, ce thermomètre et ce sang de l’économie, mesure de tous les indices et grandeurs, fondement de tous les échanges, de toutes les transactions, influençant tous les jours les décisions des agents économiques, a réussi à esquiver l’examen collectif. I! ne se trouve pas un écologiste, un économiste, un politique, pour dire que la monnaie actuelle nous conduit collectivement dans le mur climatique, de manière structurelle et systémique.

6/ Vous avez œuvré chez KPMG. Les grands cabinets sont-ils en train d’effectuer une mue sur ces sujets réputés sulfureux ?

Oui et non. De manière générale, je suis assez critique sur le monde du conseil. J’ai pu constater assez souvent que c’est un monde qui est prisonnier de ses clients, et qui préfère leur dire ce qu’ils veulent entendre plutôt que ce qu’ils doivent entendre. Si le monde du conseil fait sa mue, c’est parce que cela devient socialement acceptable de se positionner sur ces sujets pour les entreprises, et par transitivité, il devient donc nécessaire pour les cabinets d’avoir un discours cohérent et intelligent sur le sujet.

Chez KPMG, mais aussi avant l’acquisition, en tant que cabinet indépendant, nous avons essayé de porter une vision différente, avec des convictions fortes. Quitte à perdre des clients, qui parfois ne souhaitent que valider une décision déjà prise, et lui donner un tampon extérieur pour se déresponsabiliser. Et KPMG a d’ailleurs été courageux, en France comme à l’étranger d’ailleurs, en faisant partie des premiers cabinets à adopter une position plus équilibrée sur les cryptos. Pour preuve, KPMG a publié récemment une étude évoquant l’intérêt de Bitcoin pour les enjeux RSE, alors même que le discours « mainstream » considère encore aujourd’hui majoritairement Bitcoin comme une hérésie sous cet angle-là.

Aujourd’hui, un chemin énorme a été fait, mais nous ne sommes pas au bout de la route, et les contrefeux restent nombreux. Blockchain privée, puis tokens de banques, puis Monnaies Numériques de Banque Centrale, mais aussi du plus folklorique avec les Métavers etc. Tout est fait pour ne surtout pas parler de l’éléphant dans la pièce : Bitcoin. Non, Bitcoin ce n’est pas sérieux. C’est le terrorisme, c’est la pédophilie, ça détruit la planète plusieurs fois par jour, et puis ce n’est pas une monnaie. Même lorsque le Salvador a officialisé Bitcoin comme monnaie légale et officielle, le jeu de l’autruche s’est poursuivi : le Salvador, ce n’est pas vraiment un pays quoi. « Le Salvador, soyons sérieux » disait le ministre du numérique français.

A l’heure actuelle, la situation est toujours celle-ci : pour la plupart des entreprises françaises, Bitcoin est un tabou mais les actifs numériques commencent à devenir fréquentables. Les banques parlent de jetonisation de titres financiers, les entreprises classiques parlent de NFT etc. En conséquence, les cabinets de conseil s’adaptent. Ils étaient nombreux à faire la pub des blockchains privées inutiles pour vendre de la mise en place et du cloud (IBM disait déjà à l’époque que pour 1€ de blockchain vendu, c’était 10€ de Cloud vendu !), aujourd’hui, ils se positionnent sur la jetonisation et les NFT.

Mon propos n’est pas de dire que la jetonisation ou les NFT sont inutiles, loin de là. Amon humble avis d’ailleurs, je ne vois pas dans 10 ou 15 ans ce qui justifierait qu’un actif financier ne soit pas jetonisé, tant cela représente une optimisation majeure à tous les niveaux : accessibilité, disponibilité, coûts, rapidité etc. Etil est donc bien évidemment nécessaire de s’y préparer. Les NFT sont aussi une nouvelle façon d’interagir avec des communautés, ou de désintermédier l’art numérique. Donc il y a un énorme
progrès par rapport au « temps » des blockchains privées, qui elles ne fonctionnaient simplement pas.

En revanche, constater qu’il y a toujours un tabou sur Bitcoin me révolte. Il s’agit à mon sens de l’enjeu stratégique central. Mais le discours officiel et mainstream est absolument accaparé par des personnes ou institutions en conflit d’intérêt grossier et évident. Demander à une banque centrale ce qu’elle pense de Bitcoin, c’est demander à la Poste ce qu’elle pense de l’email, ou au canard ce qu’il pense du foie gras. Mais ça ne semble pas frapper grand monde dans l’univers médiatique, où leur avis est continuellement sollicité sur ce sujet, et ce sans contradiction.

En tout cas, en arrivant chez KPMG, mon ambition était d’en faire le « top of mind » du conseil sur les sujets cryptos en assumant des convictions, tout en étant intraitable sur le sérieux, les sources, la crédibilité, l’argumentation, l’expertise. J’espère y avoir contribué autant que faire se peut, et je suis très fier d’y avoir laissé une équipe extrêmement talentueuse et irriguée de cette philosophie. Sans aucun doute, nous avons contribué à ce que le sujet avance plus rapidement en France que si nous n’avions pas été là.

7/ Les politiques sont assez peu présents sur le thème des cryptoactifs. Pouvez-vous leur souffler 10 mesures de salut public qu’ils pourraient intégrer dans un programme électoral sans risque de perdre en route la moitié de leurs potentiels électeurs ?

Les politiques sont cyniques mais très pratico-pratiques : ils se posent très simplement la question de savoir si les cryptos sont un marché électoral intéressant. La réponse jusqu’à présent était un non franc et évident. Pour avoir eu des échanges avec des députés européens, peu avant les précédentes élections européennes, il était absolument transparent dans leur discours qu’ils n’allaient certainement pas risquer de perdre des voix sur un sujet aussi sulfureux. Le ratio risque/bénéfice était catastrophique.

Le premier combat est donc culturel : tant que les cryptos ne seront pas suffisamment adoptées, alors elles ne représenteront pas un enjeu intéressant pour les hommes et femmes politiques.

Nous sommes, je pense, dans une période de bascule à ce sujet. Aujourd’hui, il y a plus de français qui possèdent des cryptos, que de français qui possèdent des actions en propre. C’est environ 1 français sur 10. Ce n’est plus quelque chose de négligeable, et cela devient petit à petit un marché électoral. La crypto a offert à la France deux licornes, Ledger et Sorare, la première contribuant même à réindustrialiser une région sinistrée par la mondialisation, à Vierzon. Les messages politiques peuvent devenir attractifs. Mais attention, le plus gros facteur discriminant dans la détention de cryptos est l’âge. Les jeunes sont largement surreprésentés dans les détenteurs. Or les jeunes ne votent pas. Cela pourrait donc tempérer ou différer ce gain d’intérêt chez les politiques.

A ce titre, lors de la précédente présidentielle, plusieurs candidats avaient accepté l’invitation de Ledger à venir sur le site de leur usine à Vierzon pour s’exprimer sur le sujet des cryptos. Malheureusement, l’invasion Russe en Ukraine a complètement annihilé cette montée en puissance du sujet dans les média. Je suis persuadé que les cryptos avaient une dynamique pour elles qui auraient pu en faire un sujet de campagne, bien que mineur.

Concernant les mesures, l’Europe s’étant emparé du sujet, cela commence déjà à être trop tard. Cependant, il reste des sujets sur lesquelles nous pouvons être actifs. La première mesure à faire, qui ne coûte pas un seul euro, et qui serait majeure pour l’attractivité française, serait très simplement de prendre position publiquement en faveur de Bitcoin, et de lui reconnaître sa capacité à être une monnaie. Une version ambitieuse de cela pourrait être de commencer à faire accumuler des Bitcoins plutôt que de l’or par la Banque de France. Accumulation qui peut commencer par les actifs numériques saisis par la justice aussi.

Du point de vue économique, dans l’idée, il faudrait faire en sorte d’héberger à minima des plateformes d’échange majeures et des entreprises de minage en France.

Pour les premières, sans soutien de la puissance publique, il est impossible maintenant d’émerger parmi les mastodontes actuels que sont devenus les Coinbase, Kraken et autres. C’est dommage dans la mesure où une société comme Paymium a lancé son activité bien avant eux, mais encore en 2023 se voit fermer son compte bancaire. L’Etat doit garantir la possibilité d’ouvrir un compte bancaire, pourquoi pas via la Banque Postale, et de le maintenir dans le temps. Les prestataires de services sur actifs numériques (PSAN) français sont quasiment tous positionnés en aval de la chaine de valeur, ce qui nous rend dépendant, en particulier de plateformes américaines. || me semble nécessaire, a minima au niveau européen, au mieux français, de disposer d’une grande plateforme d’échange.

Une façon de court-circuiter le problème du compte bancaire pourrait être simplement aussi de casser le monopole sur les comptes bancaires, ou la nécessité d’en ouvrir un pour lancer une entreprise. Déjà en Suisse, il est possible de constituer une société avec un apport en capital en crypto, conservé sur un portefeuille personnel. Forcer l’ouverture d’un compte alors qu’il existe maintenant une alternative relève d’un anachronisme qui n’a d’autre raison d’être que de protéger le secteur bancaire privé.

Pour les secondes, les entreprises de minage, il s’agit d’un enjeu majeur en termes de contrôle de la gouvernance du réseau. EDF pourrait parfaitement utiliser les surplus et les extra-capacités du nucléaire ou des ENR pour améliorer sa rentabilité, favoriser la transition énergétique et garantir la souveraineté nationale. Je peux personnellement assez bien projeter une vision où dans le futur une partie substantielle du minage serait opérée par des entreprises publiques d’électricité. Cela fait parfaitement sens pour profiter au mieux de la capacité du minage à effacer sa consommation du réseau à la demande, aidant ainsi les opérateurs à gérer celui-ci. Il pourrait être intéressant de favoriser l’émergence d’un producteur d’ASICs (les machines spécialisées pour le minage) en France aussi.

Il y a ensuite des mesures un peu plus techniques comme la fiscalité. Instaurer un régime fiscal simplifié pour les particuliers pour les paiements en crypto, avec un abattement forfaitaire, semble être une bonne idée pour ne pas freiner l’adoption. A l’heure actuelle, si vous achetez une baguette de pain en bitcoin, vous créez un événement fiscal vous forçant à calculer la plus-value réalisée en échangeant vos bitcoins contre une baguette de pain, puis à rapporter cette plus-value sur la valeur latente de l’ensemble de votre portefeuille d’actifs numériques. Autant dire que soit les gens ne déclarent pas, soit ils évitent de payer en crypto. Le seul abattement qui existe aujourd’hui est annuel, et non par opération de paiement.

Pour les sujets hors Bitcoin, il me semble crucial de favoriser l’émergence d’un stablecoin Euro digne de ce nom, et remettre la BCE à sa place sur le sujet de l’Euro Numérique, pour lequel elle n’a pas de mandat démocratique. Aujourd’hui à l’inverse, à cause d’un manque de compréhension du sujet et d’un amalgame fait avec le projet Libra/Diem de Facebook, les autorités se sont persuadées que les stablecoins étaient des menaces pour la « souveraineté monétaire ». Dans la réalité, les Etats-Unis, encore une fois, se frottent les mains, car les stablecoins sont en réalité une extension du domaine de la lutte. Aujourd’hui ils représentent une capitalisation supérieure à 100 milliards de dollars, et 99% sont des représentations du dollar américain. Au lieu de favoriser la compétitivité de l’euro dans l’espace numérique, le parlement européen a introduit dans le règlement MICA une épée de Damoclès, un Veto de la BCE permettant d’arrêter à sa convenance n’importe quel projet de stablecoin euro.

Enfin, il faut soutenir les efforts de l’industrie bancaire et financière à s’orienter vers la jetonisation des titres financiers traditionnels.

J’ajouterais sur un autre plan que briser le tabou autour de Bitcoin est aussi important dans le monde académique. Les personnes souhaitant aujourd’hui faire des thèses sur ce sujet sont des parias qui se voient refuser encadrement et financement, et sont donc obligés de camoufler leur véritable objet d’étude derrière des prétextes génériques comme « le numérique » « les start-ups » etc. C’est tout simplement indigne et choquant. Et ce problème n’est pas que Français malheureusement, des témoignages existant aussi aux Etats-Unis.

8/ Le mouvement de désintermédiation est un mouvement centrifuge. Est-il amené à pulvériser les corps sociaux auxquels nous sommes habitués, ou au contraire, travailler à la constitution de nouveaux ensembles politiques, de nouvelles cités « souveraines » ? Ou serions- nous « condamnés » à assurer seuls notre propre souveraineté personnelle, à ne plus compter que sur nous comme « alter de confiance » ?

La souveraineté personnelle n’est pas exclusive de la souveraineté collective, il s’agit d’un équilibre. Pour reprendre la distinction que fait Benjamin Constant dans son discours « De la liberté des anciens comparée à celle des modernes », la liberté a changé de signification au cours du temps. Dans la Grèce antique, berceau de la démocratie, la liberté avait pour prix. l’esclavage d’une partie significative de la population, et l’exclusion des femmes du corps social. Par ailleurs, même les citoyens n’étaient pas « libres » au sens moderne. En atteste la condamnation à mort de Socrate pour avoir simplement philosophé, et fut accusé ainsi de corrompre la jeunesse. La liberté antique était une liberté collective : Athènes est libre face aux Perses. C’est la cité qui exprime sa liberté.

Constant argue que les Lumières ont modifié le curseur, et ont introduit les concepts de libertés fondamentales. Ce sont les individus qui sont libres, et le collectif doit garantir les droits des individus. La loi préserve ma liberté de penser, de me déplacer, de me réunir, de manifester, etc.

La question que l’on peut poser à mon sens est : peut-on avoir une société où les libertés individuelles fondamentales sont garanties si l’Etat, ou le collectif, n’est pas suffisamment fort pour se prémunir d’influences, incursions, voire invasions étrangères ? Ma réponse personnelle serait plutôt non. Et à ce titre, c’est un arbitrage qu’il convient de faire, un contrat social : où placer le curseur pour préserver un maximum nos libertés fondamentales, tout en donnant la capacité à l’Etat d’être suffisamment fort
pour nous défendre tous en tant que collectif, nation, peuple.

Dans la société actuelle, il est largement possible d’argumenter que le curseur est dorénavant significativement déplacé vers les restrictions aux libertés fondamentales. Et ce n’est pas qu’une affaire de cryptos évidemment, il suffit de regarder l’actualité régulièrement. En ce moment, la nouveauté c’est d’interdire les VPN… Comme évoqué dans une autre question plus haut, notre société est droguée au contrôle, car elle est anesthésiée au risque, qui est le corollaire inévitable de la liberté. Une dictature est toujours mieux organisée qu’une société libre. Rousseau disait : « On vit aussi tranquille dans les cachots. En est-ce assez pour s’y trouver bien ? ».

L’Europe vivant dans un monde imaginaire et fantastique dans lequel il n’y a que des consommateurs qu’il faudrait protéger d’eux-mêmes, nous avons pris la fâcheuse tendance à empêcher et restreindre par précaution. Dans le monde des cryptos, ça se traduit par un régime juridique français encadrant les cryptos depuis 2019 (enregistrement auprès de l’Autorité des Marchés Financiers si vous souhaitez opérer en France). Quand on enlève la brume des bons sentiments, on constate que les entreprises françaises n’ont pas pu émerger face à la concurrence, et que les Français utilisent des services étrangers. Résultat des courses : la France perd une industrie, les Français utilisent des services étrangers, et ne sont même pas protégés, puisque ces services sont offshores et souvent moins-disants.

En résumé, je pense que la capacité à reprendre la possession de ses actifs, ou du moins, en avoir l’alternative accessible, est absolument salutaire pour se prémunir de dérives autoritaires qui sont en cours. Pour le dire autrement et de manière claire : les cryptos, Bitcoin en particulier, sont un test pour nos démocraties, permettant de révéler notre appétence collective à la liberté ou à la servitude volontaire et au contrôle. C’est un euphémisme que de dire que nous sommes en train de rater ce test, et que nous validons plutôt la thèse de La Boétie.

9/ Pouvez-vous (re)définir l’idée de « valeur » en 2023 ? Qu’est-ce qui donne de la valeur à un bien matériel ou immatériel et pour quelle raison ?

Question difficile. La valeur est subjective. La valeur de quelque chose c’est l’importance qu’on lui accorde relativement au reste. Le prix, lui, est une tentative de marché pour étalonner les valeurs entre elles et entre les individus. Dans un marché en concurrence pure et parfaite, le prix est le meilleur outil d’information des individus, leur permettant de prendre les décisions les plus éclairées quant à leur comportement économique. Le problème évidemment, c’est que la concurrence pure et parfaite est
un cadre théorique similaire au « sans frottements » en physique : il n’est jamais vrai.

Ce qu’on peut dire néanmoins, c’est que lorsque la monnaie se déprécie structurellement par l’inflation, c’est-à-dire qu’elle vous brûle les doigts, votre appétence pour des objets autres que la monnaie (actifs en tous genre, consommation etc.) augmente.

La construction du système monétaire n’est donc pas un simple artefact d’économiste de salon, mais quelque chose de systémique et d’anthropologique car elle vient affecter notre rapport au monde et à la valeur. Et plus fondamentalement, elle vient affecter la valeur qu’on accorde à la ressource la plus rare et la plus précieuse : le temps. Un système inflationniste incite à des comportements court-termistes. Si votre argent perd sa valeur tous les jours, vous n’avez aucun intérêt à préserver de l’épargne dans le temps. Vous êtes encouragés à l’insouciance de la consommation immédiate.

Je réitère donc l’idée exprimée plus haut : le système monétaire actuel est un système hédoniste qui ne permet pas la sobriété et incite les agents économiques à ne pas prévoir le long terme. C’est un chamboulement artificiel des systèmes de valeur des individus.

10/ Accepteriez-vous de décrire votre biotope psycho-politico-spirituel et essayer d’établir des liens de causalité avec votre promotion d’un monde désintermédié ? Que tenez-vous pour sacré ?

Comme évoqué plus haut, je n’ai pas d’affinité particulière pour la désintermédiation en tous temps en tous lieux et en tous contextes. Elle est un moyen, pas une fin. Je ne souhaite pas la disparition des Etats ou des Nations, mais peut-être qu’en France il pourrait être pertinent parfois de déléguer certaines compétences, de décentraliser le pouvoir. Je ne souhaite pas l’atomisation d’individus réduits à leur statut de consommateur parfait dans une économie mondialisée. Je déplore à ce titre que l’Europe soit incapable de se penser comme autre chose qu’un marché de consommation géant. Pour faire plaisir au consommateur, tout le monde se presse, mais dès qu’il s’agit de parler du citoyen il n’y a plus personne.

Je m’inscris personnellement dans une ligne que l’on pourrait historiquement rattacher à une sorte de gauche IIl° République, universaliste, laïque et souverainiste.

Etant donné le mouvement sinistrogyre de la politique, je suppose que ça me met aujourd’hui dans un camp un peu déserté à mi-chemin entre le libéralisme et le conservatisme gaullien. Mais je ne suis pas un grand fan des cases. Je déplore par exemple que la gauche soit obnubilée par les problématiques sociétales, mais aussi que la droite soit absente de la question écologique. Qu’une partie de la gauche renie largement l’universalisme et la laïcité émancipatrice, pour lui préférer un immobilisme identitaire, un refus de l’assimilation confinant au communautarisme, mais aussi que la droite soit aveugle aux inégalités que les fortunes diverses ont pu générer. De manière générale, je reconnais à la gauche une capacité à avoir une pensée systémique, et à intégrer dans son raisonnement les effets de l’environnement social et sociétal sur l’individu, ce qui est crucial pour éclairer la puissance publique. Mais je lui reproche de trop souvent franchir la ligne entre une pensée systémique et une pensée essentialisante et mono-factorielle, collant facilement des étiquettes et enfermant dans des cases les individus. A l’inverse, je reconnais à la droite la capacité de penser et défendre en général la liberté individuelle, mais je lui reproche son inclination contradictoire à préserver les rentes, ou encore sa naïveté sur les pressions systémiques auxquelles sont soumis les individus, affectant ainsi leur liberté
individuelle.

Je suis à l’heure actuelle assez orphelin politiquement donc. Mais je pense sincèrement que Bitcoin peut être une pierre angulaire d’un nouveau récit collectif qui nous permette de faire Nation. Un outil permettant de ralentir collectivement, et d’imposer à toutes et tous une sobriété systémique pour avoir une chance de préserver l’environnement, tout en évitant l’écueil de l’autoritarisme et en préservant les libertés fondamentales. Un outil de souveraineté dont de Gaulle aurait parfaitement pu se faire l’avocat. Un outil innovant sur lequel les cartes ne sont pas encore distribuées, ce qui signifie que nous
pourrions tirer notre épingle du jeu, et exercer une influence importante sur l’infrastructure financière
et monétaire de demain.

 



⭕️ Mezze de tweets

 

 

 

 

 

 

 

 

 




⭕️ Hors spectre

Black Spruce Ledge, N. C. Wyeth, 1939

 

En règle générale, les hommes civilisés sont plus malpolis que les sauvages car ils savent qu’ils peuvent se montrer grossiers sans se faire fendre le crâne pour autant. Robert E. Howard




Étude "Dataviz" : Quelle influence de Souveraine Tech sur X (Twitter)?

Voici un étude #Dataviz réalisée par Guillaume Sylvestre, expert en analyse de l’influence et de la désinformation sur les réseaux sociaux, chercheur associé à l’Ecole Nationale Supérieure de la Police, directeur Digital Intelligence de l’ADIT
Souveraine Tech, au cœur des défenseurs de la souveraineté industrielle, numérique, et technologique sur Twitter (X)

Le souverainisme n’est plus un tabou politique, c’est un fait. La crise Covid a révélé la fragilité et la dépendance de nos économies, et cette thématique auparavant réservée aux extrêmes est reprise par presque l’ensemble du champ politique. A ce titre, la polémique suite à la désignation de l’américaine Fiona Scott Morton en tant qu’économiste en chef à la Direction Générale de la Concurrence de l’Union Européenne est révélatrice : la majorité de la classe politique française s’est indignée du choix d’une américaine à ce poste, par ailleurs ayant travaillé pour les GAFAMs. Si elle a finalement choisi de démissionner, notons que son prédécesseur partageait un parcours similaire, et indiquait dans une interview que si l’industrie européenne n’était pas compétitive, elle n’avait qu’à disparaitre …

Afin d’analyser plus concrètement qui porte ce discours aujourd’hui, j’ai capté via la plateforme de veille Visibrain l’ensemble des conversations Twitter autour de la souveraineté technologique, via les termes suivants : #souverainetétechnologique, et souveraineté ajoutée à technologique / industrielle / numérique. Du 1er mai au 24 septembre 2023, cela donne un peu plus de 21 000 tweets, avec un pic mi-juillet lié justement à la polémique autour de Fiona Scott Morton :

 

Les tweets les plus repris correspondent en effet à ce sujet :

Néanmoins, ce ne sont pas forcément les plus influents : les politiques ont un réseau d’abonnés important qui leur assure de la visibilité, mais celui-ci fonctionne souvent en vase clos. L’utilisation de la datavisualisation, via l’outil d’analyse en sciences sociales Gephi, permet de cartographier les liens entre les individus selon leurs mentions Twitter. Cela permet de reconstituer les communautés actives autour d’une thématique, et d’identifier les acteurs au centre du réseau.

Des politiques actifs mais isolés, à côté d’acteurs moins repris mais plus centraux

L’influence, ce n’est pas seulement la capacité à être repris par son réseau. Un point clé pour qu’un message porte est d’arriver à toucher d’autres acteurs dans d’autres communautés. La datavisualisation des tweets, en valorisant la taille des comptes en fonction de leurs mentions, montre un réseau globalement éclaté sur le sujet de la souveraineté technologique, avec des acteurs politiques dont les communautés ne se parlent pas :

 

Pour autant, on note au centre une communauté violette autour du compte de @SouveraineTech, animé par Bertrand Leblanc-Barbedienne, dont la défense des thématiques de souveraineté en fait logiquement un acteur central. Son influence était déjà visible en 2020 sur le sujet, quand il a commencé à s’y intéresser.

Une seconde datavisualisation, utilisant un algorithme valorisant les acteurs au centre des échanges, qui influent sur plusieurs communautés, est ainsi révélatrice de l’influence de @SouveraineTech sur les échanges autour de la souveraineté technologique :

 

On notera également le score important de Thomas Fauré, président et fondateur de Whaller, plateforme collaborative souveraine, auprès duquel Bertrand Leblanc-Barbedienne exerce des fonctions de conseil. Très actif sur les sujets autour de la souveraineté numérique, sa pétition contre la nomination de Fiona Scott Morton a été largement reprise et diffusée, notamment par des politiques :

Quelques politiques peu repris mais influents sur la souveraineté numérique

L’utilisation d’un algorithme de spatialisation permet d’adapter la distance entre les communautés, pour une meilleure visualisation de celles-ci, tout en gardant une distance entre les acteurs, liée à leurs interactions. Cela permet de constater les liens entre la communauté de @Souverainetech (en violet) et celle de @faure_t (en bleu). Une partie de la communauté de Thomas Fauré a également repris des tweets ciblant le compte de la Commission Européenne.

Cartographie des comptes Twitter au centre des échanges sur la souveraineté technologique du 1er mai au 24 septembre 2023

Deux politiques de la majorité se retrouvent également dans la visualisation des comptes plus centraux dans les échanges :

 

 

Notons que ces deux élus sont membres du Modem, un parti tout désigné pour s’intéresser à la souveraineté numérique !

La communauté de SouveraineTech, mélange d’experts et de politiques de tous bords réunis autour de la défense de la souveraineté technologique

Avec près de 10% du total du corpus, la communauté autour de SouveraineTech est la 3ème plus importante – la première avec 15% du corpus correspondant aux réactions ciblant la Commission Européenne sur la nomination de Fiona Scott Morton, la seconde aux reprises de la pétition de Thomas Fauré (12% du corpus). La communauté de SouveraineTech reste la plus centrale.

Cartographie de la communauté de @SouveraineTech sur Twitter (mentions de la souveraineté technologique, industrielle ou numérique du 1er mai au 24 septembre 2023)

 

On retrouve plusieurs profils, au cœur des sujets de souveraineté technologique :

 

  • Catherine Morin-Desailly, sénatrice centriste très impliquée sur les sujets numériques, par ailleurs reprise par les experts du secteur notamment pour ses interventions sur la loi visant à sécuriser et réguler l’espace numérique.

  • Fadhila Brahimi, experte des sujets numériques, qui organise des live pour échanger avec des personnalités, par exemple @platombe et @pbeyssac (porte-parole du parti pirate) sur la levée de l’anonymat sur Internet – qui théoriquement n’existe pas pour autant que les plateformes acceptent de répondre aux réquisitions dans des affaires de harcèlement en ligne…
  • Claude Revel, mentionnée notamment via un entretien avec SouveraineTech, pionnière des politiques d’intelligence économique en France dans les années 90, ancienne Déléguée interministérielle à l’intelligence économique dans les années 2010.

Au-delà, on notera une relative diversité dans les profils qui mentionnent @SouveraineTech, sur un spectre politique très large, de façon assez similaire à d’autres acteurs qui s’intéressent à ces sujets, tel que Thinkerview.

Classement des comptes Twitter avec le plus d’abonnés ayant repris @SouveraineTech

Si le sujet de la souveraineté technologique et numérique a réussi à s’imposer ces dernières années, touchant même la majorité présidentielle qui y était si peu sensible il y a encore deux ans (cf scandale du Health Data Hub …), c’est en grande partie grâce au travail effectué par @SouveraineTech pour sensibiliser sur le sujet, et valoriser les acteurs français du numérique et de la souveraineté. Ceux-ci prennent de plus en plus la parole, n’hésitent pas à dénoncer des décisions politiques, ce qui aurait été impensable il y a quelques années (cf la pétition contre Fiona Scott Morton), et à prendre leur part au débat public. 

Il ne manque maintenant plus qu’aux leaders français du numérique et des secteurs souverains d’être plus présents dans le débat public, d’investir plus en influence et en lobbying : ce sont les GAFAM aujourd’hui qui mettent le plus de moyens, car ils savent que nous sommes à un tournant, et le vent ne va pas dans leur sens … Espérons que le premier colloque de SouveraineTech vendredi 29 septembre à Saint-Malo soit l’occasion de coordonner de premières actions à destination du législateur, pour faire renaitre la souveraineté technologique et numérique française !




On peut comparer les grands fonds au dark web

Avertissement : Souveraine Tech revendique par vocation une approche transpartisane. Seule nous oblige la défense des intérêts supérieurs de notre pays. Nous proposons ainsi un lieu de « disputatio » ouvert aux grandes figures actives de tous horizons. La parole y est naturellement libre et n’engage que ceux qui la prennent ici. Cependant, nous sommes bien conscients des enjeux en présence, et peu dupes des habiles moyens d’influence plus ou moins visibles parfois mis en œuvre, et dont tout un chacun peut faire l’objet, ici comme ailleurs. Nous tenons la capacité de discernement de notre lectorat en une telle estime que nous le laissons seul juge de l’adéquation entre le dire et l’agir de nos invités.


vendredi 22 septembre 2023
Le Vice-amiral d’escadre (2S) Arnaud Coustillière est président du Pôle d’Excellence Cyber.

NB : Arnaud Coustillière tient à préciser qu’il s’exprime ici à titre personnel et que ses propos n’engagent que lui.

1/ La moitié de l’activité numérique mondiale sera bientôt dévolue à la sécurisation de l’autre ? Que pensez-vous de cette assertion ?

Je ne sais pas dire si elle est exacte, mais elle restitue bien le contexte global de très forte augmentation du niveau de menace et de sophistication des attaques. Elle frappe les esprits et interroge les acteurs de l’IT sur leurs priorités. Comme dans le monde réel, il ne peut y avoir de développement sans confiance et sécurité.

En premier lieu, la sécurité doit être conçue « by design », intégrée dès la conception dans l’architecture, elle concerne donc tous les acteurs de la chaine IT, avec une responsabilité forte des éditeurs de logiciel, notamment des plus grands qui ont des millions d’usagers. Quand vous achetez un produit manufacturé, vous avez des organismes de certification qui garantissent la « non dangerosité » du produit. Dans le numérique on doit faire confiance à l’éditeur, y compris dans sa stratégie et tempo de mise à jour… Cet état de fait n’est pas très vertueux… et fait reposer la sécurité by design sur les éditeurs privés, motivés souvent par d’autres priorités que la sécurité. C’est l’origine de tous les débats actuels autour de la « supply chain » qui est devenue un maillon faible. L’Appel de Paris lancé par la France en 2018 pointe bien ce point, tout comme le CIGREF qui représente les plus grandes entreprises françaises utilisatrices. Même si la situation n’est pas satisfaisante, les éditeurs comme les utilisateurs en sont de plus en plus conscients et deviennent plus exigeants ; la règlementation elle aussi évolue.

En second lieu, il y a la chaine Cyber en charge d’anticiper, de détecter, de corriger et de réagir face aux attaques ; il est vrai que face à une menace qui devient de plus en plus « industrielle » elle est amenée à de plus en plus se renforcer, à la fois en personnel qualifié avec de nouveaux métiers, mais aussi par le recours accru à de l’automatisation et l’emploi de big data, d’OSINT, d’IA, prochainement de puissances de calcul démultipliées par le quantique, pour traquer la menace le plus en amont possible, mais aussi au cœur des systèmes à protéger.

Les deux points clefs pour moi sont les places respectives entre des « actions humaines à forte valeur ajoutée » versus une « automatisation accrue pour traiter tout le reste ».

2/ Quel rôle la Bretagne joue-t-elle vis-à-vis de Paris dans la course à l' »excellence cyber » ? Voyez-vous une place particulière pour Saint-Malo, notamment au regard de son histoire ?

En 2013/14 vous avez eu la rencontre de deux politiques publiques qui ont propulsé la Bretagne au cœur du cyber régalien, loin devant les autres régions.

La première est liée aux suites du Livre blanc sur la sécurité et la défense nationales de 2008, puis celui de 2013, ils ont conduit à un très fort renforcement des structures cyber du ministère des Armées en Bretagne. L’écosystème breton historiquement fortement marqué par les Télécom y offrait un terreau favorable, avec en sus une concentration à DGA/MI (Bruz ) des compétences les plus pointues du ministère dans le domaine numérique. Assez naturellement, le ministère des armées a poursuivi et fortement renforcé la concentration de ses compétences les plus pointues et de sa R&D, rejoint ensuite par des unités opérationnelles. Tout cela est décrit dans le Pacte Défense Cyber promulgué en 2014 par Jean Yves Le Drian : « 50 mesures pour changer d’échelle », et placer l’excellence du ministère des Armées au service de la nation, élément indispensable pour recouvrer
une part de souveraineté dans ce domaine. La rapidité des transports entre Paris et Rennes est aussi un élément important pour cet écosystème régalien qui ne peut être que global avec un pied à Paris et un pied en Bretagne.

La seconde est la conséquence de la crise des « Bonnets rouges » qui s’est traduite par le Pacte d’avenir pour la Bretagne signé du premier ministre ; la région a fait du cyber l’une de ses grandes priorités pour son développement, mobilisant ainsi les grands acteurs régionaux et ses opérateurs comme BDI ou BCI par exemple.

Le Pôle d’Excellence Cyber fondé par le ministère et la région en 2014 en est l’une des réalisations concrètes. Six années plus tard, c’est plus de 8000 emplois Cyber qui sont comptabilisés en 2020 par l’étude « AUDIAR », du aussi au fort renforcement sur Rennes des grands de la Cyber (Orange,Thalès, Airbus, Sopra, Capgemini…) à proximité de la DGA, permettant l’essor de tout un ensemble de PME/TPE innovantes, et de startups. 10% des startups sont en Bretagne la mettant très largement en tête des régions. Mais leur marché n’est pas en Bretagne, il est national, européen puis mondial.

Un exemple en est SecureIC ou encore Diateam dont une part importante de leurs CA se fait hors d’Europe ; Glimps fondé par des anciens de la DGA et incubé à la « Defense Factory » à Rennes ouvre aujourd’hui une entité à Toronto au Canada ; Sekoia déjà fortement présente à Rennes va y installer prochainement son siège, ou encore DEFANTS entreprise rennaise citée par le Gartner en 2023. Thales y a un Lab d’expérimentation baptisé La Ruche, Capgemini y a inauguré lors de l’ECW 2022 l’un de ses lab d’Innovation « Défense et Cybersécurité », Orange est très implanté sur Rennes et Lannion.

La French Tech Rennes/St Malo « Le POOOL » tient une place importante dans ce dispositif, les territoires de Vannes/Lorient, Brest ou encore de Lannion ont aussi une forte dynamique. St Malo concentre aussi plusieurs sociétés innovantes comme Alcyconie et verra le 29 septembre un séminaire national « Cap sur la souveraineté numérique et technologique ».

Beaucoup d’organisations s’engagent aussi : le Clusir Bretagne, le Medef 35…La région Bretagne et le PEC ont su mobiliser un ensemble de partenaires pour gagner un EDIH Cyber européen, idem avec un appel à projets sur les compétences et métiers Cyber d’avenir dans le cadre de France 2030, sans parler du Campus et du CSIRT régionaux.

3/ Considérez-vous l’arsenal pénal adapté à la gravité des faits dont les cybercriminels se rendent coupables ?

Je dirais que l’arsenal pénal français me parait adapté mais qu’il devra continuer à s’adapter et surtout disposer de plus de moyens car la cybercriminalité s’envole. A la suite de la DGSI, la Gendarmerie tout comme la Police Judiciaire DCPJ ont pris depuis quelques années le tournant, Europol aussi avec de beaux succès récents. La Justice a développé un réseau de magistrats spécialisés mais c’est plus la coopération internationale qui pèche avec un certain nombre de pays qui ne coopèrent pas offrant des sanctuaires à certains groupes de cybercriminels. La convention de Budapest n’a que peu évolué depuis des années.

4/ La probabilité d’une multiplication des conflits par artefacts interposés joue-t-elle selon vous sur la perception que les jeunes candidats pourraient avoir de la carrière militaire ?

Je ne le pense pas, les gros flux de recrutement concernent les armées traditionnelles et les motivations sont de devenir marin, aviateur ou soldat. Ensuite presque cent ans après l’apparition de l’aviation militaire, une nouvelle composante se développe à partir des ressources des armées et des civils de la défense. Y recruter est un vrai défi car dans le numérique la concurrence est dure et la ressource rare. Je pense que les unités y seront davantage mixtes car pas forcément besoin d’être en zone de combat pour agir. C’est un défi pour le commandement, offrir des perspectives opérationnelles en poste de responsabilité et d’encadrement au-delà de cinq ans à de jeunes Master2 ou ingénieurs civils et militaires demande à adapter les structures, d’autant que les armées et nos services de renseignement recrutent sous tous les statuts civils et militaires. Certaines structures comme la DGSE y arrivent parfaitement.

En outre, le ministère des armées dans toutes ses composantes offre des métiers que le civil ne peut offrir : le combat numérique avec son volet « action », c’est passionnant et exaltant, et comme dans les autres composantes les carrières peuvent y être courtes. Les arguments ne manquent pas. Ne pas oublier qu’une grande partie des militaires font des carrières courtes de 5 à 10 ans, et que l’on devient de carrière donc en CDI qu’à l’issue de cette période pour ceux qui restent.

J’ai eu la chance d’être à la fondation de la cyberdéfense militaire et de ses premiers engagements ; la motivation des personnels sous statut civil était la même que celle de leur camarade sous statut militaire. Servir son pays mais dans un domaine nouveau en pleine mutation, où il faut innover. Le problème du recrutement initial n’est pas le plus compliqué, je suis en contact avec de nombreuses écoles, tant pour les sciences sociales que pour les sciences technologiques, l’attirance est là avec des motivations assez identiques aux autres domaines, mais celui de la fidélisation et des plans de carrières est plus compliquée, la capacité cyber en est à ses débuts, le cyber militaire a fêté ses dix ans en 2021, je reste optimiste, le COMCYBER saura trouver les solutions.

5/ Sur l’innovation technologique, trouvez-vous les milieux militaire, économique et académique suffisamment proches ?

Ils ne sont jamais assez proches bien sûr mais de nombreuses structures ou initiatives existent, le rôle du Pôle d’Excellence Cyber en est un exemple, décloisonner, favoriser un écosystème transverse sont dans nos gènes.

On voit aussi beaucoup de TPE fondées par des anciens du ministère ou de l’ANSSI, ou encore du CEA, sans parler de « spin off issues » de l’INRIA ou du CNRS et de différents centres de recherche, voire d’écoles comme EPITA, à travers la France, les IRT aussi et j’en oublie. La région rennaise en comporte un certain nombre.

En France l’innovation se porte plutôt bien, chaque année de nombreuses, voire trop de startups voient le jour, sont accompagnées, certaines disparaissent aussi. France 2030 mobilise beaucoup de moyens et d’acteurs, on peut penser au rôle de l’INRIA, au Campus Cyber national, au Pôle Systematic avec ses 900 membres, à Cyberbooster ou encore Auriga Capital, à la French tech qui a des antennes très dynamiques, notamment à New York ou à Singapour, à Paris Station F où Thalès est très présent.

La DGA n’est pas en reste avec sa CyberFactory basée à Rennes, ou encore les processus RAPID, et ses Programmes d’Etude Amont (PEA) qui alimentent le domaine Cyber et préparent l’avenir. DGA/MI ce sont aussi des centaines d’ingénieurs dédiés à ces sujets. Il en sort des sociétés comme GLIMPS par exemple. On peut aussi penser à ANOZRWAY. Mais la vraie difficulté est le passage à l’échelle pour transformer ces jeunes pousses souvent fragiles en scale-ups, puis PME aptes à conquérir des marchés européens, puis aller sur le marché américain ou asiatique…

Le marché national est trop étroit et fragmenté, comment doit-il se consolider, comment nouer des partenariats et avec qui ? Ce sont de vraies questions, tout comme les besoins en investissements pour pouvoir se développer rapidement et rester à la pointe de l’innovation. L’apparition de fonds à vocation souveraine bien comprise, il ne suffit pas d’être français, il faut avant tout gagner des marchés face à la concurrence souvent bien installée et très bien financée. Là encore de nombreuses initiatives ont vu le jour : Tikeau avec les fonds Brienne 3 puis 4, pour ne parler que du plus gros, sans oublier le rôle de la BPI et de la DGE, ou encore DefInnov et DefInvest en lien étroit avec le ministère des armées.

Des PME peuvent aujourd’hui lever des dizaines de millions d’euro en France, voire une centaine pour les dernières opérations : CHAPSVISION, TEHTRIS, PRELIGENS en sont des exemples. Mais cela pose aussi la question des dirigeants, être patron charismatique d’une TPE de quelques centaines d’employés ne garantit pas de pouvoir devenir patron d’une société de plusieurs milliers de personnes…

6/ On sait combien le défilé du 14 juillet dope chaque année le sentiment patriotique des Français. Que faudrait-il imaginer pour qu’ils tirent leurs trois couleurs de leurs poches les 364 autres jours de l’année ?

Le 14 juillet est effectivement un moment fort de cohésion nationale, mais on peut aussi penser aux finales des différentes coupes du monde. Ce sont des moments où la fierté d’être français se manifeste. Ils sont rares… et précieux dans un monde incertain, de plus en plus dangereux où la cohésion nationale est tous les jours attaquée par différentes idéologies, différentes formes de complotismes et de communautarismes ou ingérences extérieures. Le numérique amplifie tous les discours de haine, la désinformation a pris une très forte ampleur notamment grâce à toutes sortes d’outils, à base d’IA génératives notamment, qui faussent les perceptions. Il sera de plus en plus difficile de discerner la réalité et le vrai dans la masse d’informations accessibles et de source plus ou moins fiables, des TPE comme Storizy ou encore Pluralisme s’attaquent au sujet.

« Fier d’être français » est pour moi l’une des clefs, cela passe par l’éducation, la culture, la mise en avant d’évènements et d’initiatives positives. C’est une opération de reconstruction où les valeurs de la République doivent être fortement affirmées. Les armées sont intéressantes à regarder ; elles intègrent toutes les origines et composantes de la nation, autour de valeurs fortes et d’un cadre bien défini, permettent à des soldats de devenir officier, voire général. La force morale insufflée et la fierté des anciens et des traditions y tiennent une place importante pour fonder la cohésion. L’action d’association comme « Espérance banlieue » ou encore de l’Association des Membres de la Légion d’Honneur (SMLH) sont aussi des exemples qui montrent que cela est possible.

De nombreux militaires en retraite se sont investis dans ce type de projet depuis des années. On peut aussi penser au général de Villiers dont les ouvrages rencontrent un vrai succès. Quand on commande à tous niveaux, des unités militaires engagées dans l’action, que ce soit du groupe de combat confié à un sergent, ou au niveau d’un dispositif comme Barkhane, on est au contact de la jeunesse de toutes origines, la moyenne d’âge est plus proche des 25 ans que des 40 ans, pareil sur un navire de combat… Je suis certain que de nombreux militaires qui quittent l’institution relativement jeunes ont encore envie de servir dans un cadre civil ou associatif, de transmettre, de poursuivre leur engagement, idem en ce qui concerne les gendarmes ou les policiers, ils sont formés pour encadrer. Ils forment une ressource humaine qui pourrait être davantage mise à contribution dans des projets concrets, au contact sur le terrain.

7/ Quel avenir prédisez-vous à un monde dans lequel les belligérants seraient tenus d’employer les moyens de leurs adversaires pour maintenir leurs positions ? Nous pensons particulièrement au recours aux deepfakes dans le cadre des campagnes de déstabilisation et autres PsyOps ? (Le US Special Operations Command se prépare à mener de vastes campagnes de déstabilisation en ligne en recourant à l’usage de #deepfakes, selon des documents contractuels fédéraux )

En ce qui concerne les unités militaires, même si elles comprennent des civils, placées sous le commandement du CEMA (Chef d’état-major des Armées), je ne peux qu’être en désaccord, une démocratie ne peut se comporter comme une autocratie ou une bande de voyous, c’est une question d’éthique et de valeurs. Comme en ce qui concerne la torture, le viol ou toutes sortes d’exactions que l’on voit en période de guerre, ce sont des choses répréhensibles y compris pénalement en droit national et international. L’action des forces militaires françaises est clairement encadrée par le Droit des Conflits armés (DCA) et le Droit International Humanitaire (DIH), et le droit pénal national. Cela fixe un cadre qui dans les ordres d’opérations se traduit par des règles d’engagement et de comportement, certaines cibles comme les hôpitaux sont interdites par exemple. Le cyber n’y déroge pas même si l’application en est plus complexe et nouvelle que dans les domaines traditionnels.

Le DCA autorise cependant la ruse, mais pas la perfidie. Se faire passer pour un adversaire et le tromper, fausser ses perceptions : OUI à condition de s’attaquer aux belligérants à ceux qui participent à la confrontation ; forces militaires et étatiques bien sûr mais aussi aux « groupes armés » partie prenante. Se faire passer pour la Croix Rouge, commettre des appels à la haine : NON. Le ministère des Armées a d’ailleurs produit un document public donnant sa vision juridique du combat numérique ; se démarquant d’ailleurs du Manuel dit de Tallinn qui est très influencé par le droit anglo-saxon qui est plus permissif en termes d’emploi de la force. Dans ce cadre le recours aux technologies, s’attaquer à la force morale adverse, y compris en utilisant des deep fake, des avatars ou autres moyens d’action informatique n’est pas interdit à condition de respecter le cadre fixé. La guerre informationnelle n’est pas nouvelle… il suffit de relire Sun Tzu… Briser la force morale de l’adversaire, fausser ses perceptions et donc sa capacité de décision et d’action, gagner la confrontation sans devoir combattre… D’autres exemples très concrets peuvent être cités quand on regarde la préparation des grands débarquements de la guerre 39/45 afin in fine de surprendre l’adversaire. En ce qui concerne nos amis américains, on peut être plus circonspect et vigilant. L’IA au sein d’une coalition peut aussi servir à fausser la prise de décision des partenaires. Il y a tout juste 20 ans Dominique de Villepin a pu prononcer son discours devant l’ONU car la France bénéficiait d’un renseignement satellitaire autonome et souverain. Il ne faut pas non plus oublier les révélations Snowden qui lèvent en 2013 le voile sur les agissements des services de renseignement US et leur espionnage de masse.

L’introduction en masse de l’IA générative, des réseaux sociaux, de la désinformation va rendre l’appréciation de situation beaucoup plus complexe. Aujourd’hui face à toutes les technologies d’IA notamment générative la question de l’appréciation souveraine se pose. C’est bien pour cela qu’une cyberdéfense autonome couvrant tous les volets d’action est un élément fort de notre souveraineté stratégique, et pas seulement une question économique. L’Etat en a pris conscience, la création récente de VIGINUM, et le renforcement depuis 2011 du cyber dans les armées et les services de renseignement en est un autre. Mais, je le concède la voie est étroite car ces technologies sont totalement duales et tirées par la dynamique du numérique civil, cela ne peut se concevoir que dans une politique globale reposant sur une forme de souveraineté technologique, ou plutôt d’autonomie stratégique, car face à un domaine difficilement maitrisable marqué par une suprématie américaine et chinoise, et où les autocraties ne respectent pas les mêmes règles, il faut trouver une voie qui préserve notre autonomie d’appréciation et d’action, notre éthique. La confrontation est tant économique, culturelle que stratégique, avec un volet militaire qui n’est pas forcément premier.

8/ Nous vous savons attachés à la question : qu’apportent les profils atypiques en matière de cyberdéfense ?

L’une des clefs essentielles du cyber ce sont les compétences, les talents. Nous avons besoin de tous les talents et les neuro-atypiques, notamment les asperger, en recèlent beaucoup. En général, ils sont très concentrés sur le problème à résoudre, sur le respect des consignes, ils vont au fond des choses et raisonnent différemment « out of the box », font preuve d’une très grande loyauté, certains développent des facultés étonnantes, ont un rapport aux chiffres ou au codage différents. Ce sont des qualités précieuses. Pourquoi s’en priver ? Pourquoi les laisser au bord de la route ? C’est pour cela que nous avons lancé un manifeste pour l’inclusion que nous proposons aux membres du PEC et aux exposants à l’European Cyber Week (ECW) de signer. Nos amis israéliens et américains ne s’y sont pas trompés et développent des programmes d’accueil spécifiques notamment en matière de codage, de renseignement, de crypto, de « retro engineering » ou encore de cyber.

Nous avons lancé en 2018 un programme d’accueil au sein du ministère des armées, certaines grandes entreprises comme Airbus ou Capgemini ont aussi des programmes, l’Etat a lancé l’initiative « Aspi Friendly » avec un ensemble d’universités et d’écoles pour des formations allant jusqu’au master. Mais ce sont des personnes qui ont besoin d’un environnement adapté et bienveillant, de beaucoup d’attentions ; ils doivent être accompagnés par des organismes spécialisés. C’est important et cet accompagnement est la clef de leur bonne intégration. Au sein du PEC, nous avons un groupe de travail sur le sujet avec des membres mais aussi des entités spécialisées comme Auticonsul, Avencod ou encore AFG autisme. Mais ce qui est important c’est de faire du concret… Lors de l’ECW 2023 nous lançons un challenge spécialisé à leur profit. Ensuite je tiens à signaler l’excellente coopération que nous avons avec l’institut Solacroup (IMTS) de Dinard, ou encore Rennes Métropole et le rectorat. Nous devrions présenter et diffuser lors de l’ECW 2023 un guide pratique d’accueil. Pour ceux que cela intéresse, vous pouvez consulter sur le site du PEC – en cours de refonte – le nouveau sera présenté lors de l’ECW 2023 -, les podcasts qui reprennent les tables rondes de l’ECW 2022, les témoignages y sont décoiffants….

9/ Internet a souvent été comparé au domaine maritime. Trouvez-vous qu’il est encore possible de filer utilement la métaphore en 2023 ?

Bien sur toute proportion gardée, on peut aussi le comparer à un gigantesque combat urbain. Ce sont des métaphores pour faire référence à des choses connues et rendre plus compréhensibles les défis posés et les solutions trouvées par nos ainés, mais il est clair que cela s’arrête assez vite car le numérique a un tempo bien plus rapide, ses innovations et nouveaux services irriguent toutes les activités humaines, les technologies sont duales, les frontières classiques sont gommées. On peut perdre la guerre en mer si on perd sa maîtrise, Napoléon et Hitler en sont des exemples, la mer apporte un recul stratégique et les flux logistiques permettent de peser sur les confrontations à terre, là où les hommes vivent, mais on ne la gagne pas la guerre en mer, cela se finit toujours à terre. Le numérique est un peu comparable… On peut être défait avant de combattre, être désorganisé par des attaques informatiques et informationnelles, d’autant que la guerre est de plus en plus globale et ne se limite pas à la seule action militaire, il permet de mener des actions de tout genre au cœur de la nation attaquée. Le rêve de Sun Tzu était de gagner une confrontation sans combattre par des actions de renseignement et de sabotage, en faussant les perceptions, par des actions indirectes qui brisent les forces morales et la confiance dans ses capacités et structures de commandement et de gouvernance. Préserver ou perdre la supériorité numérique est un facteur important, voire essentiel dans la confrontation. C’est bien pour cela que depuis les années 2000 la guerre informatique, offensive et défensive, est devenue structurante dans les moyens d’action des nations. En France le tournant a été pris en 2008 par le Livre blanc sur la sécurité et la défense qui en a fait une priorité. L’histoire tout d’abord nous apporte des exemples : l’époque d’extension du commerce maritime avec son lot de pirates, de corsaires, de libertaires qui côtoient l’activité militaire, de pêche et commerciale des nations avec encore l’expansion des grandes compagnies maritimes qui vont défier les rois, un peu aujourd’hui comme les GAFA et autres grands acteurs civils du numériques, qui sont des attributs de puissance et d’influence, voire de mise sous dépendance pour ceux qui n’arrivent pas à suivre le rythme effréné des évolutions technologiques, on peut penser au traitements et circulations des données, à l’intelligence artificielle, ou encore à la 5G, aux câbles sous-marins, aux data center et à leur puissance de calcul, au quantique…. La mer est source de richesses et d’échange, mais voit aussi son lot de prédateurs aux statuts divers, d’actions à distance contre la terre, de blocus…. Cet espace est non régulé autrement que par la force, les cargaisons diverses or, drogue, thé, esclaves, biens manufacturés crée de la richesse et permettent la domination et l’expansion des nations maritimes. La cargaison d’un côté, les données de l’autre. Les Etats ont réagi et su trouver des formes de souverainetés maritimes à géométrie variable, su s’accorder et coopérer face à la piraterie. Le droit maritime a mis 300 ans à éclore et à se structurer, pour le numérique on ne peut pas être dans le même calendrier…… Force est de constater que si les droits nationaux savent rapidement évoluer, il n’en est absolument pas de même pour le droit international où peu de progrès ont été faits depuis 2009. Beaucoup de choses restent à inventer…. Ensuite la mer est un espace toujours en mouvement, un monde fluide, d’une force qui vous dépasse… avec ses zones plus ou moins bien connues comme les grands fonds… On peut les comparer au « dark web » très mal cartographié et en mouvement….

10/ Quel personnage historique s’étant illustré jusqu’au XVIIIème siècle feriez-vous volontiers intervenir à notre époque ? Et pour quelle raison ?

Etant marin je ne peux que penser à Surcouf chef de guerre plein d’audace qui pensait hors des sentiers battus pour surprendre et défaire ses adversaires pourtant plus puissants, être mobile, les surprendre pour acquérir localement la supériorité et les défaire en leur imposant l’heure, le lieu et le contexte de l’attaque. Un chef de guerre. Dans le numérique c’est un peu comparable, il faut combiner innovation tactique, et innovation technologique, un petit groupe audacieux peut mettre à mal une organisation bien plus puissante en exploitant ses faiblesses et ses failles, pas en allant l’attaquer de front, là où il est puissant. L’initiative revient souvent à l’attaquant et une organisation complexe est très difficile à défendre, trouver et exploiter le point faible, le maillon faible souvent humain par ruse, gagner la guerre du temps par la surprise. Cela ne s’improvise pas… il faut beaucoup d’agilité intellectuelle, d’entrainement, de connaissance du terrain, et savoir prendre des risques calculés. Le combat comporte toujours un volet « force morale » et cohésion de ses équipes. Le Cyber n’y déroge pas.




Newsletter n°67 - 22 septembre 2023

⭕️ Éditorial

J’aurais aimé l’être

Depuis Saint-Malo, bien des agitations nationales mues par nos petits courants de pensée semblent vaines. Un vague sentiment s’en dégage comme une écume : la discorde nous empêchera d’avancer, et la discorde, chez un peuple comme le nôtre, cela ressemble furieusement à une mer d’orgueil. Je profite du fait que nous recevions aujourd’hui un marin, non pour faire des phrases*, mais pour exprimer en votre nom à tous ce besoin de grands vents pour l’intelligence française (*ça y ressemble un peu quand même). Je peux le dire, parmi les vies que j’aurais aimé avoir, il y a celle de marin. Il est probable que je l’idéalise. Mais j’y devine encore aujourd’hui la possibilité d’être soi autant que l’indispensable rouage d’un ensemble efficace et rutilant. Derrière mes histoires de souveraineté technologique, et ce colloque qui arrive comme un continent dont j’approche, c’est d’abord à cela que je songe. Un orchestre mouvant et organisé, composé de joyeux drilles fiables, polis par l’effort et la discipline, ivres de concorde et de fierté, et bien décidés à s’engager…

Pardon, j’oubliais le plus important : un Pacha qu’on ait envie de suivre par gros temps.

Bertrand Leblanc-Barbedienne




Nous recevons aujourd’hui, vendredi 22 septembre 2023, le Vice-amiral d’escadre (2S) Arnaud Coustillière, qui est président du Pôle d’Excellence Cyber.



On peut comparer les grands fonds au dark web


⭕️ Conciliabule

Avertissement : Souveraine Tech revendique par vocation une approche transpartisane. Seule nous oblige la défense des intérêts supérieurs de notre pays. Nous proposons ainsi un lieu de « disputatio » ouvert aux grandes figures actives de tous horizons. La parole y est naturellement libre et n’engage que ceux qui la prennent ici. Cependant, nous sommes bien conscients des enjeux en présence, et peu dupes des habiles moyens d’influence plus ou moins visibles parfois mis en œuvre, et dont tout un chacun peut faire l’objet, ici comme ailleurs. Nous tenons la capacité de discernement de notre lectorat en une telle estime que nous le laissons seul juge de l’adéquation entre le dire et l’agir de nos invités.


NB : Arnaud Coustillière tient à préciser qu’il s’exprime ici à titre personnel et que ses propos n’engagent que lui.

1/ La moitié de l’activité numérique mondiale sera bientôt dévolue à la sécurisation de l’autre ? Que pensez-vous de cette assertion ?

Je ne sais pas dire si elle est exacte, mais elle restitue bien le contexte global de très forte augmentation du niveau de menace et de sophistication des attaques. Elle frappe les esprits et interroge les acteurs de l’IT sur leurs priorités. Comme dans le monde réel, il ne peut y avoir de développement sans confiance et sécurité.

En premier lieu, la sécurité doit être conçue « by design », intégrée dès la conception dans l’architecture, elle concerne donc tous les acteurs de la chaine IT, avec une responsabilité forte des éditeurs de logiciel, notamment des plus grands qui ont des millions d’usagers. Quand vous achetez un produit manufacturé, vous avez des organismes de certification qui garantissent la « non dangerosité » du produit. Dans le numérique on doit faire confiance à l’éditeur, y compris dans sa stratégie et tempo de mise à jour… Cet état de fait n’est pas très vertueux… et fait reposer la sécurité by design sur les éditeurs privés, motivés souvent par d’autres priorités que la sécurité. C’est l’origine de tous les débats actuels autour de la « supply chain » qui est devenue un maillon faible. L’Appel de Paris lancé par la France en 2018 pointe bien ce point, tout comme le CIGREF qui représente les plus grandes entreprises françaises utilisatrices. Même si la situation n’est pas satisfaisante, les éditeurs comme les utilisateurs en sont de plus en plus conscients et deviennent plus exigeants ; la règlementation elle aussi évolue.

En second lieu, il y a la chaine Cyber en charge d’anticiper, de détecter, de corriger et de réagir face aux attaques ; il est vrai que face à une menace qui devient de plus en plus « industrielle » elle est amenée à de plus en plus se renforcer, à la fois en personnel qualifié avec de nouveaux métiers, mais aussi par le recours accru à de l’automatisation et l’emploi de big data, d’OSINT, d’IA, prochainement de puissances de calcul démultipliées par le quantique, pour traquer la menace le plus en amont possible, mais aussi au cœur des systèmes à protéger.

Les deux points clefs pour moi sont les places respectives entre des « actions humaines à forte valeur ajoutée » versus une « automatisation accrue pour traiter tout le reste ».

2/ Quel rôle la Bretagne joue-t-elle vis-à-vis de Paris dans la course à l' »excellence cyber » ? Voyez-vous une place particulière pour Saint-Malo, notamment au regard de son histoire ?

En 2013/14 vous avez eu la rencontre de deux politiques publiques qui ont propulsé la Bretagne au cœur du cyber régalien, loin devant les autres régions.

La première est liée aux suites du Livre blanc sur la sécurité et la défense nationales de 2008, puis celui de 2013, ils ont conduit à un très fort renforcement des structures cyber du ministère des Armées en Bretagne. L’écosystème breton historiquement fortement marqué par les Télécom y offrait un terreau favorable, avec en sus une concentration à DGA/MI (Bruz ) des compétences les plus pointues du ministère dans le domaine numérique. Assez naturellement, le ministère des armées a poursuivi et fortement renforcé la concentration de ses compétences les plus pointues et de sa R&D, rejoint ensuite par des unités opérationnelles. Tout cela est décrit dans le Pacte Défense Cyber promulgué en 2014 par Jean Yves Le Drian : « 50 mesures pour changer d’échelle », et placer l’excellence du ministère des Armées au service de la nation, élément indispensable pour recouvrer
une part de souveraineté dans ce domaine. La rapidité des transports entre Paris et Rennes est aussi un élément important pour cet écosystème régalien qui ne peut être que global avec un pied à Paris et un pied en Bretagne.

La seconde est la conséquence de la crise des « Bonnets rouges » qui s’est traduite par le Pacte d’avenir pour la Bretagne signé du premier ministre ; la région a fait du cyber l’une de ses grandes priorités pour son développement, mobilisant ainsi les grands acteurs régionaux et ses opérateurs comme BDI ou BCI par exemple.

Le Pôle d’Excellence Cyber fondé par le ministère et la région en 2014 en est l’une des réalisations concrètes. Six années plus tard, c’est plus de 8000 emplois Cyber qui sont comptabilisés en 2020 par l’étude « AUDIAR », du aussi au fort renforcement sur Rennes des grands de la Cyber (Orange,Thalès, Airbus, Sopra, Capgemini…) à proximité de la DGA, permettant l’essor de tout un ensemble de PME/TPE innovantes, et de startups. 10% des startups sont en Bretagne la mettant très largement en tête des régions. Mais leur marché n’est pas en Bretagne, il est national, européen puis mondial.

Un exemple en est SecureIC ou encore Diateam dont une part importante de leurs CA se fait hors d’Europe ; Glimps fondé par des anciens de la DGA et incubé à la « Defense Factory » à Rennes ouvre aujourd’hui une entité à Toronto au Canada ; Sekoia déjà fortement présente à Rennes va y installer prochainement son siège, ou encore DEFANTS entreprise rennaise citée par le Gartner en 2023. Thales y a un Lab d’expérimentation baptisé La Ruche, Capgemini y a inauguré lors de l’ECW 2022 l’un de ses lab d’Innovation « Défense et Cybersécurité », Orange est très implanté sur Rennes et Lannion.

La French Tech Rennes/St Malo « Le POOOL » tient une place importante dans ce dispositif, les territoires de Vannes/Lorient, Brest ou encore de Lannion ont aussi une forte dynamique. St Malo concentre aussi plusieurs sociétés innovantes comme Alcyconie et verra le 29 septembre un séminaire national « Cap sur la souveraineté numérique et technologique ».

Beaucoup d’organisations s’engagent aussi : le Clusir Bretagne, le Medef 35…La région Bretagne et le PEC ont su mobiliser un ensemble de partenaires pour gagner un EDIH Cyber européen, idem avec un appel à projets sur les compétences et métiers Cyber d’avenir dans le cadre de France 2030, sans parler du Campus et du CSIRT régionaux.

3/ Considérez-vous l’arsenal pénal adapté à la gravité des faits dont les cybercriminels se rendent coupables ?

Je dirais que l’arsenal pénal français me parait adapté mais qu’il devra continuer à s’adapter et surtout disposer de plus de moyens car la cybercriminalité s’envole. A la suite de la DGSI, la Gendarmerie tout comme la Police Judiciaire DCPJ ont pris depuis quelques années le tournant, Europol aussi avec de beaux succès récents. La Justice a développé un réseau de magistrats spécialisés mais c’est plus la coopération internationale qui pèche avec un certain nombre de pays qui ne coopèrent pas offrant des sanctuaires à certains groupes de cybercriminels. La convention de Budapest n’a que peu évolué depuis des années.

4/ La probabilité d’une multiplication des conflits par artefacts interposés joue-t-elle selon vous sur la perception que les jeunes candidats pourraient avoir de la carrière militaire ?

Je ne le pense pas, les gros flux de recrutement concernent les armées traditionnelles et les motivations sont de devenir marin, aviateur ou soldat. Ensuite presque cent ans après l’apparition de l’aviation militaire, une nouvelle composante se développe à partir des ressources des armées et des civils de la défense. Y recruter est un vrai défi car dans le numérique la concurrence est dure et la ressource rare. Je pense que les unités y seront davantage mixtes car pas forcément besoin d’être en zone de combat pour agir. C’est un défi pour le commandement, offrir des perspectives opérationnelles en poste de responsabilité et d’encadrement au-delà de cinq ans à de jeunes Master2 ou ingénieurs civils et militaires demande à adapter les structures, d’autant que les armées et nos services de renseignement recrutent sous tous les statuts civils et militaires. Certaines structures comme la DGSE y arrivent parfaitement.

En outre, le ministère des armées dans toutes ses composantes offre des métiers que le civil ne peut offrir : le combat numérique avec son volet « action », c’est passionnant et exaltant, et comme dans les autres composantes les carrières peuvent y être courtes. Les arguments ne manquent pas. Ne pas oublier qu’une grande partie des militaires font des carrières courtes de 5 à 10 ans, et que l’on devient de carrière donc en CDI qu’à l’issue de cette période pour ceux qui restent.

J’ai eu la chance d’être à la fondation de la cyberdéfense militaire et de ses premiers engagements ; la motivation des personnels sous statut civil était la même que celle de leur camarade sous statut militaire. Servir son pays mais dans un domaine nouveau en pleine mutation, où il faut innover. Le problème du recrutement initial n’est pas le plus compliqué, je suis en contact avec de nombreuses écoles, tant pour les sciences sociales que pour les sciences technologiques, l’attirance est là avec des motivations assez identiques aux autres domaines, mais celui de la fidélisation et des plans de carrières est plus compliquée, la capacité cyber en est à ses débuts, le cyber militaire a fêté ses dix ans en 2021, je reste optimiste, le COMCYBER saura trouver les solutions.

5/ Sur l’innovation technologique, trouvez-vous les milieux militaire, économique et académique suffisamment proches ?

Ils ne sont jamais assez proches bien sûr mais de nombreuses structures ou initiatives existent, le rôle du Pôle d’Excellence Cyber en est un exemple, décloisonner, favoriser un écosystème transverse sont dans nos gènes.

On voit aussi beaucoup de TPE fondées par des anciens du ministère ou de l’ANSSI, ou encore du CEA, sans parler de « spin off issues » de l’INRIA ou du CNRS et de différents centres de recherche, voire d’écoles comme EPITA, à travers la France, les IRT aussi et j’en oublie. La région rennaise en comporte un certain nombre.

En France l’innovation se porte plutôt bien, chaque année de nombreuses, voire trop de startups voient le jour, sont accompagnées, certaines disparaissent aussi. France 2030 mobilise beaucoup de moyens et d’acteurs, on peut penser au rôle de l’INRIA, au Campus Cyber national, au Pôle Systematic avec ses 900 membres, à Cyberbooster ou encore Auriga Capital, à la French tech qui a des antennes très dynamiques, notamment à New York ou à Singapour, à Paris Station F où Thalès est très présent.

La DGA n’est pas en reste avec sa CyberFactory basée à Rennes, ou encore les processus RAPID, et ses Programmes d’Etude Amont (PEA) qui alimentent le domaine Cyber et préparent l’avenir. DGA/MI ce sont aussi des centaines d’ingénieurs dédiés à ces sujets. Il en sort des sociétés comme GLIMPS par exemple. On peut aussi penser à ANOZRWAY. Mais la vraie difficulté est le passage à l’échelle pour transformer ces jeunes pousses souvent fragiles en scale-ups, puis PME aptes à conquérir des marchés européens, puis aller sur le marché américain ou asiatique…

Le marché national est trop étroit et fragmenté, comment doit-il se consolider, comment nouer des partenariats et avec qui ? Ce sont de vraies questions, tout comme les besoins en investissements pour pouvoir se développer rapidement et rester à la pointe de l’innovation. L’apparition de fonds à vocation souveraine bien comprise, il ne suffit pas d’être français, il faut avant tout gagner des marchés face à la concurrence souvent bien installée et très bien financée. Là encore de nombreuses initiatives ont vu le jour : Tikeau avec les fonds Brienne 3 puis 4, pour ne parler que du plus gros, sans oublier le rôle de la BPI et de la DGE, ou encore DefInnov et DefInvest en lien étroit avec le ministère des armées.

Des PME peuvent aujourd’hui lever des dizaines de millions d’euro en France, voire une centaine pour les dernières opérations : CHAPSVISION, TEHTRIS, PRELIGENS en sont des exemples. Mais cela pose aussi la question des dirigeants, être patron charismatique d’une TPE de quelques centaines d’employés ne garantit pas de pouvoir devenir patron d’une société de plusieurs milliers de personnes…

6/ On sait combien le défilé du 14 juillet dope chaque année le sentiment patriotique des Français. Que faudrait-il imaginer pour qu’ils tirent leurs trois couleurs de leurs poches les 364 autres jours de l’année ?

Le 14 juillet est effectivement un moment fort de cohésion nationale, mais on peut aussi penser aux finales des différentes coupes du monde. Ce sont des moments où la fierté d’être français se manifeste. Ils sont rares… et précieux dans un monde incertain, de plus en plus dangereux où la cohésion nationale est tous les jours attaquée par différentes idéologies, différentes formes de complotismes et de communautarismes ou ingérences extérieures. Le numérique amplifie tous les discours de haine, la désinformation a pris une très forte ampleur notamment grâce à toutes sortes d’outils, à base d’IA génératives notamment, qui faussent les perceptions. Il sera de plus en plus difficile de discerner la réalité et le vrai dans la masse d’informations accessibles et de source plus ou moins fiables, des TPE comme Storizy ou encore Pluralisme s’attaquent au sujet.

« Fier d’être français » est pour moi l’une des clefs, cela passe par l’éducation, la culture, la mise en avant d’évènements et d’initiatives positives. C’est une opération de reconstruction où les valeurs de la République doivent être fortement affirmées. Les armées sont intéressantes à regarder ; elles intègrent toutes les origines et composantes de la nation, autour de valeurs fortes et d’un cadre bien défini, permettent à des soldats de devenir officier, voire général. La force morale insufflée et la fierté des anciens et des traditions y tiennent une place importante pour fonder la cohésion. L’action d’association comme « Espérance banlieue » ou encore de l’Association des Membres de la Légion d’Honneur (SMLH) sont aussi des exemples qui montrent que cela est possible.

De nombreux militaires en retraite se sont investis dans ce type de projet depuis des années. On peut aussi penser au général de Villiers dont les ouvrages rencontrent un vrai succès. Quand on commande à tous niveaux, des unités militaires engagées dans l’action, que ce soit du groupe de combat confié à un sergent, ou au niveau d’un dispositif comme Barkhane, on est au contact de la jeunesse de toutes origines, la moyenne d’âge est plus proche des 25 ans que des 40 ans, pareil sur un navire de combat… Je suis certain que de nombreux militaires qui quittent l’institution relativement jeunes ont encore envie de servir dans un cadre civil ou associatif, de transmettre, de poursuivre leur engagement, idem en ce qui concerne les gendarmes ou les policiers, ils sont formés pour encadrer. Ils forment une ressource humaine qui pourrait être davantage mise à contribution dans des projets concrets, au contact sur le terrain.

7/ Quel avenir prédisez-vous à un monde dans lequel les belligérants seraient tenus d’employer les moyens de leurs adversaires pour maintenir leurs positions ? Nous pensons particulièrement au recours aux deepfakes dans le cadre des campagnes de déstabilisation et autres PsyOps ? (Le US Special Operations Command se prépare à mener de vastes campagnes de déstabilisation en ligne en recourant à l’usage de #deepfakes, selon des documents contractuels fédéraux )

En ce qui concerne les unités militaires, même si elles comprennent des civils, placées sous le commandement du CEMA (Chef d’état-major des Armées), je ne peux qu’être en désaccord, une démocratie ne peut se comporter comme une autocratie ou une bande de voyous, c’est une question d’éthique et de valeurs. Comme en ce qui concerne la torture, le viol ou toutes sortes d’exactions que l’on voit en période de guerre, ce sont des choses répréhensibles y compris pénalement en droit national et international. L’action des forces militaires françaises est clairement encadrée par le Droit des Conflits armés (DCA) et le Droit International Humanitaire (DIH), et le droit pénal national. Cela fixe un cadre qui dans les ordres d’opérations se traduit par des règles d’engagement et de comportement, certaines cibles comme les hôpitaux sont interdites par exemple. Le cyber n’y déroge pas même si l’application en est plus complexe et nouvelle que dans les domaines traditionnels.

Le DCA autorise cependant la ruse, mais pas la perfidie. Se faire passer pour un adversaire et le tromper, fausser ses perceptions : OUI à condition de s’attaquer aux belligérants à ceux qui participent à la confrontation ; forces militaires et étatiques bien sûr mais aussi aux « groupes armés » partie prenante. Se faire passer pour la Croix Rouge, commettre des appels à la haine : NON. Le ministère des Armées a d’ailleurs produit un document public donnant sa vision juridique du combat numérique ; se démarquant d’ailleurs du Manuel dit de Tallinn qui est très influencé par le droit anglo-saxon qui est plus permissif en termes d’emploi de la force. Dans ce cadre le recours aux technologies, s’attaquer à la force morale adverse, y compris en utilisant des deep fake, des avatars ou autres moyens d’action informatique n’est pas interdit à condition de respecter le cadre fixé. La guerre informationnelle n’est pas nouvelle… il suffit de relire Sun Tzu… Briser la force morale de l’adversaire, fausser ses perceptions et donc sa capacité de décision et d’action, gagner la confrontation sans devoir combattre… D’autres exemples très concrets peuvent être cités quand on regarde la préparation des grands débarquements de la guerre 39/45 afin in fine de surprendre l’adversaire. En ce qui concerne nos amis américains, on peut être plus circonspect et vigilant. L’IA au sein d’une coalition peut aussi servir à fausser la prise de décision des partenaires. Il y a tout juste 20 ans Dominique de Villepin a pu prononcer son discours devant l’ONU car la France bénéficiait d’un renseignement satellitaire autonome et souverain. Il ne faut pas non plus oublier les révélations Snowden qui lèvent en 2013 le voile sur les agissements des services de renseignement US et leur espionnage de masse.

L’introduction en masse de l’IA générative, des réseaux sociaux, de la désinformation va rendre l’appréciation de situation beaucoup plus complexe. Aujourd’hui face à toutes les technologies d’IA notamment générative la question de l’appréciation souveraine se pose. C’est bien pour cela qu’une cyberdéfense autonome couvrant tous les volets d’action est un élément fort de notre souveraineté stratégique, et pas seulement une question économique. L’Etat en a pris conscience, la création récente de VIGINUM, et le renforcement depuis 2011 du cyber dans les armées et les services de renseignement en est un autre. Mais, je le concède la voie est étroite car ces technologies sont totalement duales et tirées par la dynamique du numérique civil, cela ne peut se concevoir que dans une politique globale reposant sur une forme de souveraineté technologique, ou plutôt d’autonomie stratégique, car face à un domaine difficilement maitrisable marqué par une suprématie américaine et chinoise, et où les autocraties ne respectent pas les mêmes règles, il faut trouver une voie qui préserve notre autonomie d’appréciation et d’action, notre éthique. La confrontation est tant économique, culturelle que stratégique, avec un volet militaire qui n’est pas forcément premier.

8/ Nous vous savons attachés à la question : qu’apportent les profils atypiques en matière de cyberdéfense ?

L’une des clefs essentielles du cyber ce sont les compétences, les talents. Nous avons besoin de tous les talents et les neuro-atypiques, notamment les asperger, en recèlent beaucoup. En général, ils sont très concentrés sur le problème à résoudre, sur le respect des consignes, ils vont au fond des choses et raisonnent différemment « out of the box », font preuve d’une très grande loyauté, certains développent des facultés étonnantes, ont un rapport aux chiffres ou au codage différents. Ce sont des qualités précieuses. Pourquoi s’en priver ? Pourquoi les laisser au bord de la route ? C’est pour cela que nous avons lancé un manifeste pour l’inclusion que nous proposons aux membres du PEC et aux exposants à l’European Cyber Week (ECW) de signer. Nos amis israéliens et américains ne s’y sont pas trompés et développent des programmes d’accueil spécifiques notamment en matière de codage, de renseignement, de crypto, de « retro engineering » ou encore de cyber.

Nous avons lancé en 2018 un programme d’accueil au sein du ministère des armées, certaines grandes entreprises comme Airbus ou Capgemini ont aussi des programmes, l’Etat a lancé l’initiative « Aspi Friendly » avec un ensemble d’universités et d’écoles pour des formations allant jusqu’au master. Mais ce sont des personnes qui ont besoin d’un environnement adapté et bienveillant, de beaucoup d’attentions ; ils doivent être accompagnés par des organismes spécialisés. C’est important et cet accompagnement est la clef de leur bonne intégration. Au sein du PEC, nous avons un groupe de travail sur le sujet avec des membres mais aussi des entités spécialisées comme Auticonsul, Avencod ou encore AFG autisme. Mais ce qui est important c’est de faire du concret… Lors de l’ECW 2023 nous lançons un challenge spécialisé à leur profit. Ensuite je tiens à signaler l’excellente coopération que nous avons avec l’institut Solacroup (IMTS) de Dinard, ou encore Rennes Métropole et le rectorat. Nous devrions présenter et diffuser lors de l’ECW 2023 un guide pratique d’accueil. Pour ceux que cela intéresse, vous pouvez consulter sur le site du PEC – en cours de refonte – le nouveau sera présenté lors de l’ECW 2023 -, les podcasts qui reprennent les tables rondes de l’ECW 2022, les témoignages y sont décoiffants….

9/ Internet a souvent été comparé au domaine maritime. Trouvez-vous qu’il est encore possible de filer utilement la métaphore en 2023 ?

Bien sur toute proportion gardée, on peut aussi le comparer à un gigantesque combat urbain. Ce sont des métaphores pour faire référence à des choses connues et rendre plus compréhensibles les défis posés et les solutions trouvées par nos ainés, mais il est clair que cela s’arrête assez vite car le numérique a un tempo bien plus rapide, ses innovations et nouveaux services irriguent toutes les activités humaines, les technologies sont duales, les frontières classiques sont gommées. On peut perdre la guerre en mer si on perd sa maîtrise, Napoléon et Hitler en sont des exemples, la mer apporte un recul stratégique et les flux logistiques permettent de peser sur les confrontations à terre, là où les hommes vivent, mais on ne la gagne pas la guerre en mer, cela se finit toujours à terre. Le numérique est un peu comparable… On peut être défait avant de combattre, être désorganisé par des attaques informatiques et informationnelles, d’autant que la guerre est de plus en plus globale et ne se limite pas à la seule action militaire, il permet de mener des actions de tout genre au cœur de la nation attaquée. Le rêve de Sun Tzu était de gagner une confrontation sans combattre par des actions de renseignement et de sabotage, en faussant les perceptions, par des actions indirectes qui brisent les forces morales et la confiance dans ses capacités et structures de commandement et de gouvernance. Préserver ou perdre la supériorité numérique est un facteur important, voire essentiel dans la confrontation. C’est bien pour cela que depuis les années 2000 la guerre informatique, offensive et défensive, est devenue structurante dans les moyens d’action des nations. En France le tournant a été pris en 2008 par le Livre blanc sur la sécurité et la défense qui en a fait une priorité. L’histoire tout d’abord nous apporte des exemples : l’époque d’extension du commerce maritime avec son lot de pirates, de corsaires, de libertaires qui côtoient l’activité militaire, de pêche et commerciale des nations avec encore l’expansion des grandes compagnies maritimes qui vont défier les rois, un peu aujourd’hui comme les GAFA et autres grands acteurs civils du numériques, qui sont des attributs de puissance et d’influence, voire de mise sous dépendance pour ceux qui n’arrivent pas à suivre le rythme effréné des évolutions technologiques, on peut penser au traitements et circulations des données, à l’intelligence artificielle, ou encore à la 5G, aux câbles sous-marins, aux data center et à leur puissance de calcul, au quantique…. La mer est source de richesses et d’échange, mais voit aussi son lot de prédateurs aux statuts divers, d’actions à distance contre la terre, de blocus…. Cet espace est non régulé autrement que par la force, les cargaisons diverses or, drogue, thé, esclaves, biens manufacturés crée de la richesse et permettent la domination et l’expansion des nations maritimes. La cargaison d’un côté, les données de l’autre. Les Etats ont réagi et su trouver des formes de souverainetés maritimes à géométrie variable, su s’accorder et coopérer face à la piraterie. Le droit maritime a mis 300 ans à éclore et à se structurer, pour le numérique on ne peut pas être dans le même calendrier…… Force est de constater que si les droits nationaux savent rapidement évoluer, il n’en est absolument pas de même pour le droit international où peu de progrès ont été faits depuis 2009. Beaucoup de choses restent à inventer…. Ensuite la mer est un espace toujours en mouvement, un monde fluide, d’une force qui vous dépasse… avec ses zones plus ou moins bien connues comme les grands fonds… On peut les comparer au « dark web » très mal cartographié et en mouvement….

10/ Quel personnage historique s’étant illustré jusqu’au XVIIIème siècle feriez-vous volontiers intervenir à notre époque ? Et pour quelle raison ?

Etant marin je ne peux que penser à Surcouf chef de guerre plein d’audace qui pensait hors des sentiers battus pour surprendre et défaire ses adversaires pourtant plus puissants, être mobile, les surprendre pour acquérir localement la supériorité et les défaire en leur imposant l’heure, le lieu et le contexte de l’attaque. Un chef de guerre. Dans le numérique c’est un peu comparable, il faut combiner innovation tactique, et innovation technologique, un petit groupe audacieux peut mettre à mal une organisation bien plus puissante en exploitant ses faiblesses et ses failles, pas en allant l’attaquer de front, là où il est puissant. L’initiative revient souvent à l’attaquant et une organisation complexe est très difficile à défendre, trouver et exploiter le point faible, le maillon faible souvent humain par ruse, gagner la guerre du temps par la surprise. Cela ne s’improvise pas… il faut beaucoup d’agilité intellectuelle, d’entrainement, de connaissance du terrain, et savoir prendre des risques calculés. Le combat comporte toujours un volet « force morale » et cohésion de ses équipes. Le Cyber n’y déroge pas.

 



⭕️ Mezze de tweets

 




⭕️ Hors spectre

La Prise du Kent par Surcouf  par Julien Lepelletier

« Il n’y a pas d’endroit où l’on peut respirer plus librement que sur le pont d’un navire. » Elsa Triolet